Les communes de Charente-Maritime accompagnées dans le développement du télétravail (17)

La crise du Covid-19 a imposé aux collectivités de passer au télétravail. Accompagnées par la structure de mutualisation Soluris, qui réunit 95% des communes de Charente-Maritime, les agents de communes de taille moyenne ont pu continuer à travailler à distance, dans un cadre sécurisé.

À partir du 17 mars 2020, l'ensemble des agents des collectivités de Charente-Maritime travaillant habituellement au bureau se sont retrouvées à devoir télétravailler. "Dans les grandes collectivités, le travail à distance est assez développé. Dans les toutes petites communes, il n'y a souvent qu'un seul ordinateur utilisé à temps partiel et le télétravail n'était pas pertinent. Entre les deux, les collectivités moyennes de quelques milliers d’habitants étaient en revanche globalement mal outillées", raconte le directeur de l'établissement public Soluris , Benoît Liénard. Or le télétravail implique des risques plus élevés, notamment lorsque l'agent utilise son propre matériel. Le syndicat Soluris a accompagné les communes en mettant l’accent sur l’enjeu de la sécurité informatique.

  • Une centaine de commune équipées pour sécuriser l’accès à distance

Pour ces collectivités rurales de taille moyenne, l'informatique passe souvent par un serveur central installé en mairie, sur lequel agents et élus stockent leurs fichiers. L'informatique en nuage, avec des logiciels "métier" et des données accessibles depuis n'importe quel terminal connecté à internet, est rarement développée. Pas plus que la "virtualisation" du poste de travail, qui évite d'installer des logiciels sur l'ordinateur de l'agent et contribue à sécuriser les usages en assurant une gestion centralisée de l'informatique. "Une situation davantage imputable au déficit d'offres adaptées aux petites communes et à la mauvaise qualité des connexions internet en zone rurale qu'à un manque de volonté des élus", souligne l’interlocuteur de Soluris. 
Pour offrir la possibilité aux agents de ces collectivités de travailler dans les meilleures conditions, Soluris a fourni un outil permettant d'accéder à distance au serveur de fichiers de ces collectivités. En pratique, cela a consisté à raccorder au serveur de la collectivité un boîtier intégrant un pare-feu pour empêcher toute intrusion, incluant un VPN ou "réseau privé virtuel". Ce VPN crée une passerelle sécurisée entre l'ordinateur de l'agent et le serveur municipal de fichiers en chiffrant les échanges de données. Les agents de Soluris ont géré son installation et son paramétrage, effectué à distance pour chaque collectivité. Au total, une centaine de collectivités ont bénéficié de ce boîtier logiciel pour un coût moyen de 500€.

  • Accompagner l’usage des visioconférences

Soluris a aussi accompagné le développement des usages, à commencer par la visioconférence qui s'est rapidement imposée à l'ensemble des collectivités pour coordonner leurs équipes. Il s'est agi d'orienter les collectivités vers des outils fiables, certains, comme Zoom, présentant d'importantes failles de sécurité (voir les recommandations de la direction interministérielle du numérique). Par ailleurs, leurs fonctionnalités peuvent être plus ou moins riches : quand certains ne font "que" de la visioconférence d'autres autorisent des fonctions évoluées : partage de calendrier, gestion de tâches ou de projets…. Autant de fonctions que le confinement a permis de tester, "puisqu'il n'y avait pas d'autres choix". Même si Soluris aurait souhaité trouver un outil libre et/ou européen aussi performant, le syndicat informatique s’est appuyé sur Teams, la solution de Microsoft, "un choix dicté par la richesse des fonctionnalités et son intégration rapide au système d'information", observe notre interlocuteur. 

Avec ces outils, les collectivités ont pu continuer à travailler pendant le confinement. Dans un secteur ou la "réunionite" sévit, élus et agents ont pu aussi pu mesurer les bénéfices – et les limites – des plateformes collaboratives. "Désormais, nous aurons un arbitrage entre réunions présentielles et à distance. Et si un jour il y a un nouveau confinement, nous serons prêts", conclut le directeur. 

Soluris, un opérateur public de services numériques

Soluris est un établissement public qui réunit 580 adhérents – mairies, intercommunalités, CCAS… - dont 95% des communes et 100% des intercommunalités du département de Charente-Maritime. Ce syndicat est fondé sur le principe de mutualisation des outils et services numérique. Très impliqué dans les instances numériques nationales – ministères, agences, associations d'élus – Soluris est partie prenante de nombreuses expérimentations. Le syndicat fait par exemple partie des précurseurs en matière d'implémentation du règlement général sur la protection des données personnelles dans les petites communes.

Syndicat informatique Soluris

2 rue des Rochers
17100 Saintes
contact@soluris.fr

Jean-Marie Roustit

Président

Benoit Liénart

Directeur