Des chantiers municipaux pour accueillir des TIG de manière collective

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Bas-Rhin

La mairie de Saverne dans le Bas-Rhin organise des chantiers permettant d'accueillir collectivement des personnes condamnées à des travaux d’intérêt général (TIG), et cela en renforçant la concertation avec les autorités judiciaire.

Depuis 1995, le service technique de la ville de Saverne (12.248 habitants) accueille des tigistes. Au rythme d’un ou deux par an. En 2011, à l’occasion de la concertation entre les autorités judiciaires et la mairie pour conserver le tribunal de grande instance dans la commune, cette dernière a décidé de passer à un régime supérieur, en accueillant les tigistes non pas de manière individuelle, mais dans le cadre d’un groupe de sept à huit personnes, hommes et femmes. Les tâches à remplir ne manquaient pas puisque le mobilier urbain de la ville demandait à être rénové. Le groupe de tigistes a ainsi été affecté aux chantiers de renouvellement de 800 bancs publics et 300 corbeilles. Ce chantier a donné lieu à une convention (voir encadré) entre la mairie, le tribunal de grande instance de Saverne et le service pénitentiaire d'insertion et de probation du Bas-Rhin.

Un appui très fort des services judiciaires

"Les tâches sont simples et ne requièrent aucune compétence particulière, raconte Denis Baltzer, responsable du centre technique municipal. Les tigistes qui n'avaient jamais tenu un outil ont eu droit à une demi-journée de formation. Puis ils accompagnent leurs encadrants, issus des différents services du centre technique municipal. Le véritable défi était de faire en sorte que ces agents du centre technique municipal acceptent de changer de rôle, en se positionnant en encadrants et pas seulement en exécutants." Avec cette question : comment réussir à créer un esprit d'équipe sans avoir à régler des problèmes de discipline importants. "De ce point de vue, les services de la probation nous ont vraiment appuyés, poursuit le responsable du centre technique. Leurs conseillers d'insertion étaient tous les jours sur le chantier. Et le juge d'application des peines est venu deux ou trois fois voir comment cela se passait. Grâce à cela, le lien entre les agents municipaux et les tigistes s'est fait relativement aisément. Il y a eu quelques retards ou absentéismes, mais dans l'ensemble un véritable esprit d'émulation s'est créé." Le chantier 2011 a représenté 2.580 heures ouvrées

Le tribunal sait qu'il peut compter sur un accueil organisé

"Ce premier accueil d'un groupe est le résultat de la coordination qui s'est instaurée entre les différentes autorités judiciaires et la commune, indique Emile Blessig, député-maire de Saverne. Les magistrats peuvent d'autant plus facilement prononcer des peines de substitution, telles les TIG, qu'ils savent qu'il y aura une réponse organisée de notre part. Et inversement nous réjouissons lorsque nous découvrons qu'un tigiste" a fait figurer dans son CV ses heures de travail effectuées dans notre commune. Nous poursuivons l’expérience en 2012, et avons programmés 2.500 heures pour l’année."

François Poulle, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Convention de partenariat 
La convention de partenariat entre la mairie, le tribunal de grande instance de Saverne et le service pénitentiaire d'insertion et de probation (Spip) du Bas-Rhin stipule que "la mairie sur sollicitation du Spip et en lien avec le tribunal accepte d'accueillir un groupe de personnes placées sous main de justice... pour exécuter collectivement des tâches ciblées au profit de la collectivité". Ces personnes résident chez eux, sur un secteur de la compétence du TGI de Saverne. Pendant l'exécution de leur peine, les tigistes ne sont pas sous la responsabilité de la commune. Celle-ci doit seulement fournir le travail, l'encadrement et les équipements individuels de protection. C'est donc une opération de 35 heures par semaine. "Les tâches effectuées, déclarait Serge Edenhoffer, directeur du Spip aux Dernières Nouvelles d'Alsace, doivent comporter une notion de réparation afin qu'il soit visible que les tigistes apportent quelque chose à la communauté." 

Mairie de Saverne

78 Grande Rue
67700 Saverne

Emile Blessig

Député-maire

Denis Baltzer

Responsable du centre technique municipal
Haut de page