Sarreguemines Confluences soutient l'université populaire

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Moselle

Depuis 2005, la communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences, en Moselle, accueille une université populaire portée par une association relevant de la loi de 1908 (loi locale d'Alsace-Moselle). Née de la volonté des élus, elle propose des activités variées sur l'ensemble du territoire, mais aussi hors des frontières de Sarreguemines Confluences.

Aux frontières de l'Allemagne, la communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences (Moselle, 26 communes, 52.500 habitants) forme un territoire mêlant citadins et ruraux. Les élus ont souhaité mettre en place une université populaire dans l'optique de "cimenter le territoire", selon les mots de Marc Zingraff, vice-président de la communauté d'agglomération, chargé de l'enseignement supérieur et président de l'association loi de 1908 "Université populaire Sarreguemines Confluences". "Nous voulions fédérer et mettre en rapport les différentes populations coexistantes. De plus, l'existence de l'université populaire de Sarrebruck, de l'autre côté de la frontière, nous laissait entrevoir des possibilités de collaboration intéressantes", continue le vice-président.

 

Une convention d'objectifs et de moyens rédigée en concertation avec les acteurs associatifs

Les premières réflexions s'engagent en 2002. En 2003-2004, les élus des communes du territoire sont appelés à se prononcer sur le bien-fondé d'une telle structure, les tarifs souhaités, les activités à proposer, la possibilité de mettre des salles à disposition... Cette décision fait suite à un "rapport d'expertise relatif à la faisabilité d'une université populaire dans le ressort de la communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences" remis par le Greta de Sarreguemines  Les vingt-cinq maires de l'époque ont approuvé le projet, la vingt-sixième commune ayant seulement adhéré à la communauté d'agglomération en janvier 2009.  Le 8 novembre 2005, les élus de la commission communautaire signent la création de l'université populaire, association loi de 1908. Ils ont, au préalable, réuni des membres du monde associatif et désigné les personnes pressenties pour être membres fondateurs. "J'ai naturellement été élu président de l'association. Mais la structure reste indépendante : elle n'est pas un service de la communauté d'agglomération. Celle-ci n'a pas la compétence culture. Elle ne pouvait intervenir dans ce domaine qu'en encourageant une association à travailler sur ce sujet d'intérêt communautaire", précise Marc Zingraff. Ce n'est pas la seule démarche de ce type sur le territoire : la télévision locale, portée par une association, a également été initiée par les élus de Sarreguemines Confluences.
Une convention financière a permis d'attribuer à l'association naissante une subvention de 90.000 euros, renouvelable chaque année. Par ailleurs, la région Lorraine a versé 27.500 euros en trois ans pour aider à la création du poste de directeur et dans le cadre d'un contrat CAE, l'université populaire a bénéficié de l'aide de l'Etat par le biais du Cnasea.

 

L'université populaire Sarreguemines Confluences compte aujourd'hui plus de 500 membres

L'activité de l'université populaire débute réellement en mars 2006 avec une dizaine d'activités proposées. Au premier semestre de l'année scolaire 2008-2009, pas moins de quarante et un modules de formation sont programmés ! Par ailleurs, le nombre de membres connaît une croissance exponentielle : "De 60 membres au départ, nous sommes passés à 340 en 2007-2008 et, aujourd'hui, nous en comptons près de 520", se réjouit Patrick Giessberger, directeur de l'université populaire.
Les tarifs restent très abordables : les membres s'acquittent d'une adhésion annuelle (10 euros par personne ou 15 euros par couple) puis payent les cours suivis (5 euros de l'heure pour les modules de langue, par exemple). "Nous ouvrons les cours seulement s'ils s'autofinancent ", précise le directeur. L'association emploie une vingtaine de formateurs en CDD, issus  parfois de l'Education nationale. Elle peut également faire appel à des intervenants extérieurs."Très vite, nous avons demandé à la communauté d'agglomération une subvention moindre, de l'ordre de 80.000 euros. Nous souhaitions, en effet, développer la part d'autofinancement. De plus, les nombreuses facilités que nous accorde la communauté d'agglomération permettent une diminution des frais", explique Patrick Giessberger. En effet, l'université populaire occupe à titre gratuit (hors les charges) des locaux du "Pôle Ecole" à Sarreguemines, propriété de la communauté d'agglomération. En outre, les mairies ou la communauté d'agglomération mettent, si besoin, des salles à disposition de l'association.

 

Une attraction qui s'étend au-delà des frontières de l'agglomération

Certains événements extérieurs sont organisés en collaboration avec des services de la communauté d'agglomération, d'autres associations et structures privées du territoire (cinémas), et même l'université populaire allemande de Sarrebruck : des cours, des conférences, des séances de ciné-club tous les mois, des visites, des randonnées... Les diverses activités ont touché, en 2007-2008, près de 2.000 personnes.
"L'université populaire participe réellement au maillage du territoire. Au niveau de la communauté de communes, mais aussi du pays de Sarreguemines-Bitche-Sarralbe tout entier et même au-delà", insiste le vice-président en charge de l'enseignement supérieur. "Seuls 65% de nos membres sont issus de la communauté d'agglomération : notre public s'étend dans un rayon de 35 kilomètres", confirme le directeur de l'association. Par ailleurs, l'université populaire propose depuis cette année des cours à Bitche, distante d'une trentaine de kilomètres. "Plus largement, nous travaillons en réseau avec les universités populaires de Moselle : un gros travail de mise en commun qui n'est pas encore terminé", conclut-il.

 

Elisa Dupont / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences - Casc

Nombre d'habitants :

51600

Nombre de communes :

25
99-101, rue du Maréchal Foch - BP 80805
57208 Sarreguemines

Patrick Giessberger

Directeur de l'université populaire

Marc Zingraff

Vice-président chargé de l'enseignement supérieur, de la formation et des actions communautaires dans les lycées et collèges
Haut de page