Deux petites communes mènent ensemble une analyse de leurs besoins sociaux

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Meurthe-et-Moselle

Plutôt que de continuer à se passer de l'analyse de leurs besoins sociaux, deux petites communes de la Meurthe-et-Moselle ont décidé en 2010 de mener ensemble cette démarche, en partageant un outil adapté à leur taille.

Si l’analyse des besoins sociaux (ABS) est obligatoire et doit être annuelle, son coût est un frein majeur pour les petits CCAS, qui hésitent à se lancer dans la démarche. Les communes de Thil (9.692 habitants) et Villerupt (1.643 habitants) ont trouvé ce qui leur manquait pour oser se lancer : le CCAS de Thil a partagé la démarche avec la commune voisine de Villerupt, et ensemble, ils se sont appuyés sur un outil pensé pour les communes de moins de 10.000 habitants, moins chronophage et coûteux qu'une ABS classique.

L’habitude de travailler ensemble

"Nous avions contacté l'Union des CCAS pour savoir s'il existait une solution à la mesure de nos moyens, explique Fabrice Krystof, directeur du CCAS de Villerupt. L'Unccas nous a proposé en retour d'expérimenter l'outil Phare à destination des petites communes, mis au point en partenariat avec un cabinet spécialisé". Très intéressé, le directeur du CCAS propose à la commune voisine de Thil d'être partenaire de cette opération. Celle-ci accepte sans hésitation, car comme l'explique Emmanuel Mittaut, chargé de développement à la mairie de Thil, "le CCAS (sans salarié) de cette commune n'aurait jamais eu les moyens de réaliser seul une ABS." Surtout, les deux communes et leurs CCAS ont déjà l’habitude de travailler ensemble, par exemple pour le portage de repas ou l'instruction des dossiers RSA. La professionnalisation de leurs actions justifiait de se passer à l’étape de l’ABS. "C’est un outil nécessaire dès lors que l'on veut adapter, orienter, améliorer une politique sociale à court et plus long terme", indiquent les deux interlocuteurs. Le coût de l'ABS (près de 9.000 euros) a été partagé entre les deux CCAS, au prorata du nombre d’habitants.

4 mois et 150 indicateurs

L'ABS s'est déroulé sur un temps relativement court : de mai à septembre 2010. Les CCAS et les communes ont été mis à contribution pour compléter les données à caractère social récupérées auprès de l'Insee, de Pôle Emploi, de la CAF, du Trésor public, et pour apporter des éléments plus qualitatifs (qualité de l'offre de santé, éducation, etc.) grâce à des questions ouvertes offrant des possibilités de commentaires. "Nous avons souhaité ajouter des indicateurs supplémentaires à ceux proposés par l’outil Phare, expliquent les deux interlocuteurs. Soit pour mieux "coller" aux particularités de notre territoire, en nous penchant, par exemple, sur les flux migratoires (la frontière du Luxembourg est à 5 km). Soit pour affiner certaines questions, par exemple, la dépendance des personnes âgées", Au final, le document prend en compte environ 150 indicateurs. "Le risque était d’être submergé par des chiffres à qui l’on peut faire tout dire", reconnaît le directeur du CCAS de Villerupt. Ce risque a été surmonté, grâce à une mise en forme et une présentation des données très élaborées : "Les schémas, histogrammes, commentaires et explications permettent à un non-statisticien de comprendre les données présentées", constate le chargé de développement de la commune de Thil.

Au-delà de la vérification des constats, une aide à la décision et des arguments auprès de partenaires

La restitution des résultats, en septembre 2010, a été organisée sur une journée. Outre l'ensemble des élus des deux communes, tous les partenaires traditionnels (conseil général, CAF, etc.) et les acteurs locaux ont été conviés. "Ils ont assez bien répondu à l'invitation", assure le directeur du CCAS de Villerupt, surpris notamment du nombre de techniciens qui ont participé à au moins une partie de cette journée.
L'ABS a permis de vérifier et d’affiner un certain nombre de constats (faible niveau de qualification, paupérisation des familles monoparentales, manques de l'offre de santé, etc.) et de perspectives (augmentation de la dépendance des personnes âgées en 2020 surtout sur Villerupt, etc.). Après une présentation de la "photographie sociale" du territoire, dès l’après midi des groupes de travail ont commencé à utiliser ces données pour discerner des nouvelles hypothèses de travail. Depuis, l’ABS est couramment utilisée pour apporter des arguments auprès de partenaires. "Il nous est désormais plus facile de convaincre de l'intérêt et la légitimité de certains projets", se félicite le chargé de développement de Thil.

Les deux communes envisagent de mener des analyses plus ciblées. "L'ABS que nous avons réalisé nous offre le socle qui nous manquait. Nous ne pouvons pas nous en contenter si nous voulons aller plus loin sur certaines questions", concluent les deux interlocuteurs.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

CCAS de Villerupt

Nombre d'habitants :

9692
Hôtel de Ville- 5, avenue Albert Lebrun - BP 70
54190 Villerupt

Alain Casoni

Président et maire de Villerupt

Fabrice Krystof

Directeur

Mairie de Thil

Nombre d'habitants :

1643
Place du 8 Mai 1945
54880 Thil

Annie Silvestri

Président du CCAS, maire de Thil

Emmanuel Mittaut

chargé de développement
Haut de page