Les plans locaux d’insertion et de l’emploi ont pâti de la crise sanitaire

En 2020, 125.000 personnes éloignées de l’emploi ont été accompagnées par les plans locaux d’insertion et de l’emploi (Plie), soit un nombre d’entrées en diminution de 18% par rapport à l’avant-crise sanitaire.  

Des résultats "tout à fait louables" pour une période si "particulière". Dressant le bilan de l’activité des plans locaux d’insertion et de l’emploi en 2020, année de déclenchement de la pandémie, Alliance Villes Emploi (AVE) mesure une activité légèrement en baisse parmi les 131 Plie (sur les 147 recensés) ayant communiqué leurs résultats. Au total, 125.000 personnes étaient accompagnées par ces dispositifs en 2020.

Alliances Villes Emploi compte 28.403 "entrées" en 2020, soit 18% de moins qu’en 2019. Un résultat lié à l’interruption des recrutements par les entreprises et aux confinements successifs qui ont rendu les déplacements plus complexes. Dans de telles circonstances, AVE salue malgré tout la "capacité des équipes à renouveler leurs pratiques et à assurer la continuité de leurs accompagnements".

45% des personnes "sorties" des Plie en 2020 ont eu accès à un CDD de plus de 6 mois, un CDI ou à une formation qualifiante. 18% ont abandonné le suivi de leur propre chef, tandis que 29% affichent d’"autres" causes de départ, dont des évolutions "vers des dispositifs plus adaptés". Le reste des sorties est lié à des décès, départs en retraite ou déménagements.

Parmi les personnes ayant retrouvé une activité, près du quart (22%) ont décroché un emploi ou une formation dans le secteur administratif, contre 36% en 2019. Les principaux autres secteurs d’emploi sont, par ordre décroissant : la santé humaine et l’action sociale, l’administration publique, le commerce ou la réparation automobile, ainsi que d’autres activités de service.

Plus de 4.400 entreprises partenaires

"52% des étapes de parcours sur lesquelles les participants ont été positionnés concernaient des actions de mobilisation", selon Alliance Villes Emploi. Suivent les actions de formation professionnelle (10%), la médiation à l’emploi (9%), des emplois courts en CDD ou en intérim (9%), et des parcours en insertion (7%). 57 Plie ayant répondu indiquent avoir essentiellement reçu des financements issus du Fonds social européen (44%), tandis que le tiers provenaient des collectivités (36%), le reste étant réparti entre l’Etat (14%) et d’autres financeurs (6%).

34% des budgets ont été dédiés ensuite aux opérations internes des Plie visant à mettre en œuvre les accompagnements ; 23% ont été versés à des structures de l'insertion par l’activité économique (ACI, EI, ETTI, AI), dont une majorité vers les ateliers et chantiers d’insertion. Les "associations ou partenaires" reçoivent 10% des financements, talonnés par les organismes de formation (9%) ainsi que les missions locales (7%). "En 2020, un Plie est en moyenne partenaire de 95 entreprises sur son territoire", peut-on lire dans le rapport.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle