Un réseau d'épiceries solidaires en Dordogne

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Dordogne

Le conseil général de Dordogne est à l’origine d’un projet mêlant étroitement utilité sociale et développement économique. La première étape a été la création d’une société coopérative d’intérêt collectif (Scic). Début 2010, trois épiceries solidaires verront le jour, préfigurant un réseau qui a vocation à s’étendre à tout le département.

L’épicerie solidaire est une entreprise commerciale qui se distingue du modèle traditionnel des "épiceries sociales" associatives. Animée par des salariés en insertion, elle propose des denrées produites à proximité et redistribue ses bénéfices à ceux de ses clients qui ont les plus faibles revenus. Fonder une telle entreprise requiert de s’appuyer sur de nombreux partenaires, c’est d’ailleurs ce qui explique qu’une Scic ait été choisie comme forme juridique.

Les trois premières épiceries solidaires seront créées à Périgueux, Boulazac et Coulounieix-Chamiers

Cette Scic a été créée en juin 2009 à l’initiative du conseil général de Dordogne. Elle compte sept collèges : producteurs-industriels-artisans, associations et dispositifs locaux, entreprises solidaires, adhérents, collectivités locales (trois communes pour l’instant) et bien sûr collectivité territoriale (conseil général de Dordogne). Les statuts sont clairs quant à l’utilité sociale du projet : "Prédominance de la personne humaine, démocratie, solidarité, sociétariat multiple visant l’intérêt collectif au-delà de l’intérêt de ses membres."
L’objectif est de créer dans les prochains mois trois épiceries solidaires à Périgueux (30.000 habitants), Boulazac (6.500 hab.), Coulounieix-Chamiers (8.500 hab.). Ce sont elles qui permettront de tester le dispositif. Par la suite, les implantations se poursuivront dans le département à la demande des communes.

Chaque magasin sera tenu par deux personnes en insertion

Implantée à la frontière d’un quartier "populaire" et d’un quartier "résidentiel", l’épicerie ne devra pas faire concurrence à un magasin traditionnel et sera ouverte à tous. La plupart des produits que l’on peut trouver dans une épicerie de quartier y seront proposés, les familles les plus démunies disposeront d’une carte, type carte de fidélité, validée par l’accompagnant social de la Scic, et bénéficieront de remises en caisse en toute transparence en contrepartie d’une participation aux ateliers proposés.
Solidaires dans leur fonctionnement, leurs implantations et leur clientèle, les épiceries du réseau le seront également par leurs investissements et le choix de leurs fournisseurs. Il est prévu d’équiper les magasins avec du matériel d’occasion et de les approvisionner auprès des jardins d’insertion, des producteurs en difficulté et en priorité auprès des industriels de Dordogne.
Enfin, chaque magasin sera tenu par deux personnes en insertion. Un accompagnant social et un encadrant technique salariés de la Scic assureront le suivi et la formation du personnel. Patrice Flouriot, directeur de la Scic, croit dans ce dispositif : "Le conseil général voit la solidarité autrement et je pense que c’est une bonne chose. Ce projet permet de préserver la dignité des personnes qui ont besoin de solidarité alimentaire et de contribuer à leur insertion par le biais de la consommation et de la mixité sociale."

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

 

Conseil départemental de Dordogne Périgord

2, Rue Paul Louis Courier
24000 Périgueux

Mireille Bordes

Vice-présidente en charge des affaires sociales et de l'économie solidaire
Haut de page