Seine-Maritime

Micro crédit, méga coup de pouce ?

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

La Maison de l'Emploi du Plateau de Caux Maritime (76) veut faire du micro crédit social un outil au service des demandeurs d'emploi de ce territoire rural. Le dispositif de micro crédit social vient à peine d'être lancé par la Maison de l'Emploi mais il s'inscrit dans une réflexion et une logique d'action déjà aguerrie, prolongeant un service de locations de véhicules pour aider les demandeurs d'emploi à retrouver un travail ou suivre une formation.

"Le micro crédit social est un moyen pragmatique pour aider les personnes en recherche d'emploi à débloquer des freins à l'embauche", assure Dimitri Egloff, directeur de la Maison de l'Emploi du Plateau de Caux Maritime. C'est pourquoi cette jeune Maison de l'Emploi a tenu à mettre en place ce dispositif. La difficulté n'aura pas été de convaincre la Caisse des Dépôts, puisqu'elle est mandatée par l'Etat pour gérer le Fonds de cohésion sociale, mais bien de trouver un établissement bancaire acceptant d'être le troisième partenaire indispensable à ce projet.
"Nous accumulions les réunions avec divers établissements lorsque nous avons appris que la Banque postale venait d'être labellisée (en mai 2007) pour accorder des micro crédits sociaux. Tout est alors allé très vite car nous avions des contacts locaux efficaces", relate Dimitri Egloff.
Les conventions de partenariat ont été signées mi-janvier 2008. L'une entre la Maison de l'Emploi et la Caisse des Dépôts, garante à 50% des prêts qui seront accordés. La seconde avec la Banque postale, établissement accordant les prêts.

Eviter le surendettement

Concrètement, les micro crédits doivent servir à des dépenses favorisant l'insertion sociale et/ou professionnelle : "Comme s'équiper en informatique, payer des soins dentaires pour un vendeur, réparer une voiture pour pouvoir postuler à certaines offres d'emploi, compléter une formation ou encore verser la caution ou financer des travaux en cas de déménagement lié à un nouvel emploi", égrène Dimitri Egloff.
Les sommes pourront varier entre 300 et 3.000 euros, remboursables en 6 à 36 mois. Il n'y a pas de frais de dossier et le taux du crédit est "attractif et raisonnable", glisse Dimitri Egloff qui n'a pas le droit de le dévoiler (pour raison de concurrence) mais certifie qu'il sera bien en deçà de 6%.
Ce prêt s'adresse à des personnes en demande d'emploi, dont les conditions de ressources sont inférieures ou proches du Smic. Autant dire des personnes en situation précaires et qui, sans cela, auraient du mal à convaincre une banque de les épauler, ou courraient le risque de se tourner vers un crédit revolving ou des organismes aux taux exorbitants.
Sont exclus les projets visant à racheter de crédits ou les personnes en surendettement. C'est ainsi que sur les sept demandes déjà pré-étudiées par la Maison de l'Emploi, l'une a été d'ores et déjà rejetée. "Nous avions un peu anticipé, donc, une fois les conventions signées, le projet est entré aussitôt en application", sourit Dimitri Egloff, démontrant une fois encore sa détermination... Sandrine Delalandre, son assistante titulaire d'un diplôme de conseillère en économie sociale et familiale, est chargée de l'accompagnement social des bénéficiaires. Elle a en outre suivie des modules de formation auprès de la Caisse des Dépôts et de la Banque postale pour se familiariser avec ce nouvel outil.

Accompagnement des bénéficiaires

"Nous travaillons en partenariat comme nous le faisons toujours. Une fiche de liaison a été mise au point et donnée aux partenaires (ANPE, missions locales, associations de service à la personne, d'insertion, etc.) de façon à faciliter l'instruction et le suivi des demandes. Nous croiserons les accompagnements, chacun restant sur ses compétences. Si un jeune est orienté par la mission locale, Sandrine travaillera en lien avec son référent", précise Dimitri Egloff.
Les dossiers sont pré-examinés rapidement par Sandrine en liaison avec la Banque postale, pour ne pas laisser d'espoir en vain, et une réponse définitive doit être accordée sous trois semaines. L'argent étant alors crédité sur un compte de la Banque postale, que le bénéficiaire aura donc dû ouvrir à défaut.
"Cette action complète la location de voiture sans permis, scooter ou vélo ainsi que le fonds de secours que nous avons mis en place, en ouvrant cette fois une solution plus pérenne aux personnes pour se sortir de leurs difficultés et réussir dans leur projet professionnel", apprécie le directeur, persuadé que ce nouvel outil, innovant pour une Maison de l'Emploi, aura son intérêt.

 

Emmanuelle Stroesser, pour la rubrique Expériences les sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Maison de l'Emploi Plateau de Caux Maritime

2 place Général de Gaulle
76560 Doudeville
02 35 56 78 66
02 35 56 52 55
maisondelemploi1@orange.fr
Nombre d'habitants : 63800
Nombre de communes : 109

Dimitri Egloff

Directeur

Revitaliser les centres villes et centres bourgs

Un dispositif unique pour accompagner les villes moyennes dans leur programme de revitalisation des centres villes, depuis le conseil en amont jusqu'au suivi de projet.

Haut de page