En Saône-et-Loire, le conseil général expérimente un dispositif "Logements solidaires"

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Saône-et-Loire

Le dispositif  "Logements solidaires" s’inscrit dans le schéma départemental pour l’autonomie 2010-2014 en faveur des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Les initiatives sont suivies par un comité de pilotage local impliquant les municipalités.

"En plus des aides à l’autonomie telles que l’aide personnalisée à l’autonomie (APA), il est clairement apparu que nous devions travailler sur le renforcement du lien social pour favoriser le maintien à domicile et réduire les risques d’isolement des personnes en perte d’autonomie", explique Évelyne Couillerot, première vice-présidente du conseil général de Saône-et-Loire chargée des personnes âgées. De ce constat, partagé avec l’OpacC Saône-et-Loire, est né le dispositif "Logements solidaires" qui s’organise autour de quatre grandes réponses : privilégier un habitat regroupé pour mieux mutualiser services et moyens, mettre en œuvre l’entraide intergénérationnelle, créer une offre de prestations de proximité en s’appuyant sur les services existants dans la commune et développer au sein d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) une plate-forme de services à destination des personnes concernées et habitant le voisinage.

Cinq expériences dans cinq communes

Pour donner vie au projet, le département de Saône-et-Loire a créé un comité de pilotage départemental qui regroupe également l’Opac Saône-et-Loire et la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (Carsat). A l’issue de plusieurs réunions de travail, le comité a décidé d’expérimenter cinq projets de logements solidaires sur cinq territoires différents. Dans chacun d’eux, un comité de pilotage local - intégrant la commune concernée - prend en charge le projet dans une logique de territorialisation. "La volonté politique des différents acteurs de l’habitat permet de financer le dispositif  "Logements solidaires" en réorientant des lignes budgétaires déjà existantes ; selon les projets, l’Etat et la région peuvent être sollicités", souligne la vice-présidente. Le département de Saône-et-Loire, l’Opac Saône-et-Loire et les communes ou intercommunalités y contribuent. Ces dernières sont intervenues pour adapter les transports publics et le mobilier urbain.
Le premier projet expérimental à voir le jour, fin 2011, a été celui de la résidence Puebla sur la commune du Creusot, un immeuble de quatre étages faisant l’objet d’un projet de construction dans le cadre de la rénovation urbaine. Le cahier des charges a été adapté par l’Opac Saône-et-Loire au concept de "Logements solidaires" : tous les appartements sont rendus accessibles aux personnes à mobilité réduite, les ascenseurs sont conçus pour les personnes en fauteuil roulant, des volets électriques et des douches sont installées.

Favoriser l’entraide intergénérationnelle

Outre ces aspects matériels, le but est de favoriser l’entraide intergénérationnelle entre les personnes âgées, les personnes en situation de handicap et les ménages valides. La répartition des logements se fait donc de façon équilibrée. "Nous avons beaucoup travaillé pour assurer un suivi de l’opération sur le registre du lien social. Une charte du "Logement solidaire" est soumise aux futurs locataires qui se doivent de l’accepter pour se voir attribuer un logement", précise l'élue. "Les premiers résultats constatés sont encourageants : des entraides se mettent déjà en place pour assurer la garde ponctuelle d’enfants, faire des courses ou pour des petits gestes du quotidien."

Mutualisation de services

En plus de la résidence Puebla, quatre autres projets "Logements solidaires" seront prochainement testés dans le département. Par exemple, à Chalon-sur-Saône, le maintien à domicile est envisagé du fait de la proximité de l’Ehpad et des immeubles voisins : les locataires de ces derniers pourront bénéficier de services de l’établissement, tels que la restauration ou les animations. A Montceau-les-Mines, un projet d’habitat regroupé permettra de mutualiser des moyens et des services (aides aux démarches administratives, médicales, sociales et familiales). "Si ces différents projets donnent les résultats attendus et qu’ils s’avèrent modélisables et reproductibles, ils seront généralisés", conclut Évelyne Couillerot.

Victor Rainaldi pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Conseil général de Saône-et-Loire

Nombre d'habitants :

544893

Nombre de communes :

573
Rue Lingendes
71000 Mâcon

Évelyne Couillerot

Première vice-présidente chargée des personnes âgées
Haut de page