Juchée au bord du vide, Ault s'adapte et engage sa requalification à distance de la falaise (80)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Somme

Prise en étau entre les avancées de la mer qui ronge les falaises par le bas et les infiltrations d’eaux pluviales qui les attaquent par le haut, la commune d’Ault développe une nouvelle stratégie d'adaptation et de revalorisation de son cœur de ville et de son front de mer. Sa mise en œuvre serait impossible sans l’appui total du syndicat mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard.

Construite sur les falaises de craie qui remontent d’Étretat jusqu’à la baie de Somme, la commune d’Ault (1.540 habitants) est une station balnéaire appréciée depuis la fin du XIXe siècle. En plus de son environnement naturel exceptionnel, plusieurs villas de la Belle Époque lui donnent un cachet particulier. Son port à sec, qui permet de sortir en mer à marée basse comme à marée haute, séduit les plaisanciers. Mais les assauts répétés de la mer, les infiltrations d’eaux pluviales et les phénomènes de gel/dégel engendrent un recul de la falaise qui fragilise toute la commune. Selon les estimations, à certains endroits les falaises perdent de 30 à 50 mètres tous les 100 ans. L’ancien village du bas a d’ailleurs été englouti par la mer au XVIIIe siècle.

Le coût de la protection côtière pénalise l’investissement

Absorbée par la nécessité de se protéger, la ville n’a pas pu procéder à tous les investissements utiles à l’entretien de son patrimoine et de ses espaces publics. "Au début des années 1980, la commune s’est lourdement endettée en construisant la digue 83 (année de son achèvement) ", explique Marthe Sueur, maire d’Ault. "La quasi-totalité des investissements étaient consacrés à cet emprunt jusqu’en 2014, date de son extinction. Les remboursements annuels s’élevaient à 450.000 euros sur un budget municipal de 3 millions. Malgré son coût, cet ouvrage était nécessaire à la protection de la ville contre l’érosion côtière qui lui a valu la disparition de deux rues et de plusieurs habitations au cours du dernier siècle. Mais la protection de la commune par la digue 83 reste trop partielle pour être suffisamment efficace."

Une stratégie globale pour le littoral picard

"Un nouveau dispositif très complet de protection est donc en train d’être mis sur pied en coordination avec un programme de réhabilitation urbaine pour redorer l’attractivité de la ville ", indique Florian Bouthors, directeur de l'aménagement du syndicat mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard qui précise : "Nous portons une stratégie littorale partenariale adossé sur un Papi (programme d'action de prévention des inondations) sur l’ensemble du territoire de la baie de Somme depuis Mers-les-Bains au sud jusqu’à la baie d’Authie au nord. L’objectif est de répondre à la fois aux problèmes d’érosion, de submersion marine, de gestion des eaux pluviales et d’éboulement des falaises, tout en renforçant l’attractivité des communes littorales."

Protection et réhabilitation du patrimoine redynamisent Ault

À Ault, le programme mis en place vise à apporter une réponse à la problématique d'infiltration des eaux pluviales qui accélère la fragilisation de la falaise, tout en intervenant sur la résilience et la requalification des espaces urbanisés sur le front de mer et en centre bourg. Concernant les eaux pluviales, il s'agit de développer une stratégie de gestion à l’échelle plus large du bassin de collecte et non à celle de la seule commune. Deux bassins de rétention vont être aménagés sur les hauteurs de la commune. Le collecteur principal sous la Grand Rue, principale artère de la commune située en fond de valleuse (petite vallée perchée ou débouchant sur la plage), va être réparé tandis que cet axe central et commerçant sera réaménagé. Plusieurs interventions sur les espaces publics sont prévues dans un objectif d'imperméabilisation et de revalorisation urbaine qualitative, comme la réhabilitation de la promenade de front de mer et le report des réseaux d’eaux potable et usée vers l’arrière de la commune pour les protéger d’une avancée de la mer. Dans le quartier du Bois de Cise, les propriétaires des habitations en bordure de falaise coupées seront accompagnés techniquement et financièrement afin qu’ils s’équipent d’un système d’assainissement permettant la suppression des rejets directs d’eau usée et d’effluents, comme le prescrit le plan de prévention des risques (PPR). L’ensemble de ce projet sur la commune d'Ault bénéficie d’un budget de 7,6 millions d’euros : 83% proviennent de subventions (État, Europe, région, département, agences de l'Eau, partenaires institutionnels et financier) et 17% de la commune.
Le syndicat mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard conduit par ailleurs, le projet d'aménagement du quartier durable du Moulinet situé sur une hauteur, à distance de la falaise et donc à l’abri de l’érosion côtière et des risques d’inondation par les eaux pluviales. Des équipements et des logements pour les habitants et les touristes y verront le jour (voir encadré).

Complexité administrative ingérable pour les petites communes

La maire d’Ault est impatiente de voir l’ensemble de ces travaux s’achever afin de donner un nouveau visage à la ville. Directrice générale et financière d’une entreprise de 100 salariés pendant de nombreuses années, Marthe Sueur a cependant été déroutée par l’inextricable complexité administrative à laquelle elle a été confrontée en tant que maire. "Je me suis souvent sentie désarmée face à l’accumulation de procédures et aux délais à rallonges. Pour suivre ce type de dossier et pouvoir bénéficier de toutes les aides disponibles, il faudrait disposer de personnels très spécialisés qu’une petite commune ne peut pas s’offrir. Par exemple, il m’a fallu trois ans de démarches avant d’obtenir l’autorisation des services de l’État pour réparer, aux seuls frais de la ville, la digue 83 coupée en six morceaux sous l’action des vagues. Si la position de l’État est de ne plus financer ce type d’ouvrage inefficace à long terme parce que la nature reprendra toujours ses droits, il fallait quand même que nous nous donnions le temps de nous réorganiser. Ce que nous sommes en train de faire en reculant progressivement (déplacement des réseaux, construction du quartier du Moulinet…) pour nous mettre à l’abri."

Un nouveau quartier préservé des risques naturels
Les sept hectares de la ZAC du quartier boisé du Moulinet et son ancien château en surplomb de la commune d’Ault et de la mer sont en cours de réaménagement sous l’égide du syndicat mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard. Au programme figurent notamment : la création d’un pôle hôtelier et de restauration ainsi que celle d’un centre culturel porté par la commune, la création d'espaces publics propices aux déplacements doux et à la promenade, la conservation des espaces boisés et la construction de logements pour les habitants et les touristes. Ce nouveau quartier doit participer de la redynamisation de la commune en complémentarité avec les actions entreprises sur le front de mer et le centre bourg.

Contact(s)

Commune d'Ault

27b Grande rue BP20020
80460 Ault
03 22 60 41 21
Nombre d'habitants : 1650

Marthe Sueur

secretariat.accueil@ault.fr

Florian Bouthors

Directeur de l'Aménagement, syndicat Mixte Baie de Somme - Grand littoral picard
florianbouthors@baiedesomme.fr
Haut de page