Dans un quartier de Saint-Apollinaire (21), les différentes générations font vivre "l'esprit village"

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Côte-d'Or

La ville de Saint-Apollinaire (Côte-d'Or), la Fédération dijonnaise des oeuvres de soins à domicile (Fedosad) et l'Opac de Dijon ont créé, en étroit partenariat, des logements et des équipements intergénérationnels dans un quartier de la ville où est promu "l'esprit village".

"C'est une histoire d'hommes et de femmes", raconte Pierre-Henri Daure, directeur des établissements de la Fedosad. C'est parce qu'ils se connaissaient bien et avaient l'habitude de travailler ensemble que Rémy Delatte, maire de Saint-Apollinaire, Michel Thiry, président de la Fedosad (qui a été adjoint au maire de Dijon pour les affaires sociales pendant 24 ans) et Maddy Guy, présidente de l'Opac de Dijon, ainsi que leurs principaux collaborateurs, ont mené ensemble le projet d'un lieu où les différentes générations pourraient vivre ensemble, dans un esprit de convivialité et de solidarité. L'opportunité s'est présentée à la fin des années 90 quand a été construit dans la ville un nouveau quartier, sur 40 hectares, le Val Sully. Au sein de ce quartier (qui compte aujourd'hui 2.000 habitants), quatre bâtiments (sur 1,2 hectare) ont été conçus pour constituer le "pôle Générations".

"Bonjour voisin !"

Les soixante-seize logements de cet espace ont été attribués pour moitié à des retraités et pour  moitié à des jeunes couples ayant au moins un enfant de moins de cinq ans. Pour prendre possession du logement, chaque locataire a dû signer la charte "Bonjour voisin !" qui consiste en un engagement moral à se dire bonjour, à se donner un coup de main et à participer à la dynamique intergénérationnelle du lieu. Outre les logements, le pôle Générations comprend, au rez-de-chaussée d'un bâtiment, une halte-garderie de trente places (gérée par la ville), une ludothèque (ouverte à tous les âges) et un relais assistantes maternelles. Un peu plus loin, on trouve un restaurant scolaire qui accueille 120 enfants d'un groupe scolaire proche. Le mercredi, ce sont les retraités de la commune qui viennent y manger. Dans un autre bâtiment, la Fedosad a ouvert deux petites unités de vie pour personnes âgées : un domicile collectif pour quatorze personnes âgées dépendantes, un domicile protégé pour six personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et un accueil de jour de douze places également pour personnes atteintes d'Alzheimer. La construction de cet ensemble de logements et d'infrastructures a été conduite par l'Opac dans les conditions habituelles de la construction du logement social et n'a pas entraîné de surcoût. Le budget de 8,2 millions d'euros a été abondé par des emprunts et par des subventions de l'Etat (DDE), du conseil général,  de l'agglomération du Grand Dijon, de la CAF et d'une mutuelle.

Une animation réalisée par les trois partenaires

Au sein de cet ensemble, l'Opac et la Fedosad partagent le loyer d'un point accueil où officie une personne employée à temps plein par la ville, Yvette Bourlet, chargée de l'animation, de l'accueil, de la médiation entre les locataires et de la coordination avec les services de la ville (car d'autres structures de la commune - médiathèque, centre de loisirs, crèche... - sont impliquées et viennent participer aux activités). Yvette Bourlet dispose d'un budget annuel de 9.000 euros, financé à parts égales par les trois partenaires, pour mettre en oeuvre les activités susceptibles de favoriser les relations entre les générations : expositions, karaoké, concours de pétanque, conférences, fêtes ou rencontres ponctuelles autour d'un événement (les matchs de la Coupe du monde de football projetés sur grand écran ou encore l'opération "Immeubles en fête" ont remporté un beau succès...). Toutes ces activités sont coordonnées avec le service culture de la ville pour éviter la concurrence. Le contact est également régulier avec les services personnes âgées et petite enfance, tandis qu'une réunion de coordination est organisée chaque mois avec le maire de Saint-Apollinaire, le Ccas, les représentants de l'Opac et de la Fedosad pour examiner le fonctionnement du pôle Générations, les relations avec les locataires et les projets en cours.

Toutes les structures ont acquis le réflexe de l'échange entre les générations

Outre les activités proposées par Yvette Bourlet, les différents services (crèche, halte-garderie, unités de vie des personnes agées, accueil de jour...) multiplient au quotidien les occasions de rencontres : on échange des dessins, des crêpes, les anciens rendent visitent à la halte-garderie... "Ces structures ont intégré dans leur projet les relations intergénérationnelles comme un enrichissement supplémentaire, souligne Pierre-Henri Daure. Depuis trois ans, les différents professionnels ont acquis le réflexe de l'échange. Les enfants n'ont pas peur de cette proximité avec les personnes âgées : pour eux un fauteuil roulant est devenu aussi banal qu'une poussette, ça fait partie de la vie. Cette participation quotidienne demande cependant une explication de texte et une démarche pédagogique auprès des futurs locataires : si des candidats locataires ne supportent pas les enfants, ce n'est pas la peine. La vie dans le pôle Générations nécessite une implication en tant que citoyen. Car cette dynamique ne se décrète pas, elle se crée, elle se vit. A nous de donner envie aux gens de faire des choses ensemble. Et quand des locataires s'en vont (ce qui est parfois le cas pour les jeunes couples dont les familles s'agrandissent), ils emmènent avec eux cet esprit "village" pour le faire vivre ailleurs."

Contact(s)

Fedosad (Fédération des oeuvres de soins à domicile)

26 bd Alexandre 1er de Yougoslavie
21000 Dijon

Pierre-Henri Daure

Directeur
pierre-henri-daure@wanadoo.fr

Générations

2 rue Jean-Sans-Peur
21850 Saint-Apollinaire
03 80 28 25 63
generations3@wanadoo.fr

Yvette Bourlet

Coordinatrice
Haut de page