Finistère

La création dans le Finistère d'une maison de l'emploi

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Implantée à Saint-Renan, commune la plus peuplée du territoire, l'association Iroise Emploi a été créée en 1999 pour développer une action locale en faveur de l'emploi. En 2002, la vice-présidente de la communauté de communes du Pays d'Iroise (Finistère) et maire de Ploudalmézeau propose, en concertation avec les élus communautaires, de transformer cette initiative associative en service communautaire en créant une maison de l'emploi.

Le souhait des élus est d'offrir un service de proximité à guichet unique pour les demandeurs d'emploi et les entreprises du territoire. Cette proposition coïncide avec la volonté des élus de mettre en oeuvre des actions concrètes en faveur de l'emploi en s'appuyant sur leur propre connaissance du tissu économique local : en milieu rural, il est parfois difficile d'identifier ou de localiser les acteurs du champ social ou de l'emploi. La communauté de communes du Pays d'Iroise se donne pour mission de rendre plus compréhensibles et accessibles les multiples interlocuteurs pouvant appuyer les personnes à la recherche d'un emploi dans leurs démarches.

Des initiatives originales comme les "mardis de l'agriculture"

La maison de l'emploi rassemble les institutions publiques de l'emploi et des organismes d'informations et de conseils aux entreprises et aux particuliers. Parmi les structures présentes, se trouvent l'ANPE, la mission locale, le plan local pour l'insertion et l'emploi, des structures de formation et d'insertion comme l'association Culture et Liberté, le CLPS (centre de formation professionnelle continue à caractère privé en Bretagne), le Rail (Recherche d'actions d'insertion locale). Un comité de pilotage, présidé par la vice-présidente de la communauté, réunit deux fois par an sept à huit élus pour valider les projets développés au sein de la maison de l'emploi. Les maires sont des relais de communication locale et le personnel communal oriente les usagers vers cet équipement communautaire. Mais les communes sollicitent aussi les techniciens de la communauté pour des conseils ponctuels.
Le travail quotidien fourni par la maison de l'emploi permet d'accueillir environ 800 personnes par mois, d'inventorier auprès des entreprises leurs besoins en main-d'oeuvre et en qualifications et d'apporter des réponses aux 930 demandeurs d'emploi recensés en juin 2005 sur le territoire. Le taux de chômage est sensiblement identique à celui du bassin d'emploi. Les secteurs en manque de travailleurs sont l'agriculture, le bâtiment, l'hôtellerie et la restauration. L'enjeu est de rendre ces métiers plus attractifs. C'est pourquoi la maison de l'emploi développe des actions spécifiques comme "les mardis de l'agriculture". En collaboration avec la chambre d'agriculture du Finistère, il s'agit d'organiser des visites d'exploitations pour aller à la rencontre des professionnels locaux. Une autre initiative est née en 2002 : l'organisation d'un carrefour de l'emploi et de la formation durant une journée au mois de mars. Soixante exposants, répartis en pôles de métiers, accueillent chaque année plusieurs centaines de visiteurs afin de répondre aux questions qu'ils se posent concernant leur avenir professionnel.

La gratuité des services, c'est possible

Trois techniciens, employés par la communauté de communes, sont affectés à cette action. Le responsable du service Développement économique consacre 40% de son temps de travail à la maison de l'emploi pour assurer les contacts avec les entreprises locales, le suivi des projets et la communication avec les élus et les partenaires. Un agent est chargé de l'accueil physique et téléphonique. Le troisième technicien reçoit les demandeurs d'emploi en entretien individuel et organise les contacts directs avec les entreprises. Le principe adopté par la communauté de communes est celui de la gratuité des services, tant pour les bénéficiaires individuels que pour les entreprises. Les coûts de fonctionnement sont intégrés dans le budget de la communauté de communes. Les actions spécifiques font appel à des financements particuliers pour lesquels l'Etat et le conseil régional de Bretagne apportent leur soutien. Le carrefour de l'emploi et de la formation mobilise à lui seul un budget de 15.000 euros.

Une vraie dynamique sociale

Les activités de la maison de l'emploi sont en progression constante et les partenariats se développent. Le dernier en date avec le CLPS vise à mettre en place un module d'accompagnement individualisé pour les publics très éloignés du marché du travail. Le carrefour de l'emploi et de la formation, qui avait accueilli entre 200 et 300 personnes en 2002 lors de sa création, a reçu 1.800 visiteurs en 2005, dont un tiers de public scolaire. Une vitesse de croisière semble aujourd'hui atteinte. Il convient à présent de continuer de se faire connaître auprès des habitants, des entreprises et des établissements scolaires du territoire en proposant des actions concrètes visant à renforcer la dynamique sociale. Pour les élus, ce service est important et porteur. Il témoigne de l'importance accordée par la communauté de communes à la solidarité sociale, au même titre que d'autres actions comme la banque alimentaire.

Vers de nouveaux services, pourquoi pas...

La maison de l'emploi devrait bientôt rejoindre Lanrivoaré, siège de la communauté de communes, et revêtir une meilleure identification communautaire auprès des bénéficiaires. Un enjeu pour l'avenir : essayer d'améliorer la coordination et la mise en réseau des acteurs intervenant dans le domaine de l'emploi-formation afin d'apporter une réponse plus claire et lisible aux habitants et pourquoi pas leur apporter de nouveaux services. Le niveau territorial pertinent pour traiter de la question de l'emploi reste le niveau communautaire, garant à la fois de la proximité et d'une réponse aux besoins réels de mobilité des habitants car "on ne vit plus là où on travaille".

Thierry Abaléa, directeur du centre permanent d'initiatives pour l'environnement de la Vallée de l'Elorn

Article rédigé en janvier 2006

Le conseil des élus

"Ne pas hésiter. Mobiliser tous les moyens nécessaires et être particulièrement attentif aux compétences professionnelles des techniciens. C'est un service bien vu par la population et gratifiant par ses résultats. Il apporte une réponse pertinente à la question de l'emploi en milieu rural. C'est un service qui peut marcher partout !"

Contact(s)

Communauté de communes du Pays d'Iroise

Immeuble de l'Archipel, Zone de Kerdrioual
29290 Lanrivoaré
02 98 84 38 74
02 98 32 43 37
Nombre d'habitants : 40000
Nombre de communes : 20
Nom de la commune la plus peuplée : Saint Renan (6818 hab.)

Sébastien Marzin

Responsable du service économique
economie@ccpi.fr
Haut de page