Rénovation énergétique des bâtiments publics

Comprendre les enjeux de la rénovation énergétique et convaincre

Réduire la dépense énergétique

Les consommations énergétiques sont le second poste de dépense des collectivités après les charges de personnel, soit 3 à 6% des charges totales de fonctionnement. Les bâtiments communaux représentent 76% de la consommation d’énergie d’une commune. Le premier enjeu pour les collectivités est donc de baisser les charges de fonctionnement des communes grâce à l‘éradication des « passoires thermiques » que constituent les bâtiments les plus anciens construits sans souci de performance énergétique.

 

Evaluer sa dépense énergétique

Près de la moitié des bâtiments en France ont été construits avant 1975. Leur consommation moyenne est d’environ 240 kWh énergie primaire/m²/an, alors que les exigences actuelles se situent autour de 50 kWh/m²/an.

Les bâtiments publics les plus énergivores sont les établissements scolaires et les équipements sportifs (dont les piscines représentent en moyenne 40% de ces consommations).

Améliorer les usages

Les investissements importants, nécessaires à l’efficacité énergétique des bâtiments publics, peuvent être accompagnés de démarches de recherches d’économie d’énergie beaucoup plus légères financièrement. Elles visent à mobiliser la communauté des usagers et permettraient de faire des économies d’énergie de l’ordre de 10% en moyenne, et jusqu’à 40%, sur une période d’un an (retour d’expérience du concours CUBE 2020).

Quelques exemples de projets :

  • La labellisation « Eco-école » : Teragir accompagne en France 2 500 établissements de la maternelle au lycée dans leur mise en œuvre du développement durable.
  • Le défi des « éco-minots » : le défi de réaliser des économies d’énergie et d’eau essentiellement à partir d’éco-gestes
  • Le projet « Sherlock’s Home » forme les collégiens pour en faire des ambassadeurs de la rénovation énergétique
  • Le concours CUBE 2020, ou « CUBE.S » pour les bâtiments d’enseignement : une approche ludique de l’économie d’énergie qui récompense les bâtiments tertiaires réalisant des économies par la mobilisation de ses occupants.

Les gains attendus d’une rénovation énergétique

Trois grandes familles d’action existent, générant des économies plus ou moins importantes :

  1. Sensibilisation, conduite, exploitation-maintenance : 5 à 15% d’économie (temps de retour entre 1 et 5 ans) ;
  2. Renouvellement des systèmes énergétiques, équipements de régulation : 15 à 25% (temps de retour entre 3 et 15 ans) ;
  3. Travaux sur l’enveloppe : >à 25% (temps de retour > 15 ans).

 

Le coût de l’inaction

Vous hésitez à changer vos habitudes ou à rénover vos bâtiments ?

Savez-vous combien vous coûte l’inaction ? Le Rapport Stern a été le premier à évaluer l’impact économique des effets du changement climatique. Conclusion : le coût de l’inaction est supérieur au coût de la prévention. Il est estimé, selon les scénarios, entre 5 et 20% du PIB mondial contre 1% pour celui de la prévention.

 

Voir le guide " Limiter la consommation énergétique des bâtiments "

Rénover pour un meilleur confort

La qualité d'usage des bâtiments

Dans un processus de construction ou de réhabilitation, l’évaluation de la qualité d’usage de bâtiments similaires permet d’alimenter les réflexions du maître d’ouvrage et d’aiguiller le projet en fonction des objectifs.

Dans un bâtiment existant, en phase d’exploitation, l’évaluation de la qualité d’usage permet notamment d’identifier des tensions ou dysfonctionnements existants ou prévisibles de tout ordre telles que les surconsommations énergétiques ou les plaintes des occupants relatives au confort, et d’apporter des réponses.

Le confort thermique

Le confort thermique résulte de nombreux paramètres comme les températures d’ambiance et des parois, les modes de chauffage, le taux d’humidité ou les mouvements d’air. Pour obtenir un confort thermique satisfaisant, il est nécessaire d’investir dans le bâti et ses systèmes. Une isolation suffisante et des fenêtres performantes évitent par exemple le phénomène de parois froides et diminuent les mouvements d’air. Au niveau des systèmes, une température ambiante autour de 19-20°C et l’utilisation d’une VMC améliorent le confort thermique, tout en limitant les consommations d’énergie.

La qualité de l’air

L’humidité a un impact sur la sensation de confort d’un individu dans un bâtiment. Ainsi, une personne peut ressentir de l’inconfort lorsque l’humidité relative est inférieure à 30% ou supérieur à 70%.

Aussi, l’air intérieur est bien souvent plus pollué que l’air extérieur : accumulation de poussières, émanations liées à aux activités … Pour garder une ambiance intérieure saine, l’air doit donc être fréquemment renouvelé. Un bon système de ventilation au sein d’un bâtiment permet de conserver un air intérieur de qualité. 

L’Assistance à Maîtrise d’Usage

L’Assistance à Maîtrise d’Usage (AMU) propose un nouvel équilibre au sein des parties prenantes d’un projet lié au bâti et à la ville : elle associe les habitants, utilisateurs finaux des projets de construction. Cette médiation sociale et technique innovante prend en compte les enjeux du changement dans le contexte de l’usage de bâtiments performants ; la performance énergétique est ainsi alliée au bien-être.

L’AMU se traduit par la mise en place de dynamiques collectives et participatives : co-construction de guide de l’habitant, animation de groupes de travail sur l’usage, visite technique du bâtiment, etc.

Vous êtes à la recherche d'exemples concrets de rénovation ?

Convaincre et communiquer

Rénovation énergétique : comment convaincre les élus ?

La rénovation énergétique des bâtiments publics est essentielle et doit s’appréhender de manière globale.

  • D’un point de vue environnemental, ces projets s’inscrivent dans une démarche positive et répondent aux attentes réglementaires ;
  • D’un point de vue économique, ils permettent de réduire les coûts énergétiques de l’exploitation des bâtiments – et sont aussi la source de subventions utiles pour l’ensemble d’un projet de rénovation ;
  • En termes d’usage, la rénovation thermique des bâtiments publics apporte un confort appréciable et de plus en plus nécessaire au vu des impacts du changement climatique sur les températures.

Communiquer auprès des usagers

Les usagers des bâtiments publics représentent les bénéficiaires finaux, il est donc important dans la conception d’un projet architectural que ce projet soit en accord avec les usages futurs du bâtiment de telle sorte qu’ils puissent générer les comportements les plus adaptés.

Pour convaincre les citoyens des collectivités sur la thématique de la rénovation énergétique des bâtiments publics, il est nécessaire de communiquer sur le gain de confort et de la valeur patrimoniale du bien.

Parce qu’il est parfois difficile d’embarquer les citoyens dans des politiques de réduction de l’empreinte carbone, les collectivités proposent de plus en plus d’impliquer leurs habitants et de les associer aux projets dès la phase de recherche de financement. Et de ce fait, de les intéresser aux résultats.

S'engager dans la transition écologique

Agir contre le changement climatique est une priorité environnementale. Cela signifie notamment réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les consommations d’énergies fossiles. Mais il s’agit également de valoriser la rénovation des bâtiments et de les adapter pour assurer une meilleure qualité de vie et de confort à leurs usagers.

Exploiter les énergies renouvelables

La rénovation d’un bâtiment est une opportunité pour repenser les sources d’énergie. Les projets d’énergies renouvelables apportent non seulement des bénéfices directs aussi bien en termes de bilan carbone qu’en retombées économiques, mais ils permettent aussi de récupérer de l’énergie directement exploitable par les bâtiments.

Différentes solutions d’énergies renouvelables peuvent être exploitées pour le chauffage et l’eau chaude d’un bâtiment :

  • la biomasse (principalement le bois),
  • le solaire (installation de panneaux photovoltaïques),
  • la géothermie.

Des solutions d’autonomie énergétique utilisant une source d’énergie renouvelable et un dispositif de stockage adapté peuvent également être envisagées à l’échelle d’un site.

Pour en savoir plus sur les énergies renouvelables et le stockage, consulter le site de l’ADEME
 

Des bâtiments durables

Au-delà des enjeux environnementaux, la transition énergétique des bâtiments s’impose d’un point de vue économique (les dépenses en énergie sont croissantes) ; de santé publique (les bâtiments écologiques assurent une meilleure qualité de l’air et favorisent le confort des usagers) ; de durabilité (les bâtiments responsables sont des bâtiments durables).

Les bâtiments durables de demain seront :

  • à haute performance énergétique voire à énergie positive,
  • à faible émissions de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie, depuis leur construction jusqu’à leur destruction,
  • construits avec des matériaux éco-responsables,
  • équipés de solutions d’intelligence artificielle qui contribuent à une exploitation rationalisée et performante des bâtiments.