Le conseil général de Meurthe-et-Moselle prend en compte les vieux migrants

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Meurthe-et-Moselle

Dans les foyers de travailleurs vivent de vieux migrants qui ne retourneront pas dans leur pays d'origine. Le conseil général de Meurthe-et-Moselle en a pris conscience et, entre autres actions, il soutient une association qui s'est donné pour objet de rompre leur isolement.

C'est en visitant les foyers de travailleurs pour voir si certains locataires pouvaient prétendre à l'allocation personnalisée d'autonomie que le conseil général a pris la mesure du problème. De nombreux migrants, principalement algériens, restent en France lorsqu'ils arrivent à la retraite. Souvent isolés, ignorant leurs droits, ils vivent dans des conditions précaires. Mohamed Benchaabane, référant départemental "Intégration et lutte contre les discriminations" au conseil général de Meurthe-et-Moselle, est allé plaider leur cause auprès de Michel Dinet, président du conseil général. "La première fois que je lui en ai parlé, explique Mohamed Benchaabane, il m'a dit : Il faut faire quelque chose là-dessus. Il y a eu une validation politique dès le début."

Création de l'association Médiation accompagnement vieux immigrés seuls (Mavis)

La première pierre du dispositif de soutien aux "vieux migrants" a consisté à sensibiliser les directeurs de foyers de travailleurs. Il fallait qu'ils soient en mesure de repérer les difficultés de leurs pensionnaires âgés. Ensuite, une convention a été signée entre le conseil général et l'association Inter Migrants, à Metz, qui dispose d'interprètes, afin de faciliter la communication. Une autre convention, avec le service de médecine préventive, a permis d'effectuer des bilans de santé annuels et non plus tous les cinq ans. Enfin, pour rompre l'isolement dont souffrent les migrants âgés, Mohamed Benchaabane participa, en 2006, à la création de l'association Médiation accompagnement vieux immigrés seuls (Mavis). L'association offre à ce public particulier une grande bouffée d'air à travers diverses activités : cinéma, promenades, cours de remise à niveau en arabe et en français, jardinage... Grâce à une vingtaine de bénévoles motivés, Mavis répond également à des appels d'urgence, lorsqu'un accident se produit ou qu'un problème administratif ne trouve pas de solution. Le soutien qu'apporte le conseil général à l'association permet de rémunérer un directeur et de monter de nouveaux projets.
Parallèlement, un groupe de travail a été constitué dans le cadre du plan départemental pour le logement des personnes défavorisées, pour impulser l'adaptation des foyers aux problèmes du vieillissement (accessibilité, accompagnement social, intervention des services de maintien à domicile...).

Renouer avec l'Algérie

Parmi les demandes d'aide qui parviennent à l'association, le rapatriement de corps et la toilette cultuelle sont récurrentes. Devant la difficulté à retrouver les familles dans cette situation, est née l'idée de permettre aux migrants de renouer avec leurs familles. L'association a donc travaillé avec les autorités algériennes, noué un partenariat avec Air-Algérie et organisé un voyage qui se déroulera du 16 mai au 3 juin 2008. Les retraités seront accueillis dans des maisons de retraites et suivis par le Croissant rouge algérien, qui veillera sur leur santé physique et morale. Parmi la quinzaine de participants, nombreux sont ceux qui n'ont pas revu leur terre natale depuis plus d'un quart de siècle ! Pour eux, sans aucun doute, cette initiative fera date.


Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites de Mairie-conseils et Localtis.

Conseil général de la Meurthe-et-Moselle

48, rue du sergent Blandan
54035 Nancy cedex

Mohamed Benchaabane

Haut de page