Approche intercommunale pour revitaliser Vire, la ville centre (14)

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Calvados

Malgré le dynamisme économique de son territoire, la ville centre de Vire perd des habitants. Les logements ne sont pas suffisamment adaptés aux attentes des ménages. En 2014, les élus ont lancé une Opah pour revitaliser la ville et la repeupler. Une opération qui s’inscrit dans un cadre plus large, puisque d’autres initiatives vont renforcer l’attractivité de la ville.

Détruite à 85% lors du débarquement du 6 juin 1944, Vire fait partie de ces nombreuses villes de Basse-Normandie reconstruites après guerre. Les logements sont de qualité, mais conçus selon les critères de l’époque, c’est-à-dire dépourvus d’isolation thermique et sonore efficaces ainsi que d’ascenseur. En 2014, environ 1.000 logements sont vacants, dont un tiers dans le parc social et les deux tiers restants dans le parc privé, surtout en centre-ville, et la commune a perdu 2.000 habitants ces vingt dernières années. Son centre-ville se vide inexorablement avec des répercussions très négatives sur les services et le commerce local.
"Une ville qui se vide s’affaiblit et affaiblit l’ensemble du territoire dans lequel elle s’insère, analyse le président de la communauté de commune de Vire et maire de la ville-centre Marc Andreu Sabater. Raison pour laquelle nous estimons que la reconquête des logements vacants est un enjeu clé pour l’avenir."

Opah portée par l’intercommunalité

Pourtant, Vire est une véritable ville centre, avec 11.800 habitants sur les 18.000 que compte le territoire intercommunal (8 communes). Le dynamisme du tissu économique se traduit notamment par l’existence de 11.000 emplois. Les élus ont donc choisi de s’attaquer à la revitalisation de la ville à l’échelle intercommunale en s’appuyant sur un PHL intercommunal.
La communauté de communes a sollicité l’Anah et lancé en 2014 une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) qui s’achèvera en 2017. Elle vise à réhabiliter 265 logements en trois ans sur les plans de l’isolation thermique et sonore. L’enveloppe globale des aides s’élève à 3,3 millions d’euros sur un chantier qui mobilisera au total 10 millions d’euros en comptant les restes à charge pour les propriétaires. La plus grande part des aides provient de l’Anah (2 millions), de l’État (0,5 million), de la ville et de la communauté de communes (0,8). Si elle couvre principalement le centre-ville, d’autres parties du territoire intercommunal sont concernées à un moindre degré.
L’opération est portée par l’intercommunalité avec l’aide d’un opérateur régional qui assure l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Deux chargés de mission spécialisés dans l’urbanisme et le logement ont rejoint le service Habitat de l’EPCI, notamment pour assurer le suivi de l’Opah.

85 logements réhabilités au bout d’un an

Un an après le lancement de l’Opah les premiers signaux sont encourageants. 85 logements de propriétaires occupants et de propriétaires bailleurs sont déjà réhabilités. "Les investisseurs ont compris l’intérêt de l’opération et nous sollicitent pour être informés des acquisitions possibles afin d’acheter, de rénover et de mettre en location. Quand un habitat de qualité est mis sur le marché, il trouve preneur", souligne le président de la communauté de communes. Par ailleurs, le programme de revitalisation va bénéficier aux entreprises locales du bâtiment qui récolteront l’essentiel des sommes investies dans les travaux.
En complément de l’Opah, la ville et l’intercommunalité sont en train de préparer le cofinancement de l’installation d’ascenseurs pour un montant de 10.000 euros l’unité, réparti à part égale entre les deux collectivités.

Valoriser le patrimoine de la reconstruction d’après-guerre

Par ailleurs, les élus ont déjà bien avancé dans leur réflexion sur la valorisation du parc d’après-guerre, dont plusieurs édifices sont classés au patrimoine de la reconstruction. Trois architectes de l’école d’architecture de Marne-la-Vallée, sollicitée par les édiles, ont remis des propositions pour rendre ce patrimoine plus attractif. Actuellement Vire et son intercommunalité sont en train de travailler avec des professionnels de l’immobilier pour déterminer les meilleurs moyens de mettre en œuvre ces propositions sans contrevenir aux critères du patrimoine classé.
De plus, une convention sur les villes reconstruites a également été signée à Vire en juillet 2015 avec la présidente de l’Anah, le préfet, le président de la région et la Caisse des Dépôts. Une architecte a été recrutée par la commune pour suivre l’ensemble de ces opérations.

"La politique que nous conduisons pour revitaliser la commune de Vire, mobilise fortement les élus et s’inscrit dans la durée pour produire toute son efficacité", tient à préciser le président de la communauté de commune.

Victor Rainaldi, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Communauté de communes de Vire

Nombre d'habitants :

18000

Nombre de communes :

8
73, rue d'Aunay
14500 Vire
accueil@cc-vire.fr

Marc Andeu Sabater

Président
Haut de page