Alpes-de-Haute-Provence

Claire Lelong

A Forcalquier, groupe d'habitants et mairie œuvrent ensemble pour un projet d'habitat participatif (04)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Ouverte à l'habitat alternatif, à des formes, techniques et matériaux innovants au plan environnemental, la ville de Forcalquier accompagne depuis 2013 un groupe de plusieurs familles souhaitant réaliser leur projet en habitat participatif sur la commune. L'installation des propriétaires dans leurs logements est prévue en fin d'année 2017.

La ville de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) connaît depuis plusieurs années une progression régulière de sa population. Dès 2008, la municipalité choisit d'accompagner la dynamique de construction qui en résulte et de l'encadrer. "Nous avons mis en place des orientations d'aménagement fortes, incitant à des projets qualitatifs, notamment sur le plan environnemental, et souhaité accompagner les initiatives privées", souligne l’adjointe à l'habitat et l'aménagement urbain, Christiane Carle.

Premier projet avorté

Dans ce cadre volontariste, la commune lance en 2008 une initiative en faveur de l'habitat participatif sur l'une de ses propriétés et en partenariat avec un bailleur social. Objectif : réaliser 30 logements mixant social et privé. Terrain trop étendu, épuisement des volontaires... le projet finit par s'interrompre. "Nous avons tiré les enseignements de cet échec pour relancer en 2013 un nouvel appel à projets, en suivant les conseils du réseau national de coopération des collectivités pour l'habitat participatif  auquel nous avions adhéré" poursuit l'adjointe. Et notamment en ciblant un terrain plus petit qui accueillerait un projet plus modeste.

Le second appel à projets rencontre la volonté d'un groupe local

Entre-temps, deux familles récemment installées sur la commune, rejointes par deux autres familles locales, souhaitent réaliser un projet participatif de 10 logements sur la commune, et montent une association dénommée Les Colibres.
Après avoir visité plusieurs terrains privés sans aboutir, ils se tournent vers la commune. "Candidater sur un terrain public permettait de sécuriser la démarche, la collectivité étant en mesure d'attendre le temps nécessaire à la maturation de notre projet pour nous vendre le terrain", souligne l'une des membres de l'association, Sylvie Détot. Le second appel à projets est donc le bon, qui retient le groupe des Colibres sur un terrain de 4.000 m2 classé en zone à urbaniser, à deux pas d'un futur projet de lotissement.

Travail commun de deux années

En janvier 2014, le groupe est retenu sur des critères de mise en commun de certains espaces (200 m2 d'espaces bâtis communs, dont une salle commune, une buanderie, deux ateliers et deux chambres d'amis, des rangements et locaux vélos et 2.000 m2 de jardin commun), de qualité environnementale et efficacité énergétique et de mixité intergénérationelle (le projet prévoit deux logements locatifs adaptés aux personnes âgées). De janvier 2014 à l'été 2015, quand le projet de permis est validé par la mairie avec vente du terrain au prix des domaines, de nombreuses rencontres permettent de faire petit à petit évoluer le projet. Un dialogue porté côté mairie par deux adjointes, à l'aménagement urbain et à l'environnement, conseillées par l'architecte conseil du parc naturel du Lubéron. De son côté, le groupe des Colibres compte en son sein un urbaniste, une avocate, l'architecte du projet, et le directeur d’une structure associative d’accompagnement de projets d’habitat participatif.

Montée en compétence des acteurs locaux

"La solidité et la compétence du groupe d'habitants ont été essentielles pour la réussite du projet" souligne l'adjointe. De leurs côtés, les Colibres parlent de montée en compétence collective des différents acteurs : "Nous avons appris ensemble au fil du projet", souligne Sylvie Détot. Le notaire local s'essaye ainsi aux spécificités juridiques d'une vente à une société civile immobilière d'attributions (SCIA) - profil juridique choisi par les Colibres pour porter leur opération, la banque locale innove également au plan des outils financiers...

Projet issu de compromis

Au final, le projet est un compromis qui résulte d'une démarche d'urbanisme négociée, comme elle s'opère classiquement entre promoteur privé et mairie. Le groupe des Colibres a accepté de revoir les coloris de son projet avec des façades sur rue en bardage bois et ton couleur pierre, tout en conservant des coloris plus francs à l'intérieur de son îlot. Une évolution demandée par la mairie en regard de la réaction épidermique de riverains à un projet nouveau dans ses formes architecturales et sa densité. De son côté, la ville a accepté que l'opération ne compte pas de logement social, aucun bailleur n'étant partant pour réaliser deux logements seulement.
Aujourd'hui, alors que cette première opération arrive à son terme avec 9 familles +1 SCI, la ville de Forcalquier garde toujours en tête l'idée de réaliser un autre projet qui combinerait privé et locatif social en habitat participatif.

Contact(s)

Commune de Forcalquier

1 place du Bourguet - BP 40
04300 Forcalquier Cedex
04 92 70 91 00
Nombre d'habitants : 4910

Carle Christiane

Responsable urbanisme
marie.petillon@ville-forcalquier.fr

SCIA d'habitat participatif Les Colibres

04300 Forcalquier
scia@lescolibres.fr

Sylvie Détot

Membre de l'association Les Colibres
scia@lescolibres.fr
Haut de page