Une intercommunalité reprend une station-service en moyenne montagne (63)

Publié le
dans

Puy-de-Dôme

La communauté de la vallée de l'Ance a pris l'initiative de reprendre une station-service. Opérationnelle depuis mars 2014, l’équipement intercommunal a trouvé très rapidement sa clientèle. Il permet également de limiter l'évasion commerciale dans cette région de moyenne montagne fréquentée par les touristes.

En 2010,  une station-service du territoire de la vallée de l'Ance (Puy-de-Dôme) ferme à la suite du décès du propriétaire-gérant. "L’appel que nous avons lancé auprès des garagistes de la vallée ne nous a pas permis de trouver de repreneur : le renforcement des normes obligeait à relocaliser l'équipement", indique le directeur de la communauté de communes de la vallée de l'Ance, Johan Rougeron. Considérant la station comme un service indispensable aux habitants, entreprises et vacanciers (1.000 lits touristiques dans la vallée), les élus décident alors que l’intercommunalité porte le projet de reprise du service, et au-delà en assure la gestion en régie.

Une étude de marché relocalise la station et définit ses équipements

L’EPCI sollicite d'abord ses partenaires financiers. La région qui ne considère pas cet équipement comme stratégique refuse, tandis que le département du Puy-de-Dôme accepte à condition qu'une étude de marché soit réalisée .Cette étude confirme le besoin et la viabilité d’un tel service, à condition de relocaliser l'équipement sur la voie la plus circulante de la vallée, en limite du bourg de Saint-Anthème.
Ce sera un équipement 24/24h sans personnel sur place, auquel se greffe une station de lavage, demandée notamment par les touristes. Afin de limiter les coûts de livraison, les cuves de gazole sont dimensionnées de manière à permettre le ravitaillement d'un camion complet. Enfin, l'entretien des lieux sera assuré par les agents municipaux, comme c'est le cas pour tout équipement intercommunal sur ce territoire. L'option recharge électrique n'est pas retenue compte tenu de l'inexistence de véhicules électriques sur le territoire.
Trois ans seront nécessaires à l'aboutissement du projet et la mise en service s'opère en mars 2014.
Le cout de l’installation s’élève à 376.565 euros HT, dont 90.000 euros financés par des emprunts de la communauté de communes. (voir encadré Eléments financiers)

Application d'une marge de service pour couvrir les coûts de maintenance et de fonctionnement

Le ravitaillement en carburant se fait par le biais de marché à bons de commande, avec réservation d'un million de litres sur 4 ans. "Compte tenu de la fluctuation permanente du prix de l'essence, seule la marge qui s'applique au fournisseur est fixe", précise le directeur de la communauté de communes. En revanche, le prix payé par le consommateur est susceptible d'évoluer après chaque livraison du carburant qui s’effectue tous les 10 jours environ.
Pour pouvoir assurer la maintenance et le fonctionnement de l'équipement, la communauté de communes a instauré une marge intercommunale de service (en 2014, 5 centimes par litre) révisable par simple délibération. "Aujourd'hui, nous proposons des prix médians, entre ceux des grands opérateurs de carburants et ceux des centre commerciaux."

Systèmes de paiement différé et de carte à montant fixe

Afin de répondre à la demande des entreprises et de collectivités, la communauté de communes a mis en place en septembre 2014 une carte avec paiement différé : cette carte fixe un montant maximal mensuel de dépense et le porteur reçoit une facture en fin de mois.
Autre possibilité, une carte créditée d'un montant fixe, particulièrement prisée des parents ayant des ados circulant en scooter ou mobylette. Plusieurs communes s'approvisionnent à la station intercommunale pour leurs véhicules municipaux et en moins d'un mois, dix cartes de professionnels ont déjà été délivrées,

Un bilan qui dépasse les prévisions

Les cinq premiers mois de fonctionnement, les compteurs affichent un passage de 50 clients/jour en moyenne, avec des pics allant jusqu'à 90/100 clients l'été en saison touristique. Durant cette période, la station a déjà distribué le volume de 350.000 litres. Sachant que selon ce qui était visé annuellement par l'étude de marché, elle devrait distribuer environ 400 000 litres par an. "Cela ne nous étonne pas. Lorsque nous avions installé le premier distributeur bancaire public en milieu rural il y a 10 ans, l'étude de marché sous-dimensionnait aussi les retraits ! On a toujours de bonnes surprises. C'est un vrai service à la population qui rencontre son public", conclut le directeur de la communauté de communes.

Éléments financiers
Du fait de contraintes topographiques et de la nature des sols, la station a eu un coût relativement élevé. L'investissement se monte à 376.565 euros HT. Le conseil général a apporté 170.000 euros, l’Etat 70.000 euros et une demande de subvention de 47.000 euros est en cours auprès du comité professionnel de distribution du carburant. Emprunt à charge de l'intercommunalité : 90.000 euros.
Le coût de fonctionnement annuel est estimé à 40.000 euros (commissions cartes bancaires, entretien des bacs de décantation des carburants, de la fosse septique de la station de lavage et personnel administratif).

Claire Lelong pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Communauté de communes de la vallée de l'Ance

Nombre d'habitants :

3200

Nombre de communes :

10

Michel Bravard

Président

Johan Rougeron

Directeur
Haut de page