L'accès aux soins rétabli pour 15.000 personnes âgées de la Réunion

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

La Réunion

Pour éviter que les personnes âgées à faible retraite, mais dont les revenus ne donnent malgré tout pas droit à la CMU complémentaire, ne négligent davantage leur santé, le conseil général de la Réunion a lancé le dispositif "chèque santé". Il permet la souscription d'une assurance complémentaire santé. Dans ce département, 400.000 personnes bénéficient de la CMU, chiffre record au niveau national. Aussi, pour les plus âgés (ne bénéficiant souvent pour seules ressources que du minimum vieillesse), l'impossibilité d'accéder à une complémentaire était vécu d'autant plus douloureusement...

Sur l'île de La Réunion, les personnes âgées vivant avec le revenu minimum vieillesse (allocation de solidarité pour les personnes âgées, depuis janvier 2007) sont relativement nombreuses. Ces ressources, bien que faibles, ne donnent malgré tout pas accès à la CMU complémentaire (CMU-C). Pour rétablir une égalité d'accès aux soins, le conseil général a lancé à leur intention un nouveau dispositif, baptisé "chèque santé".
Celui-ci s'adresse aux personnes âgées de 60 ans et plus, exclues de la CMU complémentaire. Soit plus de 15.000 personnes à la Réunion.
L'aide du conseil général vient soit compléter, soit totalement financer une complémentaire santé, en fonction des ressources de la personne. Il y a en effet deux cas de figure pour les personnes qui ne sont pas éligibles à la CMU-C. Certains ont droit à l'aide à la mutualisation de la Caisse générale de Sécurité sociale (lorsqu'elles dépassent le plafond CMU-C jusqu'à 20%). Cette aide à la mutualisation de 30 euros est dès lors complétée d'une aide équivalente par le département. Le département a décidé d'accorder deux chèques santé de 30 euros par mois, soit un total de 60 euros, aux personnes exclues de l'aide à la mutualisation (plafond dépassé de 20 à 30%) pour leur permettre d'acquitter une complémentaire santé.
L'effort n'est pas négligeable pour le conseil général qui a "malgré un contexte budgétaire difficile" consacré "près de 4,5 millions d'euros dès 2007 au chèque santé", soulignait Nassimah Dindar, présidente du conseil général de la Réunion, lors de la conférence de presse du 19 mars 2007.
La présidente avait fait de la défense de la CMU et de la complémentaire santé pour les personnes âgées sa première priorité lors de son discours d'investiture. Les élus réunionnais avaient, dans un premier temps, obtenu un relèvement du plafond annuel afférent du Code de la Sécurité sociale de 10,8% de la part du gouvernement pour les personnes résidents dans les DOM. "Mais cette mesure positive qui a permis de rattraper quelques centaines de situations difficiles n'a malheureusement pas réglé l'accès aux soins de plusieurs milliers de nos aînés les plus modestes notamment une grande partie des bénéficiaires du revenu minimum vieillesse (1)", rappelait Nassimah Dindar. En effet, lorsque l'intéressé dispose de ressources supérieures à 15% (20% au 1er janvier 2007) au regard du plafond annuel, celui-ci est exclu du bénéfice de l'aide à la mutualisation de la CGSS. "C'est pour cela que le conseil général propose pour cette deuxième catégorie d'apporter une aide à la mutualisation avec le chèque santé, en accordant cette fois un montant de 60 euros par mois sur un an."

Numéro vert et instruction facilitée

Pour accompagner le lancement de ce nouveau dispositif, le conseil général a ouvert en décembre 2006 un numéro vert gratuit (0805 15 16 17) pour renseigner les éventuels bénéficiaires. De fait, ceux-ci ont été nombreux, puisque 13.838 appels et demandes de renseignements avaient été reçus fin septembre 2007. En quelques mois, près de 600 chèques avaient été adressés par la poste aux premiers bénéficiaires. Pour assurer un service de proximité et aller vers les personnes âgées, le conseil général a prévu un accueil itinérant (via une permanence des services du département) dans les clubs de troisième âge afin d'aider plusieurs milliers de personnes dans la constitution de leur dossier "chèque santé".
La mise en oeuvre du chèque santé a vu le jour grâce à un partenariat fructueux avec les mutuelles et organismes d'assurance basés sur l'île. Onze organismes avaient, dès les premiers mois de lancement, adhéré à la politique du conseil général et pour cela signé une convention d'agrément. Cette convention engage les mutuelles et organismes d'assurances à avoir une représentation sur le territoire réunionnais, et à offrir aux bénéficiaires de chèque santé une prestation complémentaire santé à minima identique aux paniers de soins de la CMU-C (avec dispense d'avance de frais) et ce, pour un coût modéré. Les bénéficiaires du chèque santé ont le choix de l'organisme auquel ils souhaitent s'affilier. La liste des organismes partenaires est jointe au chéquier santé délivré par le département.


Emmanuelle Stroesser, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

 

(1) Le minimum vieillesse était versé à près de 33.000 Réunionnais en 2005. La part des Réunionnais âgés de 65 ans ou plus concernés par ce minimum vieillesse est de 58%, contre seulement 7% en métropole. Cet écart important s'explique par la plus grande difficulté qu'ont les Réunionnais de reconstituer une carrière complète, en relation avec les conditions d'emplois passées (source INSEE, mars 2007).

Conseil général de la Réunion

Nombre d'habitants :

785200

Nombre de communes :

24
2 bd Source
97400 Saint-Denis

Michèle Cazal

Relations Presse
Haut de page