Une organisation pour la collecte des déchets ménagers spéciaux

Publié le
dans

Indre-et-Loire

Pour contenir la quantité croissante de déchets et limiter les dépôts sauvages, la communauté de communes Rive Gauche de la Vienne (Indre-et-Loire) a créé une déchetterie comprenant un bâtiment pour les déchets ménagers spéciaux. Sur le principe de l'apport volontaire, la déchetterie accueille les déchets produits par la population et les artisans locaux : ils sont ensuite triés et éliminés par plusieurs filières de traitement en dehors du territoire. La compétence intercommunale est aujourd'hui confiée à un syndicat mixte qui intervient pour plusieurs communautés.

Au départ...

Jusqu'en 1995, il n'existe pas de collecte des déchets ménagers spéciaux. Les déchets toxiques sont ramassés avec les ordures ménagères, voire non ramassés. De plus, les bennes mises à disposition des habitants dans les communes pour la collecte des déchets encombrants ne sont plus suffisantes et les dépôts d'ordures "sauvages" se multiplient. Dans le cadre de ses compétences environnementales, la communauté de communes Rive Gauche de la Vienne décide de construire une déchetterie qui ouvre ses portes en septembre 2000, après un an de travaux.

En cours de route...

La mise en place de la déchetterie se déroule en trois étapes avec l'appui d'un bureau d'études :
- définition des normes du bâtiment à construire ;
- détermination du type de produits à collecter ;
- formation du personnel au tri, au classement et à l'expédition des déchets.
L'information des habitants prend la forme d'un document distribué nominativement dans les foyers.
La déchetterie est accessible le lundi et le mercredi après-midi et le samedi toute la journée. Un gardien est présent en permanence. Les déchets collectés sont le carton, le papier, le verre, les huiles, les déchets verts, le fer, les gravats, le "tout-venant" et les déchets ménagers spéciaux. Ils sont réceptionnés et stockés dans des bacs de rétention, dans des locaux construits à cette occasion et mis aux normes. La déchetterie accepte évidemment les déchets banals mais tout un bâtiment est réservé aux déchets ménagers spéciaux. L'apport des déchets se fait de manière volontaire par les particuliers et les professionnels. Le service est gratuit pour les premiers mais payant pour les seconds (essentiellement des artisans locaux), au tarif de 1,50 euro par kilogramme pour les déchets ménagers spéciaux.
Les déchets font l'objet d'un traitement différencié selon leur nature. Les déchets ménagers spéciaux sont évacués par une entreprise agréée, les autres suivent des destinations diverses : les déchets industriels banals sont acheminés vers la commune de Chanceau-près-Loches située sur le territoire d'une autre communauté de communes, les déchets verts sont dirigés vers la plateforme de collecte de la communauté de communes du Véron.
Depuis le 1er janvier 2003, la communauté de communes a choisi de confier la gestion du site à un syndicat de collecte et de traitement des ordures ménagères (Sictom), auquel elle a délégué sa compétence en matière de déchets. Ce syndicat mixte s'étend sur un territoire englobant différentes communautés de communes. Sa compétence concerne la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés, qui incluent les déchets ménagers spéciaux. Il a signé des conventions avec des entreprises pour le prélèvement des déchets et a redéfini la tarification de la collecte pour les artisans. Dans les faits, la gestion des déchets ménagers spéciaux par le Sictom s'avère plus coûteuse que lorsqu'elle était assurée par la communauté de communes.

Les moyens mobilisés et les partenaires...

Au sein de la communauté de communes, l'action a été prise en charge par le vice-président, assisté d'une technicienne. La commission Environnement se charge de la mise en oeuvre. Elle est composée d'un groupe d'élus auquel se joignent, selon les besoins, des techniciens de la communauté, des représentants de la direction départementale de l'Equipement, du bureau d'études.
Le coût d'investissement du projet a atteint 12.200 euros pour les seuls déchets ménagers spéciaux, pour un budget de fonctionnement de 10.700 euros, ce qui représente 1% du budget global de fonctionnement. Les dépenses annuelles liées à la déchetterie s'élèvent à plus de 45.000 euros, soit 4,5% du budget communautaire. Aujourd'hui, le fonctionnement de la déchetterie revient en moyenne à 3,40 euros par habitant, perçus par l'intermédiaire de la taxe sur les ordures ménagères.
Plusieurs partenaires institutionnels se sont impliqués financièrement dans la création de la déchetterie : l'Etat, le conseil régional du Centre, le conseil général d'Indre-et-Loire et la chambre des métiers. Celle-ci a également été associée comme partenaire technique pour des conseils concernant la collecte des déchets auprès des professionnels et pour la communication auprès de la population. Aujourd'hui, le Sictom est l'opérateur central de la gestion des déchets sur le territoire de la communauté de communes.

Pour quels résultats...

La communication auprès de la population locale est primordiale. Tous les habitants du territoire ont été informés et la presse locale a assuré un relais précieux. La principale difficulté reste la recherche de filières d'évacuation et de traitement des déchets. De plus, les résultats dépassent les moyennes d'apports de déchets prévues initialement. Le coût de l'évacuation devient de plus en plus important.
Il est évident que cette opération n'aurait pas pu exister sans l'intercommunalité et qu'elle a permis de la consolider. Etant donné qu'elle touche directement à la vie quotidienne, elle permet aussi de rendre plus concrètes les actions de la communauté aux yeux de la population. Par ailleurs, elle a eu des répercussions environnementales dans la mesure où il a fallu intégrer le bâtiment dans le paysage et tenir compte des normes drastiques en vigueur qui ont encouragé les élus à faire appel à un bureau d'études.

Et aujourd'hui ?

Il y a peu de perspectives d'évolution de l'opération à court terme, excepté peut-être, d'ici quelques années, un élargissement de la gamme de produits collectés.

Marie Lévêque, chargée d'études au Centre permanent d'initiatives pour l'environnement Touraine-Val de Loire.

Le conseil des élus

"Pour une bonne gestion des déchets ménagers spéciaux, il faut créer en priorité un local spécifique. De plus, un bureau d'études est indispensable ainsi que la formation du personnel.

Enfin, il faut une communication, efficace, auprès des habitants, et réaliser des panneaux pédagogiques devant les bacs pour faciliter un bon tri."

Communauté de communes Rive Gauche de la Vienne

Nombre d'habitants :

3107

Nombre de communes :

9
5 Place du 8 mai 1945
37500 LERNE
cte.de.cnes.rgv@wanadoo.fr

Corinne LEROY

Technicienne
Haut de page