A Saint-Etienne, le toit d'une tribune du stade produit 205.000 kW/h par an

Publié le
dans

Environnement

Energie

Loire

L'été 2007, Saint-Etienne Métropole (Loire) a doté la tribune officielle ouest du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne d'une installation photovoltaïque de 2.600 m2, à l'époque la plus grande installation photovoltaïque de France métropolitaine. Les trois quarts de l'investissement ont été assurés par la société d'exploitation de centrales photovoltaïques, constituée à parité par la Caisse des Dépôts et par Tenesol, filiale à 50% d'EDF.

Saint-Etienne a été l'une des villes retenues pour accueillir des matchs de la Coupe du monde de rugby à l'automne 2007. Dans cette perspective, EDF, partenaire de la Coupe du monde, a proposé à Saint-Etienne Métropole (43 communes et 384.000 habitants) de se saisir de l'événement pour installer aux abords du stade de la ville quelques panneaux photovoltaïques. "Nous avons voulu réfléchir à une installation pérenne et de plus grande envergure, raconte Roland Goujon, vice-président de Saint-Etienne Métropole. D'autant plus qu'à cette période, le tarif de rachat de l'électricité photovoltaïque avait été réévalué à 55 centimes d'euros pour une installation intégrée à l'architecture."
C'est finalement la toiture de la tribune officielle ouest du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne qui a été retenue pour accueillir une installation photovoltaïque de 2.600 m2. "Le budget 2007 étant bouclé, l'agglomération ne pouvait pas dégager le budget nécessaire à l'investissement dans cette centrale photovoltaïque", souligne Guy Pagat, chef de projet à l'agglomération. "Il fallait donc, d'une part, que l'installation soit intégrée à l'architecture du stade afin d'obtenir le meilleur tarif de rachat de l'électricité, pour un remboursement rapide de l'investissement. D'autre part, nous avons cherché des partenaires qui puissent prendre en charge une grande part du financement. Cette fonction a été assumée par la SECP, Société d'exploitation de centrales photovoltaïques, constituée à parité par la Caisse des Dépôts et par Tenesol, constructeur de panneaux et filiale à 50% d'EDF. Nous avons signé avec la SECP un bail emphytéotique de vingt ans avec un contrat de revente de l'électricité garanti sur cette période. Ce qui revient pour l'agglomération à louer sa toiture. Sur le plan juridique, nous aurions pu faire le choix de la concession domaniale qui semble également bien adaptée pour ce genre d'opération, comme l'a mis en évidence Rhône-Alpes Energie Environnement." (1)

 

Des délais de réalisation très courts

"La plus grosse difficulté de cette réalisation a été le laps de temps dont nous disposions, souligne Roland Goujon. Il nous a fallu très vite trouver les bons partenaires et réaliser simultanément pendant l'été 2007 la toiture photovoltaïque, le renforcement de la charpente, la réfection des pelouses, l'installation d'écrans géants... pour accueillir en septembre les premiers matchs de la Coupe du monde de rugby !"
Dans un premier temps, il a été envisagé d'enlever la toiture d'origine de la tribune, en bac acier, mais cela aurait empêché de respecter les délais. Il a finalement été décidé de monter une nouvelle toiture, également en bac acier (Arcelor) et intégrant les cellules photovoltaïques, sur la première, avec entre les deux des supports de 8 cm de haut. Ce choix technique a nécessité un renforcement de la charpente pour supporter le poids supplémentaire. Le renforcement de la charpente ainsi que le  contrôle des aspects sécurité a financièrement été pris en charge par la communauté pour un montant de 114.000 euros. Les travaux ont été réalisés par la SECP qui, sur un budget global de 1.845.300 euros, a apporté 1.330.000 euros (emprunt de 980.000 euros et 350.000 euros de fonds propres). Le reste du budget a été abondé par des subventions de la communauté (100.000 euros), d'EDF (100.000 euros), du conseil régional Rhône-Alpes (100.000 euros) et de l'Ademe (100.000 euros).

 

Une production annuelle de 205.000 kW/h

L'installation a été mise en service à la fin du mois d'août 2007. D'une puissance de 216 kWcrêtes, dans les meilleures conditions d'ensoleillement, elle doit produire annuellement 205.000 kW/h, ce qui correspond, selon les critères de production européens, à 70 tonnes de rejets de CO2 évités. Si l'on retient un tarif stable de rachat à 55 centimes d'euros (près de 60 centimes en 2008) et une production à 80% de la puissance théorique, l'investissement doit être amorti en vingt ans. Un an de fonctionnement a conduit à réajuster les prévisions de départ : l'ensoleillement a été inférieur de 5% aux moyennes annuelles et la capacité de production de l'installation inférieure de 2%, soit une production inférieure de 7% par rapport aux prévisions. "Jusqu'à présent, on parlait de Saint-Etienne comme une ville noire, d'usines et de charbon, rappelle Guy Pagat. Le premier impact de cette installation, qui mêlait sport et environnement, a été une couverture médiatique très large et très positive. Par ailleurs, cette réalisation conforte la politique de développement durable engagée par l'agglomération: la question de la gestion de l'énergie se pose maintenant pour chaque nouveau projet. Grâce au tarif d'achat de l'électricité élevé garanti pour vingt ans, ce genre d'installation, au minimum, ne coûte rien. Au passage, nous avons aujourd'hui une toiture neuve et nous contribuons à la lutte contre le réchauffement climatique." Enfin, l'installation de la toiture photovoltaïque est accompagnée d'un travail sur la gestion de l'énergie au niveau du stade. Un diagnostic énergétique et de la gestion de l'eau dans le stade est en cours. Déjà, les salons VIP, jusqu'il y a peu installés dans des tentes nécessitant beaucoup d'énergie pour être chauffées, ont été réintégrés dans les bâtiments.

 

Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis


(1)  : www.raee.org/nena_pv, rubrique actualités, rapport sur l'investissement participatif et rubrique énergies renouvelables, montages juridiques pour collectivités.

 

Saint Etienne Metropole

35, rue Ponchardier - BP.23 -
42009 Saint Etienne Cedex 02

Guy Pagat

Chef de projet

Roland Goujon

Vice-président, maire de la Tour-en-Jarez
Haut de page