Réduction des déchets : Dans le Doubs, les poules sont mises à contribution (25)

Publié le
dans

Environnement

Energie

Doubs

Dans le cadre du programme local de prévention sur les déchets signé avec l’Ademe en 2010, le syndicat de traitement des déchets de Besançon et sa région a proposé à 16 familles d’accueillir chacune un couple de poules d’origine locale, pour démontrer qu’une réduction du poids de la poubelle était possible. Un test de 4 mois qui a fait ses preuves.

L’action a été proposée aux élus du syndicat de Besançon et sa région pour le traitement des déchets (Sybert, 198 communes, 227.000 habitants) par le vice-président, Alain Viennet, en charge de la compétence Prévention, qui avait eu connaissance de l’initiative similaire lancée par la commune de Pincé (dans la Sarthe). Deux chargées de mission Prévention et Communication ont assisté l’élu, pour la mise en œuvre de l’opération.

Familles volontaires sélectionnées sur leur motivation et leur engagement

Un appel à des familles volontaires a été lancé, sous la forme d’une campagne d’affichage diffusée en janvier 2013 par internet, dans la presse locale et par les collectivités. Au total, 200 familles ont proposé leur candidature. Sur ce total, 16 familles - en zone urbaine et en zones rurales - ont été retenues. Elles ont reçu une formation d’une demi-journée (construction du poulailler à partir de matériaux de récupération, l’alimentation, les maladies et les dangers face aux prédateurs notamment), et se sont engagées à fournir aux gallinacés un abri et une alimentation correcte, et aussi à participer à quatre réunions d’étape entre mars et juin. Les familles devaient s’engager à procéder à des pesées séparées des déchets : ceux détournés vers les poules, ceux destinés au compostage ou constituant les ordures ménagères résiduelles (poubelle grise). Enfin elles acceptaient de contribuer à la communication de l’opération (foire, animations locales, reportages, interviews, etc.). Au terme de cette formation, les familles ont reçu fin mars les poules et un kit de démarrage (céréales en grains). Chaque mois, elles ont transmis les pesées, et ce jusqu’à la publication des résultats devant la presse le 2 juillet.

Accompagnement des familles, communication et réseaux sociaux

Le Sybert a été assisté tout au long de l’opération par un bureau d’études. Ce dernier a par exemple assuré la gestion du SVP Poules mise en place pour répondre à toutes questions des familles. Ces dernières ont intensément partagé leurs expériences et leurs solutions, à l’aide d’un blog et des réseaux sociaux. Ce qui explique sans doute que, comme l’a constaté le Sybert, de nombreuses familles parmi les 200 familles non sélectionnées avaient tout de même tenté l’expérience sans son appui. Pour faire largement connaître l’opération, le Sybert a organisé une campagne de communication dans les 198 communes adhérentes (journaux, affichage, page internet, etc.) et au niveau national notamment grâce aux relations presse. Le Sybert a pu également compter sur la marraine de l’opération : l’humoriste la Madeleine Proust.

Une opération simple à préparer avec soin

"Les poules s’avèrent d’excellents composteurs sur patte, constate le vice-président. Quant à l’opération, elle est d’une grande simplicité de mise en œuvre à condition d’avoir le bon accompagnement et une bonne communication sur l’ensemble du territoire ! Quelques précautions s’imposent : d’abord, former et accompagner correctement les familles, se donner les moyens, dès le début de l’opération, de répondre à toutes leurs questions ; bien choisir le volatile, de préférence une race de poule pondeuse qui motive les familles…"

Le bilan s’avère tout à fait concluant : "Les familles ayant participé à l’opération ont produit moins de déchets que la moyenne des familles du Sybert. Soit, au lieu de 180 kg par habitant et par an, un ratio de 88 kg : 46 kg de déchets en poubelle grise, 20 kg en composteur et 22 kg de matières organiques données aux poules. Avec, en prime, 150 à 180 œufs par an !"

Michel Léon,Titres & chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

 

Budget de l’opération :
L’opération "Des poules pour réduire mes déchets" du Sybert a coûté 14.000 euros, dont 5.000 euros pour l’assistance technique, 600 d’euros d’achat des poules et 2.500 euros de communication et de réception.

Syndicat de Besançon et sa région pour le traitement des déchets (Sybert)

Nombre d'habitants :

226893

Nombre de communes :

198
4 rue Gabriel Plançon
25043 Besançon Cedex
prevention@sybert.fr

Alain Viennet

vice-président

Martine Menigoz

attachée de presse (CAGB)
Haut de page