Le service Egalité et Autonomie, pour une vision homogène de l'accessibilité sur l'agglomération de Dunkerque (59)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Nord

La communauté urbaine de Dunkerque dispose d’un service spécialisé en charge de l’accessibilité et de l’autonomie. Tous les services en bénéficient pour rendre les équipements de l’intercommunalité accessibles au plus grand nombre, sans dépense exorbitante. Un choix qui reflète une volonté forte des élus.

Dès la parution de la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, les élus de la communauté urbaine de Dunkerque (Nord, 18 communes, 210.000 habitants) ont désigné une élue pour piloter cette thématique.
En2008, la commission intercommunale pour l’accessibilité des personnes handicapées (Ciaph) est créée et chargée de la concertation avec les usagers sur tous les projets d’aménagements du territoire. Animée par une chargée de mission en 2008, cette thématique a pris de l’importance et dix ans plus tard, c’est un véritable service Autonomie et Handicap dotée de compétences pointues qui conseille et accompagne les autres services sur toutes les questions lies au handicap. Retour sur cette dynamique toujours à l'œuvre.

Le choix de se doter de compétences pointues

En 2009, la communauté urbaine souhaite obtenir le label Tourisme & Handicap dans sa nouvelle auberge de jeunesse en construction. Pour se doter de compétences ad hoc, la collectivité fait appel à une salariée de l’Association des paralysés de France (APF) avec qui elle signe une convention de mise à disposition. Chargée de l’assistance à maîtrise d’ouvrage sur les sujets d’accessibilité, la technicienne de l’APF accompagne la réalisation de l’auberge de jeunesse de bout en bout, et ce dès la conception du bâtiment.
Face aux bons résultats de cette première opération, la communauté urbaine de Dunkerque décide d’élargir le rôle de cette chargée de mission à tous les chantiers en cours. Dès lors, les services techniques prennent l’habitude de demander un avis auprès de cette spécialiste, ce qui révèle un besoin important, nécessitant un engagement que ne permet pas la simple convention de mise à disposition.
En septembre 2012, la communauté urbaine recrute la chargée de mission sur un nouveau poste au sein du service Autonomie et Handicap : son rôle est d’assurer l’assistance technique appelée "maîtrise d’usage" pour les questions liées au handicap et à la prise en compte des besoins de tous les usagers sur l’ensemble des projets menés par la communauté urbaine.
Dans la foulée, en 2013, la communauté urbaine, signe une convention avec le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) et met à la disposition du service, par mobilité interne, une personne pour assurer le suivi et la mise en œuvre de la convention.

Regard croisé entre cadre bâti, voirie, transport… et esthétique

Ces missions liées au handicap, à l’accessibilité et l’insertion professionnelle ont été réunies au sein d’un service à part entière. "Il a été souhaité de ne pas intégrer cette équipe au sein des services techniques. Notamment parce qu’il faut un regard neutre et le recul nécessaire face aux chantiers pour veiller à la mise en accessibilité", précise Valérie Schutt, la chef du service Autonomie et Handicap, devenu en 2015 le service Egalité et Autonomie.
"L’avantage de ce service transversal est qu’il porte un regard croisé entre cadre bâti, voirie et transport, assurant ainsi la continuité de la chaîne du déplacement. Il veille en outre à prendre en compte toutes les déficiences : intellectuelles, visuelles, motrices et auditives", mais également l’ensemble des usages et des usagers comme les personnes en charge de l’entretien et de la maintenance, poursuit la chef de service.
Si la question du handicap a longtemps été vécue comme une contrainte supplémentaire, elle est aujourd’hui reconnue comme une compétence à part entière. Reste que le changement des pratiques professionnelles nécessite beaucoup de pédagogie. L’équipe veille à convaincre que l'aménagement accessible peut aussi être esthétique. C’est ainsi que lors d’un nouvel aménagement, le service Egalité et autonomie propose aux architectes de tester in situ leur réalisation en utilisant fauteuil roulant, canne blanche ou lunettes de simulation.

Des solutions plus diversifiées et moins coûteuses

La responsable peut compter sur le soutien des élus et s’appuie sur leurs convictions : "La mission en faveur de l’autonomie des personnes en situation de handicap apporte un confort d’usage pour tous. Le livreur avec un diable profitera des aménagements au même titre que le fauteuil roulant, la poussette et la personne âgée, affirme Sony Clinquart, vice-président au développement social et solidaire. En intervenant dès l’origine des projets, le service Egalité et Autonomie favorise des solutions plus diversifiées et moins coûteuses."
Concevoir des espaces adaptés aux usagers et non des espaces dans lesquels les usagers devront s’adapter est un changement de mode de conception qu’il faut opérer.

Le meilleur compromis entre toutes les déficiences
Il est fréquent qu’un aménageur fasse appel à une association experte sur sa déficience. Or le rôle de la commission intercommunale pour l’accessibilité des personnes handicapées (Ciaph) consiste à chercher le meilleur compromis afin de prendre en compte toutes les déficiences. Elle consulte des représentants de la déficience intellectuelle, de la déficience auditive en faisant intervenir un interprète de la langue des signes à toutes les réunions de travail, ainsi que les représentants des personnes déficientes motrices et visuelles. "La Ciaph est ainsi un lieu de pédagogie et de concertation où nous expliquons aux associations que certaines solutions techniques sont impossibles à mettre en œuvre en raison de contraintes liées aux besoins d’autres usagers pour être mises en œuvre", explique la chef de service.

Cécile Perrin pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral

Hôtel communautaire Pertuis de la Marine, BP 85530
59386 Dunkerque Cedex 1
03 28 62 70 00
03 28 62 70 13
Nombre d'habitants : 200000
Nombre de communes : 17
Nom de la commune la plus peuplée : Dunkerque (92500 hab.)

Sony Clinquart

Vice-président

Valérie Schutt

Chef de service Egalité et Autonomie
valerie.schutt@cud.fr
Haut de page