Haute-Marne

Un modèle de collège bioclimatique en Haute-Marne

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Energie

Tourisme, culture, loisirs

Le conseil général de Haute-Marne a voulu que le collège des Trois-Provinces, à Fayl-Billot, soit de très haute qualité environnementale, jusque dans ses moindres détails. Un modèle du genre.

La plupart des collèges du département de Haute-Marne étaient à rénover, voire à reconstruire, sept d'entre eux étant du type "Pailleron", tristement célèbre (et répandu !). La commission du Plan collèges, que préside Paul Flamerion, a décidé de reconstruire à Fayl-Billot un collège bioclimatique de très haute qualité environnementale.
En effet, rien n'a été laissé au hasard : l'architecte a travaillé sur l'insertion du bâtiment dans le site et son orientation par rapport à la lumière. Les classes sont très largement vitrées, et les fenêtres, à l'italienne, sont à double-vitrage à vide d'argon, très isolant. Les professeurs commandent leur ouverture depuis leur bureau. Les rideaux sont en osier. L'ossature du bâtiment ainsi que les panneaux extérieurs sont en bois. Les murs intérieurs, en briques de terre cuite, assurent une bonne isolation acoustique et thermique. La chaudière fonctionne au bois déchiqueté et fournit également le chauffage au lycée horticole tout proche. Un puits canadien réduit encore les besoins en énergie, puisqu'il climatise naturellement le bâtiment. L'air circule de l'intérieur vers deux gaines enterrées à 2,5 mètres sous le bâtiment et repasse à l'intérieur par une centrale de traitement de l'air à double flux. L'air, plus frais qu'à l'extérieur en été, plus chaud en hiver, permet de gagner 5 à 7 degrés, dans un sens ou dans l'autre. Enfin, L'atrium central, lieu de passage et de rencontres, occupé par des plantes exotiques, est couvert de vitres comme une serre horticole, qui provoque un effet de serre bénéfique l'hiver, quand il fait beau, et qui s'ouvre automatiquement, quand il fait chaud pour ventiler l'endroit.
Enfin, le bâtiment est, évidemment, accessible aux personnes à mobilité réduite.

Plusieurs conseillers généraux ont insisté pour tenter l'expérience

Mais pourquoi ici et pas ailleurs ? "Le site est privilégié, explique Paul Flamerion. Nous sommes là dans la capitale de l'osier, et, d'ailleurs, le lycée horticole voisin en a fait sa spécialité. Il faut dire aussi que certains conseillers généraux, pas tous chez les Verts d'ailleurs, ont fait valoir que nous étions dans un département très boisé et qu'il fallait tenter cette expérience d'un collège à ossature bois. La rédaction du cahier des charges, pour le concours d'architecture, a été très soignée et précise. Nous sommes très fiers de ce qu'a réussi l'architecte retenu, Nicolas Vauthier. Du reste, les usagers du bâtiment, le principal en tête, sont ravis d'y passer leurs journées."
Economiquement, il est difficile, pour le directeur des bâtiments au conseil général, Jean-Luc Adt, de faire un bilan des gains réalisés parce que le recul n'est pas encore suffisant. Quant au coût de la construction, ce collège modèle, pour 350 élèves, a coûté environ 7 millions d'euros, tandis qu'un autre de conception plus traditionnelle, de 450 places celui-là, en a coûté 10. Les deux budgets ne sont pas tout à fait comparables, mais les élus savent pertinemment que le fonctionnement de ces établissements, dont la durée de vie est longue, permet de récupérer très vite les dépenses consenties au moment de la conception et de la construction. Deux autres collèges de haute qualité environnementale également sont en chantier dans le département.

Contact(s)

Conseil général de la Haute Marne

1 rue du Commandant Hugueny
52000 Chaumont
03 25 32 88 88

Jean-Luc Adt

Directeur des bâtiments
jean-luc.adt@haute-marne.fr

Paul Flamerion

Président de la commission du Plan collèges

Accompagner vos transformations

La transformation du secteur à travers les réformes engagées par les pouvoirs publics vous impacte et vous amène à évoluer

Haut de page