Côtes-d'Armor

Luc Blanchard

Saint-Brieuc reconvertit son patrimoine grâce à la vente de biens (22)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Depuis 2015, les élus de Saint-Brieuc ont approuvé la mise en place d'une politique de gestion active du patrimoine de la ville. Plusieurs bâtiments communaux ont été vendus, ce qui a généré de nouvelles ressources permettant de rénover du patrimoine municipal et de rationnaliser l’utilisation des locaux.

Places de parking, manoir, ancien centre de vacances utilisé deux mois par an et inexploité depuis quelques années en raison de la nécessité de réaliser des travaux de mise en conformité conséquents, anciens abattoirs municipaux occupés jusque début 2015 par un service de l'agglomération... la liste des biens mis en vente par la ville de Saint-Brieuc tient de l'inventaire à la Prévert (lire encadré). Ces résultats sont le fruit d’une réflexion engagée depuis plusieurs années. Les premières ventes réalisées en 2016 ont rapporté à la commune 350.000 euros ; le cap des 2 millions devrait être franchi en 2017.

Définir une stratégie immobilière

Dès 2015, les services de la ville ont engagé un inventaire exhaustif du patrimoine afin de définir une stratégie immobilière pour les bâtiments de la ville. L'objectif étant d'obtenir une vision globale des bâtiments communaux, et des coûts engendrés pour leur entretien, leur adaptation aux normes et aux besoins du service public. Les biens dont la ville n'avait pas l'utilité, ou qu'il n'était pas possible de réhabiliter, ont été répertoriés. Ils ont été estimés au préalable par les services des Domaines publics, puis mis en vente.

Marché d'intermédiation immobilière ou vente directe

Certains biens ont été mis en vente dans le cadre d'un marché d'intermédiation immobilière sous mandats simples (pas de mandat exclusif), avec le concours de professionnels de l'immobilier (notaire et agence immobilière ont été retenus dans le cadre de ce marché).
Pour d'autres biens, la vente a été assurée en direct par la ville, via deux agents municipaux chargés des affaires foncières au sein de la direction de la gestion du patrimoine.

Organiser les ventes, diffuser les annonces

Saint-Brieuc étant l'une des toutes premières collectivités bretonnes à mettre en place ce dispositif, elle a essuyé quelques plâtres. Plusieurs agences immobilières locales ont mal vécu le fait qu'une agence parisienne soit retenue au terme de l'appel d'offres, et l'ont fait savoir au maire adjoint en charge des bâtiments publics, Pierre Delourme. "Nous sommes en train de réfléchir, explique l’élu, à des solutions permettant que les agences locales puissent s’occuper d'une partie des ventes. Dans le cadre des marchés publics, ce n'est pas si simple mais à l'avenir, nous envisageons de créer plusieurs lots, de façon à laisser une chance à chacun."
L'élu reconnaît également que la communication de la ville pourrait être plus complète. Les biens à vendre pourraient par exemple être présentés sur son site Internet. C'est "LE" chantier de 2017.

Regrouper des activités pour mutualiser et rationaliser

Même si le montant des ventes est versé au budget communal, il est clair que ces sommes sont fléchées pour partie vers la réhabilitation du patrimoine conservé par la ville.
La gestion active a un autre avantage : celui de rationaliser l'utilisation des bâtiments. Un immeuble, actuellement en cours de réhabilitation, deviendra la "Maison des associations". Ces dernières qui disposaient de locaux municipaux dispersés et parfois mal équipés, bénéficieront bientôt de services d'une structure mutualisée.

Bilan très positif… et de nouvelles mises en vente

Forte de ce bilan, la ville prépare de nouvelles mises en vente. La première phase comprenait une quinzaine de bâtiments, dont dix ont été vendus. Il faut noter que la vente de logements, tels que les anciens logements de fonction des instituteurs, a été une réussite. La deuxième phase, en 2018, proposera à nouveau une quinzaine de bâtiments, et une troisième phase est d'ores et déjà envisagée.

La ville garde le contrôle

Si la vente de certains bâtiments, tels que les parkings, ne nécessite pas de suivi particulier, ce n'est pas le cas de tous les biens. Les anciens abattoirs, pour ne prendre que cet exemple, ont un intérêt patrimonial certain. "Le nouvel acquéreur a souhaité réhabiliter ce site emblématique par une opération innovante de création d'une cinquantaine de logements. L'architecte des Bâtiments de France a été associé très en amont au projet", commente la chargée des affaires foncières, Sonia Briou.

Les habitants de Saint-Brieuc sont satisfaits de ce dispositif. Ils comprennent que la ville doit trouver de nouvelles ressources. Un patrimoine plus resserré, mais remis aux normes de sécurité et d’accessibilité est garant d'un meilleur service public.

Ventes réalisées en 2017
. maisons individuelles
. anciens logements d'instituteurs (5 logements de type F4 et F5)
. plusieurs ensembles immobiliers à vocation d'habitat
. places de parking
. entrepôts
. terrain à vocation économique
. Deux sites exceptionnels : manoir/ancien centre de vacances rural ; anciens abattoirs municipaux. 
 

Contact(s)

Commune de Saint-Brieuc

Place du Général de Gaulle, CS 72364
22000 Saint-Brieuc
Cedex 1
Nombre d'habitants : 46000

Pierre Delourme

Adjoint en charge des finances, du handicap, de la santé et des bâtiments publics.

Sonia Briou

Chargée des affaires foncières
sbriou@saint-brieuc.fr
Haut de page