Calvados

Orne

Manche

Dans le bocage ornais, trois communautés de communes planifient leur avenir

Organisation territoriale, élus et institutions

Quand le conseil régional de Basse-Normandie a lancé la révision de son schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT), la communauté de communes du Bocage d'Athis a voulu interroger habitants et acteurs locaux, puis a proposé à deux autres communautés proches, celle de Briouze et celle du Val d'Orne, de se joindre à la réflexion. C'est ainsi que 45 communes ont réfléchi, ensemble, à l'avenir de leur territoire.

Ce n'était pas gagné d'avance. Quand, en 1994, le Sivom du Bocage d'Athis s'est transformé en communauté de communes, les élus ont trouvé que la démarche était bien complexe ! Mais un habitant du cru, Yannick Soubien, maire de Taillebois, un village de 160 habitants, n'a cessé de dire que si les citoyens concernés par les projets territoriaux n'ont pas la possibilité d'en discuter avec les élus, ces derniers ont toutes les chances d'échouer. Il a réussi à les persuader que même les équipements touristiques locaux ne peuvent être fréquentés que si la population, sur place, se les approprie, pour en parler à leurs amis, y emmener le cousin de Bretagne quand il vient passer quelques jours par ici. Il a si bien convaincu qu'il s'est retrouvé élu au conseil régional de Basse-Normandie en 2004, sur une liste écologiste. A la fin de la même année, la région a lancé la révision du schéma régional d'aménagement et de développement du territoire (SRADT), et Pierre Sauques, maire de Durcet et président de la communauté de communes du Bocage d'Athis, a proposé aux acteurs de ses seize communes de réfléchir à un schéma local d'aménagement et de développement afin qu'il puisse être intégré de manière cohérente dans les projets de la région au moment de la contractualisation avec l'Etat.

Les habitants doivent s'approprier les projets pour qu'ils réussissent

Mais Pierre Sauques, comme Yannick Soubien, sentait bien que les discussions risquaient de tourner un peu court, parce que le territoire considéré était trop petit, alors que les deux communautés voisines, dans le même paysage, avaient les mêmes besoins et que les solutions, comme l'amélioration des transports collectifs par exemple, pouvaient être recherchées ensemble. Les élus des deux autres communautés ont été d'accord pour réunir de véritables assises du bocage ornais.
Dans la communauté de communes du Bocage d'Athis, les habitants, les élus, des experts et des acteurs locaux ont travaillé sur les énergies : comment développer l'économie locale en favorisant la production d'énergie renouvelable par l'accompagnement de l'agriculture, la structuration de la filière bois, l'examen des projets éoliens et l'information de tous sur les modes de production. Ont participé quelques habitants, des agriculteurs, les coopératives d'utilisation du matériel agricole (Cuma), la chambre d'agriculture, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe)...
La communauté du Pays de Briouze s'est penchée sur les services à la population . Après avoir travaillé ensemble, les associations d'aide à domicile, les professionnels de la santé, la CAF... ont conclu qu'il fallait anticiper le vieillissement des populations, améliorer l'offre de soins de proximité, développer les services d'aide à la personne, développer en même temps les activités d'accueil de l'enfance et de l'adolescence et répondre dès maintenant aux besoins locaux en matière culturelle, artistique et sportive.

Les énergies, les services à la population, le développement socioéconomique

La communauté du Val d'Orne s'est saisie du diagnostic réalisé en 2002 dans le bocage d'Athis pour tracer des perspectives de développement économique. Avec les chefs d'entreprise, les propriétaires de gîtes, les porteurs de projets, les commerçants, la chambre des métiers..., il leur a semblé qu'il fallait, en priorité, favoriser une approche plurisectorielle de l'agriculture, par les biocarburants ou l'accueil touristique par exemple, développer les filières courtes de vente directe des produits du terroir, structurer et accompagner la filière bois, mieux anticiper les sorties d'activité sur le plan commercial et artisanal et accompagner l'installation de repreneurs ou de porteurs de nouveaux projets. Sur le plan de l'emploi, les acteurs locaux, avec l'ANPE, la permanence d'accueil, d'information et d'orientation (Paio) et les chambres consulaires estiment qu'il faut développer les lieux d'écoute dans les villages, améliorer la mobilité ville-campagne en développant le covoiturage, permettre un meilleur accès aux informations sur l'emploi et la formation, en développant les nouvelles technologies.
Après plusieurs séries de réunions qui ont mobilisé plus de 80 personnes, les trois communautés de communes ont édité en mars dernier un document de 12 pages intitulé "Du schéma local au schéma régional d'aménagement et de développement du territoire : c'est aujourd'hui qu'il nous faut penser 2025". Le conseiller régional l'a remis au conseil régional, qui va l'intégrer en tant que tel au SRADT.

 

Ce type d'opération est assez lourd à porter, mais les élus des trois communautés ne regrettent rien, au contraire.
Pierre Sauques, président du Bocage d'Athis, considère que "les élus n'ont pas la science infuse, et que leur rôle, c'est d'abord d'être à l'écoute des citoyens et de travailler avec ceux qui ont des idées".
Monique Guibout, présidente de la communauté du Val d'Orne, affirme que "dans le bocage, l'entente est bonne, et que cette confrontation générale des idées locales va permettre de débloquer des aides financières supplémentaires qui seront ainsi utilisées au mieux".
André Lesecq, président de la communauté du Pays de Briouze, affirme que l'expérience est positive, "parce que nous avons réuni des acteurs divers tous concernés par le territoire, mais qui ne se connaissaient pas : les associations d'aide à domicile et les maisons de retraite, les animateurs jeunesse et le proviseur du collège, etc. A eux d'abord, cela a été extrêmement utile. Encore faut-il, maintenant que nous n'en restions pas là".
La démarche, n'en est qu'au début : l'élaboration de projets. Mais, au moins, dans ses négociations avec l'Etat, la région saura précisément ce qu'elle veut pour le bocage ornais ! Et c'est un atout de poids.

Contact(s)

Communauté de communes du Bocage d'Athis

Rue Guy-Velay
61430 Athis-de-l'Orne
02 33 66 40 03
02 33 64 06 16
ccba.athis@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 7336
Nombre de communes : 16

Pierre Sauques

Président

Mairie de Taillebois

Le Bourg
61100 Taillebois
02 33 64 48 56
Nombre d'habitants : 170

Yannick Soubien

Maire
ysoubien@club-internet.fr

Communauté de communes du Pays de Briouze

10 Place du Général-Leclerc
61220 Briouze
02 33 62 20 15
cdc.paysdebriouze@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 3500
Nombre de communes : 11

André Lesecq

Président

Communauté de communes du Val d'Orne

8 Grande-Rue
61210 Putanges
02 33 36 93 73
cdc.valdorne@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 4800
Nombre de communes : 18

Monique Guibout

Présidente

Accompagnement méthodologique évolutions institutionnelles et gouvernance

S’organiser pour faire face aux évolutions 

Haut de page