Printemps des Territoires : une 3e édition au cœur des plans de relance

La 3e édition du Printemps des Territoires a réuni, le 18 mars, l’ensemble des clients de la Banque des Territoires autour d’un événement 100 % digital. Un an et un jour après le premier confinement, la Banque des Territoires a souhaité proposer un rendez-vous utile, concret, agile, tenu par l’optimisme et tourné vers l’avenir pour valoriser une France des solutions : plus durable, plus attractive, plus connectée et plus inclusive. Un événement au cœur des plans de relance pour faire redémarrer la France à travers trois grandes thématiques : l’enjeu du climat, l’attractivité et la proximité, la nécessité du lien. Un événement pour vous dire que nous sommes à vos côtés pour relever les défis de demain !

S'inspirer autour de trois thématiques

Durant toute cette période de crise, nous avons maintenu le lien et nous avons, ensemble, commencé à construire un plan de relance que nous avons ensuite mis en place pour tous les territoires. Nous nous sommes mobilisés comme jamais et avons innové ensemble ! 

Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires

Gisèle Rossat-Mignot, directrice du réseau a introduit la séquence en expliquant que « c’est en écoutant nos territoires que nous avons construit un plan de relance fort, précis et ciblé ». François Bonneau, président délégué de Régions de France (RDF) et président du Conseil régional de Centre-Val de Loire a rebondi sur son propos en ajoutant que « faire ensemble, c’est le mot d’ordre pour que chacun puisse tenir debout et préparer le redémarrage économique, le rebond. » Josiane Corneloup, présidente de l’Association Nationale des Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), députée de Saône-et-Loire et conseillère départementale, a, quant à elle, souligné l’importance de travailler tous ensemble et d’allier les forces pour que le plan de relance soit une réussite.

Cette crise sanitaire a fait émerger un constat commun : la nécessité de renouveau et de transformation des territoires pour s’adapter aux comportements qui ont évolué. Cette transformation pourra être accélérée par le plan de relance en matière notamment de numérique, de développement de circuits courts, de la mobilité verte, ou encore de ruralité.

Les plans de relance en quelques chiffres

  • Plan Tourisme : une enveloppe de 1,9 Md€* dont 572 M€ réalisés**
  • Plan Climat : une enveloppe de 20 Md€* dont 2,8 Md€ réalisés**
  • Plan Commerce : une enveloppe de 1 Md€* dont 30 M€ réalisés**
  • Plan Industrie : une enveloppe de 1 Md€* dont 154 M€ réalisés**
  • Plan Habitat : une enveloppe de 23,2 Md€* dont 5,9 Md€ réalisés**
  • Plan Très Haut Débit : une enveloppe de 270 M€* dont 65 M€ réalisés**

*pour la période 2020-2024

**au 15 février 2021

L’enjeu du climat

Le Climat est un enjeu majeur pour tous avec l’objectif d’atteindre en 2050 la neutralité carbone.

Face à ses enjeux climatiques, la Caisse des Dépôts, la Banque des Territoires et leurs partenaires sont mobilisés et mettent en place des actions concrètes.

« Le Climat est LE sujet de la planète pour lequel la Caisse des Dépôt et la Banque des Territoires sont engagées » Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts.

Un Plan Climat Banque des Territoires /Bpifrance 2020-2024

Ainsi, La Banque des Territoires et Bpifrance ont lancé un Plan Climat commun 2020 / 2024 pour accélérer la transition énergétique et écologique des entreprises et des territoires au service de la relance. Au total, 40 Md€ seront mobilisés grâce à un continuum financier et d’accompagnement des entreprises et des territoires, porté par ces deux entités du groupe Caisse des Dépôts. Ce Plan Climat repose sur trois piliers :

  • Accélérer la transition des entreprises et des territoires avec des solutions financières et d’accompagnement
  • Accompagner le développement des énergies renouvelables (ENR) et contribuer à la croissance de champions internationaux
  • Financer et accompagner massivement l’innovation dans les « greentechs » et dans les réseaux durables et résilients pour trouver les solutions technologiques de la TEE.

Pour accélérer la transition des entreprises, Nicolas Dufroucq, directeur général de Bpifrance, a souligné l’importance de l’accompagnement à long terme des entrepreneurs dans cette démarche : « Au-delà des financements, l’accompagnement est un point essentiel. Il faut le faire et à une grande échelle pour que l’on décarbone partout, dans toute la France ».

Verdir les énergies et les portefeuilles

Des partenaires des territoires, comme Engie, se mobilisent également pour réduire la consommation d’énergie et verdir l’énergie en utilisant cette dernière là où elle se trouve, comme l’explique Claire Waysand, directrice générale adjointe et secrétaire générale d’Engie : « Dans la Vienne, nous réutilisons la chaleur fatale produite par l’usine de Yoplait pour chauffer des écoles et des logements sociaux. C’est par ces actions que nous démultiplions que nous pouvons réduire la consommation en optimisant l’utilisation de l’énergie produite ».

Côté Caisse des Dépôts, Eric Lombard a souligné le fait que « la Caisse des Dépôts est un investisseur responsable et exigeant qui souhaite voir les entreprises de son portefeuille participer à la transition énergétique et écologique et qu’il est important d’accompagner ces dernières vers la décarbonation ».

Réduire la consommation énergétique des bâtiments publics

Aujourd’hui, les bâtiments représentent encore 30% des gaz à effet de serre. C’est donc une priorité que les élus mettent au cœur de leurs projets. « La massification de la rénovation des bâtiments est un de nos défis majeurs et nous serons à côté de tous les acteurs pour les relever », a souligné Pierre Laurent, responsable du département Développement de la Banque des Territoires.

Pour cela, la Banque des Territoires met en place des offres spécifiques :

  • ingénierie,
  • prêts bonifiés,
  • prêt GPI Ambre,
  • offre intracting bonifiée
  • accompagnement de démarches innovantes comme EnergieSprong

Concernant le logement social, la Banque des Territoires accompagne les bailleurs sociaux dans la rénovation énergétique de leur parc, ce qui représente 150 Md€ de prêts investis massivement dans la rénovation. La Banque des Territoires met tout en œuvre pour les accompagner en leur proposant des offres adaptées à leur besoin, mais également un dispositif d’intelligence artificielle. « Il s’agit d’une expérimentation basée sur une logique de textmining avec des déclinaisons d'usages nombreuses : faciliter la demande de prêt en la préremplissant à partir d’une fiche identité, améliorer les données de pilotages. Nous travaillons également pour améliorer les audits énergétiques, les bailleurs sociaux pourront en profiter sur notre plateforme dès l’autonome prochain », a précisé Hakim Lahlou, responsable objectifs stratégiques à la direction des Prêts de la Banque des Territoires

Qu’est-ce que la démarche EnergieSprong ?

La démarche EnergieSprong (« saut énergétique ») a pour objectif de déployer à grande échelle des rénovations énergétiques zéro énergie garantie. En effet, la baisse des coûts induits par l’industrialisation de la démarche doit permettre de massifier le nombre de logements rénovés. Cette démarche propose de nouveaux standards de rénovation et prévoit :

  • un niveau énergie zéro garanti sur 30 ans, grâce à une meilleure performance énergétique et à la production d’énergie renouvelable locale
  • Des travaux réalisés en site occupé sur un temps court
  • un modèle économique reposant sur une baisse des coûts à terme et des revenus additionnels (vente d’énergie renouvelable) sans surcoût pour les occupants
  • un logement attractif, confortable et esthétique

Déployée en France depuis 2016, cette démarche fait l’objet d’un co-financement par l’Europe, l’ADEME et la Banque des Territoires.

Préserver nos ressources

La préservation des ressources dans nos territoires est également un enjeu de taille que la Banque des Territoires accompagne au quotidien, et notamment la préservation de l’eau, bien commun sur tous les territoires.

Il y a un enjeu majeur pour une gestion plus équilibrée de la ressource en eau. Il s'agit de :

  • lutter contre les fuites dans les réseaux, gaspillages
  • trouver des process industriels qui favorisent le recyclage
  • trouver des solutions innovantes
  • capitaliser sur des solutions naturelles (infiltration et recharges des nappes, stockage de l’eau avec la pluie)

Pour protéger cette ressource rare, il est nécessaire d’en améliorer le traitement et la gestion. Pour cela, les collectivités peuvent compter sur la Banque des Territoires, mais également sur les agences de l’eau, comme le précise Laurent Roy, directeur général de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse : « Nous donnons des aides à tous les porteurs de projet et notamment aux collectivités pour œuvrer pour le « bon état des eaux », c’est-à-dire en renforçant la lutte contre la pollution notamment, le bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques, la solidarité territoriale au sein des structures amont et aval et en mettant en place une politique globale et cohérente autour de l’eau ».

Réhabilitation des réseaux d’eau et d’assainissement de la commune de Cilaos

Si vous souhaitez continuer et lire nos vidéos, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

L’attractivité et la proximité

 

 

Pour renforcer l’attractivité des territoires et la proximité avec leurs habitants, la Banque des Territoires et ses partenaires s’engagent dans de grands programmes nationaux pour accélérer leur transformation et veillent, au quotidien, à entretenir le lien et les relations avec les hommes et les femmes des territoires.

Action Cœur de Ville

La Banque des Territoires est le 1er financeur du programme Action Cœur de Ville et cela représente :

  • déjà 6500 rendez-vous pris
  • 45 000 euros d’ingénierie engagés, c’est surtout
  • 620 Md€ de prêts accordés
  • 180 Md€ de fonds propres investis

L’année 2020 a été marquée par le contexte de crise sanitaire et son impact notamment sur le commerce de proximité. La Banque des Territoires s’est mobilisée, dès le mois d’avril, pour mettre en place très rapidement des solutions, en concertation avec les associations d’élus, sur cette préoccupation de premier plan des villes du programme Action Cœur de Ville. Ainsi, avant la crise sanitaire, 80 villes disposaient d’une solution numérique pour les commerces et l’attractivité. Aujourd’hui, grâce au soutien de la Banque des Territoires, ce sont 140 d’entre elles qui ont mis en place une telle solution.

Un nouveau dispositif « Entreprendre au cœur des territoires »

En 2021, La Banque des Territoires et Bpifrance ont un projet commun en faveur des villes Action Cœur de Ville, « entreprendre au cœur des territoires ». Ce dispositif a pour objectif de faire émerger et accompagner de nouveaux entrepreneurs/repreneurs dans ces villes, mais également dans les Petites Villes de demain, afin de favoriser leur redynamisation. Ce dispositif sera mis en place sous forme d’un appel à projet qui va être lancé dans les prochaines semaines.

Retour d’expérience de la Ville de Douai sur son projet de cœur de ville

Le constat

Des vitrines vides à partir de 2014, résultat notamment de la périurbanisation et de la révolution du numérique qui vide les centres-villes.

Quelles actions ?

  • travailler d’abord sur la question de l’habitat pour faire revenir les habitants. Les clients de proximité représentent la part la plus importante du chiffre d’affaires des petits commerces.
  • mettre en place des régies pour les espaces publics
  • transformer la rue principale et créér des espaces de vie
  • racheter un bâtiment pour le mettre à disposition de notre librairie principale pour la faire rester et faire venir un restaurant étoilé.

Témoignage Frédéric Chéreau, Maire de Douai

"Nous avons mené une étude sur l’aménagement urbain en associant les habitants. Il a fallu chercher d’autres partenaires, apprendre à se connaitre, à travailler en commun pour créer des synergies et que cela soit porteur de projets. Nous avons dû également apprendre à monter en charge. Notre union commerciale de Douai apprend  donc aujourd’hui à gérer un portail numérique d’achats et accompagne les commerçants pour qu’ils participent à la révolution numérique. Pour gérer cette multitude de sujets, la ville a dû revoir complétement son organigramme pour accompagner davantage ces grands projets et mettre en place une organisation matricielle avec les acteurs. On commence par faire, et on apprend en faisant".

Les Entreprises publiques locales ont un rôle à jouer important, car les maires sont très soucieux de leurs cœurs de ville, de leur attractivité économique et de la redynamisation commerciale. Sur les 222 villes du programme, dans 90% des cas, les SEM sont à leurs côtés.

Jean-Marie Sermier, président d’honneur de la FedEpl et député du Jura

Pour redynamiser leurs centres-villes, les villes du programme peuvent compter, en complément de l’action menée par les Sem, sur les foncières de redynamisation. L’objectif est de développer 100 foncières pour permettre la requalification de 6 000 locaux commerciaux. La foncière a pour rôle d’acheter et réorganiser, rénover et mettre en place un remembrement commercial (création d’un espace ouvert). C’est un outil économique, d’acquisition, de transformation et de développement. Ce dispositif est soutenu par la Banque des Territoires.

Petites villes de demain

Le programme Petites villes de demain, lancé le 1er octobre 2020, permet aux villes de moins de 20 000 habitants désignées par les Préfets de bénéficier d’un soutien spécifique de l’État et de ses partenaires pour élaborer et mettre en œuvre leurs projets de revitalisation. Partie intégrante du Plan de relance, ce programme vise à conforter le rôle structurant de ces villes dans le développement des territoires ruraux.

« Dans le plan de relance, il fallait une attention particulière pour ces petites villes, la croissance et le rebond passent par les petites villes », a souligné Christophe Bouillon, président de l’Association des Petites Villes de France et maire de Barentin.

Petites villes de demain a pour ambition d’accompagner les élus locaux et de leur apporter les moyens, les outils et les partenaires nécessaires leur permettant de se doter d’un projet global de revitalisation et de le piloter sur la durée du mandat municipal.

L’accompagnement repose sur 3 piliers :

  • un appui global en ingénierie
  • des outils et des expertises sectorielles pour répondre aux enjeux thématiques
  • l’accès à un réseau professionnel : le « club des Petites villes de demain », pour favoriser l’innovation, l’échange d’expériences et le partage de bonnes pratiques

Nous avons très vite vu la nécessité de faire renaître la ruralité. Les petites villes jouent un rôle de centralité sur les territoires. Elles jouent un rôle essentiel sur le bassin de vie qu’elles irriguent. Le dispositif est en ordre de marche, tout le monde est au rendez-vous. Il y a un grand enthousiasme pour ce programme qui était très attendu !

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

Quartiers prioritaires de la politique de la ville

La Banque des Territoires investit pour le futur des quartiers via le développement des emplois, des entreprises et des services aux habitants, pour des quartiers plus durables et plus attractifs et a engagé plus de 400 M€ depuis le lancement du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Elle intervient également sur des financements de projets urbains, via des prêts sur fonds d’épargne, ce qui représente plus de 3,5 Md€ engagés depuis 2014.

 

 

« Trop longtemps les quartiers prioritaires de la ville ont été considérés comme des territoires à difficultés, mais ce sont des territoires qui peuvent être agiles et résilients. Le gouvernement a porté deux priorités : l’attractivité de ces territoires et l’émancipation de leurs habitants. 3,3 Md€ seront mobilisés pour développer cette dynamique. »,a précisé Nadia Hai, ministre déléguée auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargée de la ville.

Lancement du programme « quartiers productifs »

La ministre chargée de la Ville Nadia Hai a annoncé lancement du programme « Quartiers productifs ». Ce programme vise à accompagner et accélérer le développement économique des quartiers prioritaires situés dans 14 territoires d’expérimentation.
Ce programme est porté par le ministère chargé de la Ville et mis en œuvre conjointement par l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), la Banque des Territoires et Bpifrance. Il a deux objectifs : accompagner les collectivités dans la définition de stratégies territoriales de développement économique et rendre plus accessible l’offre de dispositifs existants. Quatre priorités le définisse :

  • soutenir l’entreprenariat
  • développer le commerce et l’artisanat (manque de diversification des commerces)
  • favoriser l’implantation d’activités productives
  • accélérer la transition au numérique

Le programme permettra d’accélérer la mise en œuvre des projets.

Soutenir le tourisme

Premier secteur de l’économie française, le tourisme représente 9 à 10 % de notre PIB et est structurant avec 14 Md€ d’investissement par an. Avec la crise sanitaire, le secteur est durement impacté. Pour faire face à la crise, la Banque des Territoires mobilise l’ensemble de ses outils pour permettre à l’ensemble des acteurs du tourisme de rebondir et de se reconstruire sur le long terme. « Cette crise  ne va pas enlever l’envie de voyager, de découvrir et de rencontrer, mais l’impact à court terme reste massif. Cela va repartir et quand cela sera le cas, cela va repartir fort, il faudra être prêt. », a indiqué Henri Giscard d’Estaing, président du Club Med. « Et cela d’autant plus que durant cette période le tourisme a évolué et devient plus durable, digital et participatif », a complété Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires.

La proximité au cœur des enjeux du notariat

Aujourd’hui, en France, on compte plus de 6 600 offices et plus de 15 000 notaires. La Banque des Territoires est à leurs côtés au quotidien et a accompagné, depuis 2018 et la loi croissance, 1 000 nouveaux offices. Elle a également été présente pendant la crise et a déployé des mesures exceptionnelles de soutien en 2020 qui sont reconduites jusqu’en décembre 2021.

Deux questions à David Ambrosiano, président, Conseil supérieur du notariat

Quelle importance du maillage territorial pour les notaires ?

C’est un des axes importants et structurants de mon mandat. Cela fait partie de l’ADN de la profession. Le notariat est là pour se nicher au cœur de la société, des relations privées, de l’intimité des français pour être un visage familier, aimable de l’état. En 2020, on a recensé 8 130 points de contacts, soit environ 1 office notarial tous les 8 kilomètres. C’est une maille extrêmement fine et nous militons pour un retour à une maille très fine, qui soit celle du bassin de vie et non du bassin d’emploi.

La crise a souligné l’importance de cette proximité géographique, mais a aussi mis en lumière de nouvelles formes de proximité, notamment via les outils digitaux. Où en est le notariat sur cet aspect ?

Cela fait plus de 10 ans que nous avons des actes numériques et une visioconférence agrée qui permet d’avoir une totale sécurité lors des échanges. Plus de 60% des postes de nos collaborateurs ont été passés en télétravail et plus de 90% des actes sont électroniques. L’enjeu pour nous est de trouver le bon équilibre, car rien ne remplace un rapport humain. Le rôle du notaire est d’avoir l’intelligence de savoir quand un rendez-vous peut être fait en visioconférence ou quand il doit être réalisé dans nos bureaux.

La nécessité du lien

 

 

Rendre les territoires plus inclusifs et faire que chacun trouve sa place dans le territoire où il vit est un enjeu essentiel pour lequel la Banque des Territoires et ses partenaires se mobilisent chaque jour.

Le numérique au service de l'éducation de demain

Plus de  de 90% des 12-24 ans utilisent les réseaux sociaux tous les jours, mais 12% des jeunes, soit 1,5 million, sont exclus du numérique et représente 10% des décrocheurs scolaires. Une étude du ministère de l’éducation nationale indique que le numérique peut réduire les inégalités et le décrochage scolaire de 25%. C’est pourquoi le développement du numérique éducatif et de l’inclusion numérique sont importants pour accompagner les jeunes et leurs familles, mais aussi améliorer les pratiques et les apprentissages.

Le développement de la EdTech est donc essentiel pour contribuer à l’éducation de demain. C’est pourquoi, la Banque des Territoires soutient le développement de cette filière qui regroupe 450 entreprises et met la technologie au service de l’éducation.

Avec le confinement, les usages numérique au service de l'éducation se sont développés et ont été utilisés par les enseignants. « Le numérique est devenu une évidence. Cela a libéré des enfants qui avaient besoin du numérique pour pouvoir suivre leurs cours. 7000 livres ont été lus pendant les 2 mois du confinement », a souligné Marion Berthaut, CEO de Mobidys.

Conseils pratiques pour se lancer dans l’innovation pédagogique

Une collectivité qui souhaite s’engager dans la EdTech et l’innovation pédagogique doit veiller à :

  • avoir du matériel, savoir l’utiliser et avoir les ressources nécessaires
  • écouter les besoins des utilisateurs
  • cibler un problème particulier, et être sûr que la réponse soit appropriée. Il faut embarquer tout l’écosystème pour être sûr que cette solution et la EdTech soient pérennes dans le temps

Mobilisation pour la santé

Face aux grands défis liés au vieillissement, à la perte d’autonomie d’une partie croissante de la population et à la raréfaction de l’offre médicale dans de nombreux territoires, la Banque des Territoires se mobilise pour répondre aux enjeux immédiats et de plus long terme. Tout en participant à l’effort de construction de résidences spécialisées, la Banque des Territoires développe des solutions innovantes, intégrant, notamment, les possibilités offertes par le numérique.

Elle intervient dans les projets de construction, rénovation et réhabilitation de tous les établissements et services du secteur médico-social. Elle investit également directement dans des équipements favorisant l’accès aux soins comme les maisons de santé pluridisciplinaires, et finance des Résidences services seniors, des cliniques, des hôtels hospitaliers.

Découvrez la maison de santé de Nogent-le-Rotrou

Si vous souhaitez continuer et lire nos vidéos, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Soutenir l'Économie sociale et solidaire

Les entreprises de l’Économie sociale et solidaire (ESS) représentent une force économique majeure avec 10 % du PIB et sont des acteurs clés de la cohésion sociale et territoriale de notre pays. Particulièrement présentes dans les métiers de la solidarité et du médico-social, de la cohésion sociale, de l’inclusion numérique, de la transition alimentaire, de l’économie circulaire, de l’éducation et de la formation, et plus globalement du développement économique local sur les territoires les plus fragiles, les entreprises de l’ESS ont été nombreuses à être impactées par les effets de la crise sanitaire. Clés pour la cohésion sociale et territoriale de notre pays, la Banque des Territoires s’engage à les aider  pour relancer leur activité et construire une économie collaborative plus solidaire et plus attentive aux impacts sociaux et environnementaux. La Banque des Territoires mobilise ainsi 300 M€ d’investissements sur 3 ans pour le financement des entreprises et des projets.

Partager des coups de cœur...

La Rochelle Territoire Zéro Carbone

La Rochelle a candidaté fin avril 2019 à de l’appel à projet national « Territoires d’Innovation », géré par la Banque des Territoires. Le 13 septembre 2019,  “La Rochelle Territoire Zéro Carbone” est lauréate de l’appel à projets national « Territoires d’Innovation ».

Dans le cadre de ce projet, La Rochelle mène donc de nombreuses actions, parmi lesquelles :

  • le développement de la mobilité propre et des mobilités douces et partagées (le vélo, les voitures électriques en libre-service, le bus, pistes cyclables) et la réalisation du pôle multimodal de la gare de La Rochelle
  • le développement des énergies renouvelables et la création de boucles énergétiques par quartier permettant de consommer sur place l’énergie produite à l’échelle du secteur
  • le développement de l’hydrogène propre
  • la préservation du littoral et du marais, zones humides sources de biodiversité, utiles à l’épuration de l’eau et capables de piéger le carbone

La Rochelle est engagée pour l’environnement depuis plusieurs décennies et déploie de nombreuses actions qui devrait lui permettre d’être un territoire zéro carbone en 2040 grâce à la mobilisation de tous.

L’approche des questions environnementales de la ville de La Rochelle est vraiment très intéressante et peut être très enrichissante pour tous, c’est pourquoi j’ai souhaité que son maire, Jean-François Fountaine, la partage avec nous.

Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires

Faire de Bastia une ville de tourisme à l’année et valoriser son patrimoine

Bastia est face au défi de devenir une ville de tourisme toute l’année et pas uniquement l’été. Il s’agit d’en faire une destination principale de tourisme et plus uniquement une ville de séjour.

La crise sanitaire a été une période compliquée pour la ville, mais a aussi été un accélérateur de prise de conscience pour son orientation touristique. Elle souhaite aujourd’hui valoriser son patrimoine matériel (agriculture, monuments, gastronomie…) et immatériel (savoir-faire, langue, culture). Cela a débuté pendant la crise avec la mise en place d’une application de marketplace pour inciter à consommer local qui a pu être développée par une entreprise locale avec l’aide de la Banque des Territoires. Cette application est le reflet d’une stratégie plus globale de la ville qui souhaite proposer une nouvelle expérience aux touristes. Pour relancer son attractivité, la ville a candidaté au label "Capitale européenne de la culture".

Chaque semaine je sillonne les territoires et je vais à rencontre des élus. J’ai ressenti à Bastia une véritable énergie et une force à porter des projets. C’est pour cela que c’est un coup de cœur aujourd’hui.

Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires

Réhabilitation d’un hôtel attenant au centre thermal et agrandissement du centre de bien-être

Située en plein centre de la France, dans le département de la Creuse, Vaux-Les-Bains accueille 4 000 curistes par an dans sa station thermale datant de l’époque romaine et qui est exploitée par une Sem. Le projet porté par la SEM consiste en la réhabilitation d’un hôtel attenant à ce centre thermal et aussi à l’agrandissement du centre de bien-être. Au total, 6 M€ seront investis dans le projet.

Celui-ci s’inscrit dans une logique plus globale de développement du territoire avec la réalisation d’une voie verte et l’ambition de faire connaitre le territoire pour attirer les curistes, mais aussi les employés spécialisés car il y a un très fort enjeu de recrutement et de formation. L’enjeu d’hébergement est aussi important et une économie de loueurs de meublés s’est notamment développée ainsi que des commerces. L’attractivité des thermes impacte donc tout l’écosystème de la ville.

On a décidé d’accompagner Evaux-les-Bains pour susciter l’attractivité et ce que j’ai trouvé fantastique dans ce projet de réhabilitation de l’hôtel thermal, c’est cette énergie du maire, Monsieur Papineau.

Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires

… et tellement plus

Le printemps des Territoires, c’est aussi le partage d’expériences, la découverte de nouvelles solutions, des conseillers rencontrés, des échanges à huis clos, … Si vous n’avez pas pu profiter de toutes ces possibilités certaines sont toujours accessibles sur le site web dédié à l'événement.

Retrouvez tous les ateliers de partage d'expériences

• Faciliter l'accès aux financements européens

• Transformer les déchets en ressources

• Accélérer le retour à l’emploi des plus vulnérables

• Concevoir autrement l’avenir des Territoires

• Se mettre en action pour diminuer les consommations

• Cultiver la dynamique de vos territoires avec la Transition Alimentaire

• Soutenir les mobilités vertes et innovantes

• et bien d'autres...

Découvrez des solutions adaptées sur des thématiques variées

• Entreprises à impact social

• Habitat et aménagement

• Numérique

• Mobilité et Innovation

• Energie

• Inclusion

• Cœur de Ville