Réseaux de transports urbains : vers des flottes de véhicules propres - électricité, hydrogène, GNV - Volet 2 (compte-rendu)

Fin 2021, les exigences de la directive dite "Véhicules propres", qui fixe notamment des obligations en matière de renouvellement des flottes de transport public ont été transposées en droit français. Le déploiement des carburants alternatifs (électricité, hydrogène et GNV) est un axe européen prioritaire, vivement encouragé par la Commission dans le cadre du volet transport du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe.

C’est un changement qui se prépare soigneusement et dont les implications sont multiples pour la gestion d’un réseau urbain, tant du point de vue de l’autorité organisatrice du service que de l’opérateur.

Alors comment opérer le changement des flottes de bus dans de bonnes conditions ?

Cette seconde séance consacrée à la question a permis d’approfondir les points suivants :

  • Le point de vue de l’opérateur, le point de vue de l’AOM : impacts techniques et conséquences, le cas échéant, sur les clauses contractuelles de la DSP
  • Les aspects économiques : coût, impacts selon le mode de gestion, modalités de financement
  • La gouvernance du projet de changement énergétique (acteurs, phasage, organisation)
  • L’impact environnemental

Patrice Perrogon et Vincent Grandjean, experts-associés à Territoires Conseils, qui accompagnent plusieurs agglomérations sur la voie du changement de motorisation ont recensé les leviers et les écueils de ce type de démarche en s’appuyant sur l’analyse de plusieurs retours d’expérience.

Téléchargements

  • Type : Compte-rendu