Mieux informer les publics les plus fragiles sur les aides pour lutter contre la précarité énergétique (49)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Maine-et-Loire

Créée avec le soutien du département du Maine-et-Loire, l’association les Locaux-Moteurs s’appuie sur des habitants pour aller à la rencontre des foyers les plus précaires et leur expliquer les aides auxquelles ils ont droit. Elle a pu expérimenter son concept dans le cadre de l’Opah en cours sur les communes de Baugé-en-Anjou et de Noyant-Villages. Avec des résultats appréciables.

L’opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) lancée en 2013 dans les communes nouvelles de Baugé-en-Anjou (12.000 habitants) et de Noyant-Villages (5.800 habitants) ne donnait pas tous les résultats attendus. "En dépit d’aides publiques allant jusqu’à 80% du montant des travaux, nous avons constaté que de nombreux habitants parmi les plus précaires ne demandaient pas à bénéficier du dispositif", remarque Jérôme Pinson, vice-président de la commission Habitat de Baugé-en-Anjou. Une constatation partagée par Claudine Pézeril fondatrice de l’association les Locaux-Moteurs. Les deux territoires comptent pourtant de nombreux logements peu efficaces sur le plan énergétique et des ménages fragiles déboursant parfois jusqu’à 25% de leurs revenus en dépenses d’énergies. Pour mémoire, la précarité énergétique commence à partir d’un taux d’effort de 10% des revenus.

L’Opah ne profitait pas assez aux publics fragiles

Forte du soutien du service Habitat et Urbanisme du département du Maine-et-Loire, Claudine Pézeril met sur pied le concept des Locaux-Moteurs qui va montrer son efficacité pour réduire le non-recours aux aides publiques. "Contrairement à certaines idées reçues les personnes les plus fragiles ne se précipitent pas pour bénéficier de ces aides et, en l’occurrence, l’Opah mise en œuvre dans les communes concernées ne profitait pas assez aux publics ciblés. Défaut d’information et crainte de se sentir stigmatisés sont les deux principaux aiguillons du non recours aux aides publiques", assure-t-elle.

Les habitants parlent aux habitants

Pour y remédier, les Locaux-Moteurs fondent leur action sur un discours de pair à pair. "Nous avons recruté sept habitants - les locaux-moteurs - connaissant très bien leur territoire et dotés de facilités relationnelles. Ils sont rémunérés au titre de leur mission d’utilité sociale à laquelle ils consacrent de 15 à 30 heures par mois. Une formation au dispositif Opah, en particulier sur le volet aides aux travaux, les a mis en mesure de le présenter avec des mots simples aux populations fragiles en leur expliquant comment en bénéficier", raconte la présidente de l’association.

Repérage des foyers en situation de précarité énergétique

Le travail de l’association serait impossible sans l’appui des collectivités. "Nous avons créé deux comités de pilotage (un pour chaque commune) afin de suivre cette expérimentation", explique le vice-président de la commission Habitat de Baugé-en-Anjou. Composés d’élus chargés de l’habitat et de la cohésion sociale, du coordonnateur départemental de l’habitat indigne, de l’opérateur Opah et de membres de l’association, ces comités identifient les adresses des ménages à visiter avec l’aide des services urbanisme des communes nouvelles. Outre les visites à domicile, les locaux-moteurs ont également procédé à des actions collectives d’information sur les marchés.

Les collectivités soutiennent l’association

Les collectivités apportent aussi leur appui aux actions de l’association en mobilisant leurs outils de communication. Les bulletins et sites internet communaux, la presse quotidienne régionale, les réseaux sociaux et une intervention du comité de pilotage de Baugé-en-Anjou sur le marché de Noël de Baugé ont permis d’informer la population sur le rôle l’association.
Les deux communes ont participé au financement de cette expérimentation à hauteur de 4.000 euros chacune sur un an. S’ajoutent à ces aides celles du département, de l’association régionale de santé (ARS), de la fondation de France et de la fondation Macif. Le budget annuel total s’élève à près de 40.000 euros.

Les Locaux-Moteurs, boosters de l’Opah

De nombreux dossiers de demandes d’aides étant encore en cours d’instruction, un bilan définitif sera effectué fin 2017. Mais d’ores et déjà les premiers résultats sont très encourageants. Sur une seule année le travail de l’association a permis d’informer 427 foyers et d’augmenter de plus de 50 % le montant des travaux par rapport à la moyenne des années précédentes. Parmi les ménages visités, un sur trois bénéficie désormais d’un accompagnement de l’opérateur de l’Opah en vue d’effectuer des travaux.

Concept déclinable à d’autres politiques publiques

"Le concept des Locaux-Moteurs pourrait être décliné sur d’autres opérations publiques comme, par exemple, les fiches actions de l'agence régionale de la santé", indique Jérôme Pinson. La présidente de l’association évoque, pour sa part, une déclinaison sur l’accompagnement d’une campagne de prévention santé avec l’ARS. En attendant, l’expérimentation sur le thème de l’habitat va se poursuivre dans quatre autres communes de la communauté de communes de Baugeois-Vallée qui sont en train de démarrer une Opah. À noter que cette intercommunalité a pris la compétence habitat le 1er janvier 2017.

Contact(s)

Communauté de commune de Baugeois-Vallée

15, avenue Legoulz de la Boulaie, Baugé
49150 Baugé-en-Anjou
02 41 84 49 49
president@baugeoisvallee.fr
Nombre d'habitants : 35300
Nombre de communes : 7
Nom de la commune la plus peuplée : Baugé-en-Anjou (12000 hab.)

Jérôme Pinson

Vice-président commission habitat de la commune nouvelle de Baugé-en-Anjou
jerome.pinson@baugeenanjou.fr

Claudine Pézeril

Présidente de l'association les Locaux-Moteurs
c.pezeril@locaux-moteurs.fr
Haut de page