Épisol, l'épicerie solidaire de Thionville, évolue (57)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Moselle

À son ouverture en 2012, Épisol, l’épicerie solidaire associative de Thionville, était conçue par la municipalité comme un espace d’accueil pour aider certaines personnes à surmonter un "accident de la vie" venu perturber leur équilibre budgétaire. Financé exclusivement par le CCAS, le concept fait actuellement l’objet d’une évolution.

Épisol, l’épicerie solidaire, a été créée en 2012 pour apporter une aide alimentaire à des Thionvillois à budget modeste (entre 1.000 et 1.200 euros de revenus). L’idée étant qu’un incident de parcours, même infime, pouvait perturber l’équilibre budgétaire de foyers à faibles revenus, jusqu’au risque de les plonger dans la précarité. "Parfois, il suffit de deux pneus neige à changer, d’une chaudière ou d’un réfrigérateur en panne pour mettre en péril un équilibre fragile", explique le premier adjoint au maire Pierre Cuny.

Un recours pour éviter l’assistanat

Lorqu’Épisol a été mis en place par l’ancienne équipe municipale de Thionville (42.600 habitants), il a été conçu comme un recours pour éviter l’assistanat. L’idée étant de privilégier la réalisation d’un petit projet à partager avec le bénéficiaire pour l’aider à le concrétiser : faire des économies pour l’achat d’un équipement de maison ou de voiture, rembourser une dette…".
Concrètement, Épisol repose sur une sorte de contrat moral avec les bénéficiaires. Pendant trois mois, le dispositif contribue financièrement à la majeure partie du budget alimentaire (86%) du ménage en difficulté, qui en échange consacre la somme ainsi dégagée au projet défini ensemble avec le CCAS.
La personne en difficulté est aussi accompagnée par des ateliers d’économie ménagère, de nutrition..., ou dans ses rapports avec Pôle emploi.

Épisol cherche ses marques

"Remarquable sur le principe, Épisol présente quelques inconvénients. Il doit notamment s’ouvrir à d’autres partenaires que le CCAS, qui en est le seul financeur. Ainsi conçu le système coûte trop cher par rapport au nombre de bénéficiaires", constate l’élu.
Autre inconvénient : l’aide ne pouvait pas profiter aux personnes en très grande précarité et sans projet précis. Ces personnes sont orientées vers le Collectif Thionvillois d’aide humanitaire (CTH) : un regroupement d’associations dont le local d’approvisionnement est situé à 5 km d’Épisol, et qui distribue une aide alimentaire auprès de centaines de personnes avec un budget global de 40.000 euros maximum".

Point d’orientation Écoute-Santé

Aujourd’hui, la collectivité veut préserver le dispositif de réinsertion d’Episol qui intègre des ateliers solidaires, tout en y apportant quelques améliorations. Par exemple, en favorisant un accompagnement plus adapté. "Autre piste : associer l’aide alimentaire et l’accompagnement sanitaire. Dans cet esprit, nous allons inclure un point d’orientation Écoute-Santé, avec mise à disposition d’une infirmière", précise l’élu.

Un site unique de distribution alimentaire

Par ailleurs et pour mettre un terme à la gestion de deux stocks d’aide alimentaire différents, Épisol et le collectif CTH vont être regroupés sur un site unique de distribution. Ce qui facilitera le travail d’éducation sur la nutrition et de lutte contre les pathologies d’obésité et de diabète très présentes dans les populations précaires.

Enfin, la municipalité de Thionville souhaiterait diversifier les financements d’Episol, le CCAS redevenant un partenaire parmi d’autres. Les élus sont en discussion à ce sujet avec la communauté d’agglomération Portes de France et le conseil départemental de la Moselle. L’idée étant d’élargir les bénéficiaires du dispositif à toute la population de l’agglomération.

Michel Léon, Titres & Chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Commune de Thionville

Nombre d'habitants :

42600
Rue Georges Ditsch, BP 30352
57125 Thionville Cedex - France
info@thionville.fr

Pierre Cuny

1er adjoint en charge affaires sociales, politique de la ville et université

Mme Tahri

Responsable de la Direction de la Solidarité du CCAS
Haut de page