Deux-Sèvres

Avec les chantiers d'insertion, le Marais poitevin entretient son patrimoine paysager (79)

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Labellisé Grand Site depuis 2010, le Marais poitevin constitue la deuxième zone humide de France après la Camargue. Pour entretenir ce patrimoine paysager aux fortes particularités, le parc naturel régional du Marais poitevin recourt depuis 10 ans aux chantiers d'insertion. Une solution souple, également porteuse d'une insertion économique particulièrement efficace.

En décembre 1999, les arbres du Marais poitevin ont payé un très lourd tribu à la tempête. C'est pour remettre en état les parcelles dévastées que le parc interrégional du Marais poitevin initie un premier chantier d'insertion. Durant 3 ans, six encadrants embauchés par le syndicat mixte du parc accompagnent 30 personnes en contrats d'insertion proposés par le centre social local. "Au vu de la qualité du service rendu, les élus ont souhaité pérenniser le chantier au-delà de la restauration des dégâts de la tempête", indique Dominique Giret, responsable Environnement au parc du Marais poitevin. Objectif : en faire un outil pour contribuer à l’entretien des marais sous la protection "Grand Site".

Programme de remise en état des parcelles pour faciliter la reprise agricole 

Ces marais mouillés protégés s’étendent sur 18.600 hectares difficiles à entretenir : constitués de petites parcelles, en moyenne un demi-hectare, entourées d'alignements de frênes et de peupliers, ils sont parfois inaccessibles par voie terrestre, et ont subi une large déprise agricole. Pour lutter contre ce phénomène, le parc passe des conventions de remise en état avec les propriétaires des parcelles (voir encadré) et établit une programmation annuelle, pour en confier la mise en œuvre à différents opérateurs par appel d'offre.
Selon la convention qu’il a passée avec les propriétaires des parcelles, le Parc finance les travaux de remise en état et en contrepartie engage les propriétaires à louer ou faire vivre en direct une activité agricole (pâturage de bêtes essentiellement). "En remettant en état ces parcelles, nous recréons une dynamique d’exploitation par les agriculteurs", poursuit le responsable Environnement au parc.

Association d’insertion créée par le syndicat mixte du parc

"Pour que le principe des chantiers d’insertion puissent se poursuivre, les élus ont choisi de créer une association d'insertion sur le territoire qui se consacre aux travaux d'entretien du marais", précise Dominique Giret. En 2004, naît l'Association d'insertion par la protection et l'entretien du Marais poitevin (AIPEMP), bras armé du syndicat mixte du Parc. Une seconde association solidaire basée en Vendée, le services ‘Espace Vendée’ Environnement (Seve), intervient également sur le territoire.
Si les travaux nécessitant des engins sont généralement confiés à des entreprises de travaux publics, d'autres un peu moins techniques relèvent d'entreprises d'insertion.
Enfin, les travaux nécessitant un travail manuel conséquent (débroussaillage, bûcheronnage), et situés en secteur difficilement accessible, sont assurés dans le cadre de chantiers d'insertion: chaque année, 50.000 à 100.000 euros de travaux sont ainsi confiés aux associations AIPEMP ou Seve qui gèrent les chantiers d'insertion.
Depuis 2004, le chantier d’insertion AIPEMP assure également l'entretien des chemins de randonnée et pistes cyclables, mission confiée au parc par délégation du conseil général des Deux-Sèvres (60.000 euros de travaux par an).

2013 : 33 contrats en insertion, dont 11 pour le maraichage

L’association compte 9 salariés permanents : un directeur, un responsable d'insertion pour le suivi individuel des personnes en insertion, deux encadrants techniques ‘Marais et chemins de randonnées et cyclables’, deux encadrants maraichage. En outre, trois agents en CDI sont chargés de la lutte contre le ragondin.
L'association dispose d'un budget annuel de 800.000 euros ; l'ensemble des contrats aidés sont pris en charge par des fonds Etat, et les prestations facturées permettent de financer les postes permanents.
Le conseil d'administration de l'association est composé des 20 communes du parc, de la fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles et du centre social de Mauzé.

Dispositif territorial souple

En plus de la souplesse d'intervention que permet le chantier d’insertion, son intérêt principal est son rôle social. "L'AIPEMP est l’association d'insertion des Deux-Sèvres qui connaît le meilleur taux de sortie positive, vers une formation qualifiante ou un emploi. Ce sont des chantiers collectifs valorisants, au contact des touristes qui visitent le parc et des entreprises de travaux publics", indique le responsable Environnement au parc du Marais poitevin.
Enfin, le chantier d'insertion est devenu un véritable outil territorial au service des communes du parc : elles utilisent ses services pour l'entretien de leurs espaces verts, et l'AIPEMP assure également des services aux particuliers.

Le PNR du Marais poitevin est aujourd'hui largement reconnu pour sa capacité à accompagner l'émergence de chantiers d'insertion. Il a apporté son expertise en 2007 en Martinique suite au passage du cyclone Dean. Il est aujourd'hui sollicité par différentes communes de son territoire pour développer des chantiers d'insertion tels que le chantier "éco-habitat" de La Grève-sur-le-Mignon ou encore le chantier "maraîchage" de Marans qui a vu le jour en ce début d'année 2014.

Claire Lelong pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Parc interrégional du Marais poitevin

2, rue de l'Eglise
79510 Coulon
05 49 35 15 20
05 49 35 04 41
Nombre d'habitants : 176000
Nombre de communes : 81
Nom de la commune la plus peuplée : Niort (60000 hab.)

Serge Morin

Vice président Environnement et Aménagement

Dominique Giret

Directeur technique du service environnement et agriculture
d.giret@parc-marais-poitevin.fr
Haut de page