Puy-de-Dôme

Des réfugiés hébergés en habitat diffus dans une commune du Puy-de-Dôme (63)

Santé, médico-social, vieillissement

Social

A la demande de l’Etat, la commune de Giat accueille un centre d’urgence d’une capacité d’une trentaine de personnes, pour y héberger des familles de réfugiés en attente de régularisation. La population s’est faite à la présence de demandeurs d’asile, installés temporairement dans des appartements et des pavillons HLM vacants.

C’est en novembre 2013 que le maire de Giat (920 habitants), Didier Sénégas-Rouvière, a reçu un appel téléphonique de la part du sous-préfet de Riom et du directeur de la Cohésion sociale sollicitant une audience en mairie. Au cours de l’entretien, l’élu apprend que sa commune, bourg-centre doté de commerces, de services médicaux et de divers équipements, a été retenue pour accueillir un centre d’hébergement d’urgence de demandeurs d’asile (Chuda). D’après ses interlocuteurs, les logements de l’OPHLM du Puy-de-Dôme, vacants depuis quelques mois - et qui auraient pu devenir une lourde charge pour la commune -, sont adaptés pour accueillir les réfugiés qui se concentrent trop sur Clermont-Ferrand.

Les demandeurs d’asile pris en charge par une association mandatée

Le maire rend compte de cet entretien au conseil municipal et met en place une réunion d’information publique avec la présence du sous-préfet et du conseil municipal à laquelle assistaient une centaine d’administrés dont des services publics (écoles, collèges, etc.). Des annonces dans le bulletin municipal et la presse locale ont été publiées. De son côté, Forum Réfugiés Cosi, l’association mandatée pour gérer le Chuda, envoie une responsable qui procède sur place à l’embauche d’un contrat aidé, qui a été depuis transformé en CDI.
Pour recevoir les familles orientées par les services de l’Etat vers le Chuda de Giat, l’association loue des bureaux dans un bâtiment appartenant à la communauté de communes. Très vite, trois pavillons d’un lotissement et deux appartements d’une ancienne gendarmerie réhabilitée sont meublés par l’association pour accueillir les réfugiés qui s’installent à plusieurs familles par logement où ils partagent salle de vie et cuisine.

Accompagnement en français langue étrangère par l’Education nationale

Les demandeurs d’asile accueillis, d’abord au nombre de 27, puis 33 grâce à la mise à disposition d’un troisième appartement, séjournent en général à Giat quelques semaines ou quelques mois. "Ce turn-over pose quelques problèmes, surtout en matière d’encadrement scolaire, témoigne le maire. Par contre, nous nous félicitons de l’accompagnement en français langue étrangère que l’Education nationale a mis en place tant au collège qu’à l’école primaire." Les associations locales ont joué le jeu en proposant bénévolement des cours de français pour les adultes.

Demande pour évoluer vers un Cada

L’aménagement du Chuda n’a eu aucune conséquence sur le budget communal. Les loyers sont payés par l’Etat à l’OPHLM et tous les frais sont pris en charge par Forum Réfugiés Cosi. Depuis deux ans, tout se passe bien, mais le conseil municipal ne souhaite pas pour autant augmenter la capacité d’accueil du Chuda qu’il verrait volontiers transformer en Cada (centre d’accueil des demandeurs d’asile) pour stabiliser le séjour des familles.
Les habitants se sont habitués à côtoyer les personnes venues de si loin et habillées de tenues différentes. Chacun apprécie l’apport sur les commerces et les deux emplois. Sans parler de la présence d’une demi-douzaine d’enfants qui égayent la sortie de l’école. "Enfin, conclut l’élu, je remarque qu’aux dernières élections, malgré quelques rumeurs, toute notre liste a été élue !"

Initiatives pour encourager les échanges
L’association Forum Réfugiés Cosi a souhaité présenter à la population au cours d’une conférence le parcours type et les procédures auxquels doit se soumettre un réfugié. De son côté, à deux reprises, la commune a mis à disposition la salle des fêtes pour offrir à tous un plat typique préparé par les familles de réfugiés.
"Côté réfugiés, certains, surtout des femmes, ont demandé à accompagner les personnes âgées de la maison de retraite. Une esthéticienne a même proposé de prodiguer des soins et un cuisinier, pourtant non francophone, a été embauché. Il s‘est très vite intégré, témoigne le maire. Malheureusement, il n’a pas obtenu de papiers et a dû repartir. Globalement, ça se passe bien, les citoyens nous font de bons retours, mises à part une ou deux anicroches."

Michel Léon, Titres & Chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Commune de Giat

1 place du Champ de Foire
63620 Giat
04 73 21 71 67
mairie-giat@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 1000

Didier Sénégas-Rouvière

Maire
Haut de page