À Saran, les idées citoyennes se concrétisent pour améliorer la qualité de vie des habitants

Depuis février 2019, les habitants de Saran peuvent soumettre leurs idées pour la ville et suivre les projets locaux via la plateforme de participation citoyenne en ligne Fluicity. Une démarche inclusive, qui permet à une plus large partie de la population (notamment les plus actifs et les jeunes) de s’exprimer, et offre à la ville une écoute plus complète du terrain.

À Saran, la proximité entre les habitants et les services municipaux a toujours fait partie de l'histoire de la ville. La commune a complété ses services municipaux d’une plateforme de participation citoyenne pour permettre aux habitants de proposer leurs idées directement en ligne, via ordinateur ou smartphone.

Le but n’était pas de remplacer le contact direct mais d’offrir un outil complémentaire” précise Sébastien Prévot, directeur de cabinet de Saran et référent sur la participation citoyenne. Il est difficile de faire se déplacer des habitants à des horaires, qui malgré nos efforts, ne leur conviennent pas. Le numérique permet de toucher plus largement un public bloqué au domicile ou au travail à certains horaires.”

Depuis 1 an, 7 idées venant de la plateforme ont ainsi été concrétisées et une trentaine d’autres ont fait l’objet d’informations et d'échanges avec la mairie.

Des idées concrètes pour améliorer la ville

Premiers sur le terrain, les habitants de Saran ont pu signaler facilement des points de tension et proposer des améliorations.

3 exemples d’idées citoyennes concrétisées :

  1. La réalisation d’un défi “déchets sauvages” : une balade éco-citoyenne pour nettoyer les rues et les jardins. Après avoir recensée plus de 10 votes d’habitants en sa faveur, la balade a été organisée par la ville.
  2. L'aménagement d’un terre-plein pour améliorer la sécurité routière.
  3. Un bus supplémentaire à l’heure de sortie du lycée. Ici, la ville a pu compter sur les témoignages des citoyens pour étayer sa demande de bus supplémentaire auprès de la métropole.

Sept idées citoyennes ont vu le jour : un chiffre voué à augmenter  “Avec la période préélectorale, nous n'avons pas pu concrétiser beaucoup de propositions. La communication a été limitée pendant cette période et doit s'intensifier dorénavant pour augmenter le nombre de participants actifs.”

393 habitants sont aujourd’hui engagés sur la plateforme quand une réunion de quartier n’en reçoit actuellement qu’une trentaine.

Faire de la pédagogie autour des compétences de la commune

Cependant, toutes les idées citoyennes ne peuvent pas être réalisées par la commune, ou ne sont pas de son ressort.

Il est possible via la plateforme, de visualiser les différentes strates territoriales et permettre une meilleure compréhension de leurs niveaux de compétences. Pour cela, il faut que les administrations adhèrent au réseau de participation et reconstruisent ainsi le millefeuille territorial.

En attendant, il faut faire preuve de pédagogie et entretenir le dialogue.

“Parfois, les habitants vont proposer des choses qui sont infaisables, car ils ne connaissent pas toutes les contraintes de l’administration. Prenons le temps de les écouter et interrogeons-nous. Ne nous braquons pas sur les propositions, mêmes les plus farfelues et les plus complexes, conseille Sébastien Prévot. Ensuite, entourons-nous d’experts. Faisons confiance aux services municipaux qui vont nous permettre d’apporter leur analyse et de réfléchir aux propositions des habitants (forces, faiblesses, opportunités, risques…). La décision finale revenant aux élus.”

La pédagogie passe aussi par un dialogue régulier entre la ville et les habitants sur la plateforme. 50 % des propositions ont ainsi reçues des réponses de la ville (notamment sur leur faisabilité ou leur alignement avec les choix d’aménagement).

 

Indicateurs de suivi et analyse du terrain

Pour inviter les habitants à continuer à contribuer, Saran mise donc sur la pédagogie et la transparence. Concrètement, divers indicateurs sont prévus sur la plateforme pour cela.

  • Les citoyens peuvent suivre l’évolution de leurs idées depuis leur publication jusqu’à leur concrétisation. À chaque étape, ils sont notifiés du changement de statut, pour rester impliqués.
  • Côté administration, un système de gestion propose le suivi des idées (dernières postées, votes récoltés, commentaires, statuts) et surtout d’en dégager les principales thématiques (notamment grâce à l’utilisation de mots clés).

Au-delà de la concrétisation des idées, cette analyse des tendances constitue un avantage de taille pour comprendre les besoins et les préoccupations des habitants.

La prochaine étape sera de travailler ensemble sur des plus gros projets : l’aménagement complet d’un quartier par exemple ou la mise en place d’un budget participatif.” confie Sébastien Prévot, directeur de cabinet de la ville de Saran.

L'essentiel

Satisfactions et difficultés

Participation d’une plus grande partie de la population via un outil en ligne

Des idées concrètes qui répondent aux problématiques du terrain

Des données pour analyser les préoccupations des habitants

Des idées parfois irréalisables face aux compétences de la commune

Maintenir un dialogue régulier pour garder le lien avec les habitants

Résultats

  • 393 citoyens engagés sur la plateforme
  • 96 idées citoyennes proposées
  • 46 idées lancées - 7 idées concrétisées
  • 898 votes en lignes sur des idées ou des consultations.

Le but n’était pas de remplacer le contact direct mais d’offrir un outil complémentaire

Sébastien Prévot, directeur de cabinet de la ville de Saran

Contacts

Commune de Saran

Nombre d'habitants :

16259
Place de la liberté
45774 Saran
courrier@ville-saran.fr

Fluicity

53 rue du Caire
75002 Paris