Nord

Pas-de-Calais

Pour faciliter l'accès des demandeurs d'emploi français à des entreprises belges, la recherche d'emploi ne connaît plus de frontière...

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Santé, médico-social, vieillissement

Social

A deux pas de la Flandre belge, la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) mise sur le dynamisme du marché du travail flamand pour aider des chômeurs à retrouver un emploi. Côté belge, le taux de chômage est bien en deçà de celui de Dunkerque et ses environs. La main-d'oeuvre, dans l'agroalimentaire notamment, fait défaut. La CUD a mis à profit une formation au néerlandais pour faire avancer les choses, la pratique de cette langue s'avérant un sésame pour ceux qui veulent travailler dans les entreprises flamandes.

Pour la quatrième année, une quinzaine de demandeurs d'emploi de l'agglomération de Dunkerque (CUD) vont recevoir une formation au néerlandais, leur permettant d'accéder à un emploi de l'autre coté de la frontière franco-belge. Une initiative pilotée par la communauté urbaine de Dunkerque. "C'est le fruit d'une volonté politique et pragmatique d'accompagner les personnes éloignées de l'emploi", résume Roland Fourmentel, vice-président de l'EPCI, en charge de l'insertion et du travail.
Entre l'agglomération dunkerquoise et la province de Flandre occidentale belge, voisine d'une petite dizaine de kilomètres, le taux de chômage passe du simple ou triple (12% de chômage sur Dunkerque, voire 15% sur Calais, contre 6,5% à Furnes de l'autre coté de la frontière ou 4% plus à l'est). "La province de Flandre occidentale nous avait fait remonter les besoins de main-d'oeuvre des entreprises, avec, notamment, des postes de conducteurs de lignes automatisées, à pourvoir dans des entreprises agroalimentaires autour de Furnes et à des conditions salariales attractives pour un demandeur d'emploi français", ajoute Alex Obry, chargé de mission à la direction du développement économique de la CUD. "Ce double constat nous a amenés à étudier les possibilités de trouver des débouchés à des demandeurs d'emploi français sachant l'exigence des entreprises flamandes que ceux-ci acquièrent les éléments de base linguistique pour s'insérer professionnellement ", explique Roland Fourmentel. 

 

S'adapter aux particularités flamandes

Le projet, animé par la CUD, a été monté avec les partenaires locaux français (région Nord-Pas-de-Calais, ANPE, mission locale, PLIE, etc.) et, côté belge, le secteur intérimaire. "Là encore, il s'agissait d'être pragmatique car les agences d'intérim sont le moyen le plus immédiat d'accéder à l'emploi en Belgique", précise Roland Fourmentel. "Le marché de l'emploi flamand a la particularité de beaucoup reposer sur des agences intérimaires. Cette action allie formation théorique au néerlandais et stage pratique en entreprise. Les participants à l'action effectuent ce dernier au sein d'entreprises flamandes clientes des agences intérim partenaires. Le stage sert, en quelque sorte, de période d'essai à l'issue de laquelle les stagiaires sont recrutés par les agences". ajoute Alex Obry.
Pour la partie linguistique, la CUD s'est appuyée sur une formation d'apprentissage du néerlandais qui existait déjà. Assurée par le Greta, celle-ci était financée par le conseil  régional mais faute de débouchés réels, elle avait peu de succès. Désormais, cette formation s'inscrit dans un parcours que détaille Alex Obry : "Les personnes intéressées, informées par la mission locale, le PLIE, l'ANPE, etc., sont conviées à des réunions d'information où on leur expose les emplois disponibles et la condition de pratiquer les rudiments de la langue néerlandaise. La sélection de ceux qui seront retenus (16 bénéficiaires pour 50 à 60 demandes chaque année) se fait après un entretien d'évaluation effectué par les partenaires emploi français et  les agences d'intérim flamandes. La formation se déroule ensuite de façon intense avec deux mois d'apprentissage du néerlandais dans un centre de formation Greta, suivis de deux semaines de formation pratique en entreprise sur les postes à pourvoir." A l'issue, l'objectif est que les stagiaires français soient recrutés par les agences d'intérim, en espérant déboucher sur un emploi pérenne au sein même des entreprises.

 

Des résultats concrets

Sur 16 bénéficiaires en 2006, 14 ont trouvé à l'issue de l'action une solution en termes d'emploi, 8 en Flandre via ces agences d'intérim et 6 en France dans le cadre de leur parcours d'insertion. Autrement dit, depuis trois ans, l'expérience donne plutôt de bons résultats, concrets et surtout pérennes de retour à l'emploi. "Tout le monde est gagnant dans cette opération, les demandeurs d'emploi, les financeurs, les entreprises, les agences intérim et les professionnels de l'emploi", conclut Alex Obry.
Si cette initiative reste "modeste", comme le reconnaît Roland Fourmentel, compte tenu du faible nombre de demandeurs d'emploi touchés, l'élu compte sur le partenariat noué à cette occasion avec les partenaires économiques et institutionnels flamands (comme le VDAB, l'équivalent de l'ANPE et de l'Afpa réunies) pour aller plus loin dans la coopération transfrontalière en matière d'emploi (notamment sur l'échange d'offres d'emploi). Ce projet constitue en effet l'un des volets de la plate-forme de coopération transfrontalière Flandre-Dunkerque - Côte d'Opale et Flandre occidentale (qui côté français associe l'ensemble des collectivités et EPCI de la CUD au syndicat mixte de la Côte d'Opale). "Il ne s'agit pas d'inonder leur marché du travail, mais si nous pouvons trouver des réponses pour les demandeurs d'emploi en adaptant leurs compétences, nous l'étudierons, après avoir également pris la mesure des réalités sociales du côté flamand", reprend Roland Fourmentel. Car il ne s'agirait pas que les Français soient accusés de combler des emplois considérés à bas prix en Belgique...

 

Emmanuelle Stroesser, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral

Hôtel communautaire Pertuis de la Marine, BP 85530
59386 Dunkerque Cedex 1
03 28 62 70 00
03 28 62 70 13
Nombre d'habitants : 200000
Nombre de communes : 17
Nom de la commune la plus peuplée : Dunkerque (92500 hab.)

Alex Obry

Chargé de mission Emploi et création d'activité à la CUD
alex.obry@cud.fr

Roland Fourmentel

Adjoint au maire de Dunkerque, vice président CUD en charge de l'insertion et du travail

Territoires Conseils

Des services dédiés à l’accompagnement des projets de développement communaux et intercommunaux.

Haut de page