Cher

Bienvenue dans la communauté de communes des Vallées Vertes

Organisation territoriale, élus et institutions

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Au coeur du Cher, l'intercommunalité des Vallées Vertes a longtemps été victime de l'exode rural. Alors que la population a chuté de 20% en 30 ans, la moyenne d'âge a progressé de manière inquiétante. Face au déclin démographique, les élus ont lancé depuis 1995 une politique basée sur l'accueil de nouveaux habitants. L'esprit de rénovation a pris le dessus et le territoire connaît aujourd'hui une deuxième jeunesse.

Située dans le Cher, la communauté de communes des Vallées Vertes (4.450 habitants) réunit sept villages autour d'une idée fédératrice : lutter contre la régression et le vieillissement démographique. "Il y a 15 ans, cette tendance semblait inexorable, les écoles menaçaient de fermer, souligne Jean-Pierre Charles, président de la communauté de communes et maire de Graçay. L'intercommunalité a été un outil pour sortir de cet esprit défaitiste et mutualiser les forces vives pour mieux rebondir." A l'occasion de deux séminaires intercommunaux en 1999, les élus et les acteurs associatifs et économiques ont amorcé une réflexion de sortie de crise et ont créé un concept identitaire fort, "les Vallées Vertes". "Dès le départ, nous avons convié la population à des réunions publiques pour discuter de problématiques locales. Les habitants se sont fortement investis afin d'améliorer leur cadre de vie, explique le président. Au lieu de créer des services municipaux comme dans les grandes villes, nous avons seulement débloqué les fonds pour réaliser des projets initiés par des membres associatifs. 6,8 millions d'euros ont été investis dans tous les domaines  entre 2000 et 2006." A l'époque, le Cher accusait un certain retard en matière d'intercommunalité : considérée comme pionnière, la communauté de communes des Vallées Vertes a bénéficié du soutien financier des autres collectivités, de l'Europe et de l'Etat. Depuis quinze ans, plusieurs équipements ont vu le jour ou ont été rénovés : l'office de tourisme à Graçay, un centre de loisirs à Genouilly, le musée de l'Ocre à Saint-Georges-sur-la-Prée... "L'idée de l'école de musique est venue d'un groupe de parents. Aujourd'hui, elle compte près de 130 élèves et, mis à part les professeurs rémunérés, elle est toujours gérée par des bénévoles, souligne Jean-Pierre Charles. "En 2006, nous avons ouvert la Maison des énergies." Composée d'anciens moulins réhabilités en centre d'hébergement et de loisirs, elle accueille aussi des groupes scolaires en proposant des activités pédagogiques autour des énergies renouvelables.

 

Attirer d'abord de nouveaux habitants pour faire ensuite venir des entreprises

"Au départ, nous étions à contre-courant et il a fallu batailler pour convaincre certains maires, indique Jean-Pierre Charles. Je souhaitais revaloriser le territoire en attirant d'abord de nouveaux habitants, pour faire ensuite venir des entreprises. Nous avons ainsi rénové les services publics et créé des structures nouvelles comme des garderies, une bibliothèque municipale, un centre de loisirs, une piscine." Au lieu de suivre une logique de "marketing territorial", le maire de Graçay a privilégié la croissance démographique. Résultat, la population augmente et rajeunit dans tous les villages : ce dynamisme se traduit par un renforcement des effectifs scolaires (+ 5% en 10 ans, soit 140 élèves en 2008 dans le chef-lieu de canton), un nombre croissant de permis de construire et de maisons en rénovation. Pour soutenir l'économie locale, la commune a racheté systématiquement les boutiques mettant la clé sous la porte. Progressivement, de nouveaux commerçants se sont installés : une épicerie, deux agences immobilières, une auto-école, une entreprise de matériaux, une maroquinerie d'art... "Un seul échec, mais les autres établissements semblent bien fonctionner. D'ailleurs, une boucherie va bientôt ouvrir, souligne Jean-Pierre Charles. "On ne fait pas de miracles, mais on jugule l'hémorragie. Malgré notre fragilité, les indicateurs sont prometteurs : chaque année, les bases fiscales des communes augmentent de 5,5%."

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté de communes des vallées vertes du Cher Ouest

37, rue du Haut Bourg
18310 Genouilly
02 48 52 27 86
cdc-des-vallees-vertes-du-cher@wanadoo.fr

Jean-Pierre Charles

Président de l'intercommunalité et maire du Graçay
jean-pierre-charles@orange.fr
Haut de page