A Loon-Plage, circuits courts et jardin d'insertion transforment l'aide alimentaire (59)

Publié le
par
Emmanuelle Stroesser
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Nord

Au cœur de l’agglomération de Dunkerque, Loon-Plage (6.300 habitants) fait appel depuis 2010 à un réseau de producteurs locaux (boucher, boulanger, agriculteur…) afin de fournir la cuisine centrale. Celle-ci produit près de 500 repas par jour, pour les écoliers et les personnes âgées. La volonté politique de l'équipe municipale est de soutenir la production locale via les circuits courts.

"Au-delà, le projet est également de favoriser le développement des circuits courts sous l’angle de la solidarité", souligne le directeur du CCAS, Alex Obry. Depuis 2013, les fruits et légumes bio produits par un Jardin de Cocagne sont venus compléter la palette des achats de la cuisine centrale. Le CCAS a rendu cela possible en passant une convention avec l'association Afeji - qui portait déjà deux Jardins de Cocagne sur l’agglomération - pour que celle-ci crée un troisième jardin à Loon-Plage. "Le CCAS était propriétaire d'une ancienne terre maraîchère inutilisée que nous avons proposé de mettre à disposition de Afeji", précise le directeur du CCAS.

Travail d’éducation alimentaire et suivi approfondi

Le projet a offert la possibilité de proposer des "paniers solidaires" vendus 1 euros à une dizaine de familles accompagnées par le CCAS, en remplacement des bons d'aide alimentaire qu'il leur distribuait auparavant. En contrepartie, les bénéficiaires s’engagent à participer à un atelier cuisine hebdomadaire, animé par le centre socioculturel (CSC) de la commune.
En amont de cet atelier, les usagers font les courses avec l’animatrice du CSC pour acheter les denrées complémentaires utiles à la confection d’un repas complet, avec lequel ils repartiront à l’issue de l’atelier. "La démarche donne aussi lieu à un vrai travail d’éducation budgétaire", ajoute le directeur. Ce qui explique aussi que cela reste limité à une dizaine de familles.
"Les personnes accompagnées se sentent valorisées auprès de leurs proches, observe le directeur du CCAS. Elles ne font plus appel à l'aide alimentaire."

Conditions de réussite

L’implication du chef de la cuisine centrale et la volonté politique sont deux conditions de réussite d'un tel projet, estime le directeur du CCAS. La ville prend en charge globalement le coût plus élevé de ses achats en circuit court et bio par la cuisine centrale (voir encadré pour les éléments financiers).
"Mais nous y gagnons grâce à la réduction du gaspillage alimentaire. En outre cela fait vivre l'économie locale tout en concourant à l'insertion, ce sont d'autres formes de retour sur investissement", souligne le directeur. D'ailleurs, plusieurs communes sur l'agglomération sont intéressées pour reproduire l'expérience.

Eléments financiers
Pour la création d’un jardin d’insertion de Cocagne à Loon-Plage, le CCAS a investi 40.000 € en infrastructures (création de la base de vie de l’Afeji) et 20.000 € en fonctionnement (subvention à l’Afeji pour l’achat de matériel et l’encadrement).
Quant au panier vendu 1 euro aux familles, le différentiel avec le coût de revient pour l'association (une fois déduite la subvention du fonds social européen équivalent à 5 euros par panier) est prise en charge par le CCAS, soit 4 euros par panier.
Concernant le volet Insertion du projet, le CCAS verse une subvention annuelle de 1.500 € à l'Afeji ainsi qu'une subvention annuelle au centre socioculturel de Loon-Plage (8.000 €) pour l’animation des ateliers cuisine et l’achat des denrées alimentaires complémentaires.

 

Commune de Loon-Plage

Nombre d'habitants :

6300

27 Place de la République
59279 Loon-Plage

Clélie Kleinpoort

Vice-présidente du CCAS

Alex Obry

Directeur du CCAS
Haut de page