Emilie Zapalski

Plan 500.000 formations supplémentaires : 988.294 demandeurs d'emploi ont suivi une formation en 2016

Emploi

988.294 demandeurs d'emploi ont bénéficié d'une formation en 2016, et un sur deux a signé un contrat de travail de six mois après sa sortie de formation. Les chiffres du Cnefop, publiés le 10 mai 2017 par le Carif-Oref francilien, montrent que le plan 500.000 formations lancé en janvier 2016 et poursuivi jusqu'à mi-2017 a atteint ses objectifs. Reste à savoir quelle forme il prendra avec le nouveau président de la République.

Le plan de 500.000 formations supplémentaires lancé par François Hollande en janvier 2016 a atteint ses objectifs. D'après les chiffres du Conseil national de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles (Cnefop) publiés le 10 mai 2017, 988.294 demandeurs d'emploi ont ainsi bénéficié d'une formation en 2016. L’objectif du plan était de porter à un million le nombre de formations à destination des personnes en recherche d’emploi. Au-delà des chiffres, l'impact sur le retour à l'emploi a plutôt fait ses preuves : environ un demandeur d'emploi sur deux a signé un contrat de travail de six mois après sa sortie de formation ; un sur quatre bénéficie d'un contrat de travail durable. 21,7% des demandeurs d'emploi peu qualifiés ont aussi signé un contrat de travail durable. Parmi les secteurs les plus représentés dans les formations : le développement personnel et professionnel (133.133 bénéficiaires), le transport (79.972), la manutention (68.162), l'action sociale (45.091) et la santé et le secteur sanitaire (41.693). En décembre 2016, le plan a été prolongé jusqu'au 30 juin 2017. Les entrées en formation se poursuivent : au moins 130.000 demandeurs d'emploi sont entrés dans le dispositif en janvier et février.

Une nouvelle réforme de la formation à venir...

Qu'adviendra-t-il de ce plan avec le nouveau gouvernement ? Dans son programme, Emmanuel Macron prévoyait de consacrer 15 milliards d'euros au plan d'investissement pour l'acquisition des compétences par ceux qui en ont le plus besoin, avec la formation d'un million de jeunes peu qualifiés éloignés de l'emploi et d'un million de chômeurs de longue durée faiblement qualifiés. Le programme prévoit aussi la poursuite de la généralisation de la garantie jeunes, proposée à tous les jeunes précaires ni en formation, ni en emploi. Une réforme globale du système de formation est envisagée : la majeure partie des contributions actuelles des entreprises sera progressivement convertie en droits individuels pour les actifs, chacun pouvant s'adresser directement aux prestataires de formation, selon ses besoins, et les droits seront d'autant plus élevés que les besoins de qualification sont importants. Enfin, dernier point prévu par le programme : chacun aura accès aux résultats des formations en termes de retour à l'emploi, d'impact sur la trajectoire salariale. "Plus personne ne s'engagera dans une formation sans savoir à quoi elle mène ni quelle est sa qualité", indique le programme.

Haut de page