Protéger les ressources en eau du plateau picard avec les agriculteurs

Publié le
dans

Environnement

Energie

Afin de sécuriser les puits de captage, la communauté de communes du Plateau picard conduit depuis plus de quinze ans des actions complémentaires à celles proposés par l'Etat et l'agence de l'eau, pour aider les agriculteurs à limiter l'usage des produits phytosanitaires. Les élus pensent maintenant à la création d'un syndicat unique.  

Les 52 communes qui composent la communauté de communes du Plateau picard disposent pour s'approvisionner en eau potable de 21 puits de captage. Les agriculteurs qui s'engagent à limiter l'utilisation des produits phytosanitaires sur les bassins d'alimentation de captages bénéficient d’un dispositif d’aides, dites "Mesures agro-environnementales territorialisées". Avec à la clé une aide financière d'Etat sur cinq ans, ainsi qu’un accompagnement administratif pris en charge par la communauté de communes. Reste que la démarche doit être pérennisée : "Lorsque les aides s'arrêteront, il ne faut pas que les agriculteurs fassent marche arrière, explique Fanny Barré, chargée de mission agriculture à la communauté. Pour les encourager à poursuivre leur démarche, la communauté de communes a mis en place, en 2012, un autre dispositif, le conseil en protection intégrée."

Former les agriculteurs à de nouvelles pratiques culturales

L'objectif du conseil en protection intégrée est d’aider les agriculteurs à maintenir la biodiversité, limiter l'érosion des sols et préserver la ressource en eau. Autant d’exigences qui nécessitent d'adopter de nouvelles pratiques. Concrètement, la communauté de communes du Plateau picard propose aux agriculteurs volontaires de signer une charte. Ensuite, un conseiller effectue avec les agriculteurs signataires des "tours de plaine", permettant de démontrer qu’en choisissant bien sa semence et en ne plantant pas trop tôt, il est possible de limiter l'usage des pesticides. Ces conseils sont proposés durant trois ans à tous les agriculteurs du territoire qui signent la charte avec la communauté de communes. Outre les visites de terrain, chacun d’entre eux bénéficie d'un suivi personnalisé à la demande et reçoit des "fiches de veille" qui proposent une information actualisée sur les techniques "douces". Les élus de la communauté de communes ont également décidé d'acheter une houe rotative qui permet d'arracher les mauvaises herbes sans herbicide. La machine a été confiée à un agriculteur qui cultive, en biologique, les terres qu'il possède au pied d'un captage. La communauté de communes démontre ainsi que le désherbage mécanique est efficace.

Vers un syndicat unique de l'eau et une mutualisation des équipements

Jean-Louis Hennon, vice-président en charge de la protection de l'eau, constate que les mesures prises permettent d'améliorer la qualité de l'eau. Pourtant, il souhaite aller plus loin : "Aujourd'hui, on dénombre 11 syndicats et 21 puits sur le Plateau picard, nous ne pouvons pas les protéger tous ! Il faut réduire le nombre de puits, les interconnecter et les gérer au sein d'un syndicat unique, c'est ce sur quoi nous travaillons. Je pense que le schéma d'ensemble devrait être approuvé en 2013, le syndicat unique pourrait alors voir le jour en 2014-2015. Bien sûr, les actions de formation continueront mais de façon moins morcelée et donc plus efficace."


Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.
 

Contact(s)

Communauté de communes du Plateau picard

BP 10205
60132 Saint-Just-en-Chaussée Cedex
03 44 78 70 02
Nombre d'habitants : 30000
Nombre de communes : 52
Nom de la commune la plus peuplée : Saint-Just-en-Chaussée (5600 hab.)

Jean-Louis Hennon

Vice-président en charge de la protection de l'eau
jean-louis.hennon@orange.fr

Fanny Barré

Chargée de mission Agriculture
f.barre@cc-plateaupicard.fr
Haut de page