Faute de place en internat, lycéens, apprentis ou stagiaires du Cheynard logent chez l'habitant (07)

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Ardèche

La cohabitation solidaire imaginée par le CCAS du Cheylard avait fait ses preuves pour des lycéens en surnombre dans un internat, avec 14 cohabitations conclues pour l’année scolaire 2014/2015. Depuis, ce principe d’hébergement temporaire s’élargit aux apprentis ou stagiaires.

Au moment où le lycée situé sur la commune n'arrivait plus à satisfaire les demandes d'internat, un état des lieux mettait en lumière la solitude de certaines personnes âgées vivant seules dans de grands appartements ou maisons. D’où l’idée émise par le CCAS de la commune du Cheylard (Ardèche, 3.252 habitants), vite partagée par les élus et partenaires, de combler la solitude des uns en répondant aux besoins d'hébergement des autres.
Une fois mis en œuvre, le projet évoluera : car ce ne sont pas les plus isolés qui ont répondu à l'appel du CCAS pour offrir un bout de leur toit. Le concept n'en a pas pour autant perdu son intérêt. Bien au contraire.

S’inspirer du dispositif "Un toit partagé" développé en Ardèche

Le projet s’appuie sur de l’expérience de l’association Aider, porteuse du dispositif "Un toit à partager" notamment en Ardèche. La coordinatrice du CCAS, l'élue aux affaires sociales et le CPE du lycée ont suivi en juin 2013 une formation afin de s’approprier les principes, les outils, et les bases juridiques. Par exemple, les aspects fiscaux pour les particuliers hébergeant un jeune, questions d'assurances, etc.
Un appel à l'accueil de jeunes est lancé durant l'été 2013 via une campagne de presse, d'affichage et de tracts, pour la rentrée scolaire de septembre. "Dans une petite commune semi-urbaine comme la nôtre, où tout le monde se connait, les habitants pouvaient être sensibles à cet appel pour soutenir le développement du lycée."

Un des enjeux : mettre en adéquation les profils

La première année, sur la dizaine d'offres d’hébergement faites, le CCAS n'en n’a retenu que quatre. Les autres n’étaient pas compatibles : trop chers, ou avec des exigences disproportionnées (soutien d’un parent âgé de 85 ans). Si la sélection a été drastique, tous les contrats ont tenu durant les dix mois de l'année scolaire, de septembre à juin 2014.
"Désormais, nous avons des fiches de candidature qui permettent de bien cerner les attentes de l'hébergeur et de l'hébergé, leurs modes de vie, de façon à réunir des profils adéquats", explique la coordinatrice. Des entretiens complètent ce travail. Une fois l’accord conclu entre hébergeur et hébergé, chacun se voit remettre la charte et une convention de cohabitation (voir fin du texte).
La participation financière n'est pas systématique, certains hébergeurs demandant uniquement un échange de menus services, tels que participation aux courses, préparation d'un repas....

Profil des demandeurs d’hébergement élargit

L'année scolaire 2014/2015, 14 cohabitations ont été conclues pour des lycéens. A la rentrée 2015/2016, le nombre est redescendu à 5. Entre-temps, le nouvel internat a permis de mieux répondre aux demandes des lycéens.
Pourtant l’idée a fait son chemin. Car lorsque le dispositif a été lancé, le CCAS avait également démarché les entreprises et artisans qui recherchent souvent des solutions au logement d'un apprenti. Depuis, le profil des hébergés s’est diversifié : lycéens qui préfèrent ce type d'hébergement plutôt que l’internat, mais également apprentis ou infirmières, aides-soignantes en remplacement ou stage à l'hôpital local.

Autre évolution : de nouveaux hébergeurs se sont rapprochés du CCAS, avec une motivation solidaire. Ils souhaitent rendre un service dont ils auraient aimé bénéficier eux-mêmes lorsqu’ils étaient plus jeunes.

Convention de cohabitation et charte
La convention précise les dates de présence, les attestations d'assurance et responsabilité civile. Y sont joints une décharge parentale pour les mineurs, un code de la cohabitation pour encadrer les règles de vie commune et notamment les échanges de services rendus, la participation financière s'il y en a une.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

CCAS de Le Cheylard

Nombre d'habitants :

3252

Place de l'Hôtel de Ville, BP 60
07160 Le Cheylard
accueil@ville-lecheylard.fr

Marie-Christine Roure

Adjointe aux affaires sociales

Camille Charre

Coordinatrice 3è âge et hébergement solidaire
Haut de page