Comprendre les enjeux et convaincre

Rénover pour un meilleur confort

Outre les économies à réaliser via la rénovation énergétique, la rénovation énergétique des bâtiments conduit aussi à améliorer les usages et le confort des usagers. Les collectivités ont une multitude de sites à chauffer l'hiver et à rafraîchir l'été. Mairies, gymnases, bibliothèques ou locaux techniques, cette facture énergie pèse lourd sur leurs finances et justifie pleinement les politiques de réduction de l’empreinte carbone.   

Intégrer la qualité d'usage des bâtiments dans une approche en coût global

Dans un processus de construction ou de réhabilitation, l’évaluation de la qualité d’usage de bâtiments similaires permet d’alimenter les réflexions du maître d’ouvrage, d’éclairer ses choix, et d’aiguiller le projet architectural en fonction des objectifs et du projet social de la collectivité.
Dans un bâtiment existant, en phase exploitation, l’évaluation de la qualité d’usage permet notamment d’identifier des tensions ou dysfonctionnements existants ou prévisibles de tout ordre (surconsommations énergétiques, plaintes des occupants relatives au confort, etc.), et d’apporter des réponses après avoir considéré la question de manière globale.

Confort thermique 

En hiver, un bon confort thermique doit garantir une sensation suffisante de chaleur. En été, il doit limiter cette chaleur pour éviter les surchauffes.

Le confort thermique résulte de nombreux paramètres comme les températures d’ambiance et des parois, les modes de chauffage, le taux d’humidité ou les mouvements d’air. Pour obtenir un confort thermique satisfaisant, il est nécessaire d’investir dans le bâti et ses systèmes. Une isolation suffisante et des fenêtres performantes évitent le phénomène de parois froides et diminuent les mouvements d’air. Au niveau des systèmes, une température de consigne autour de 19-20°C couplée à une bonne régulation et l’utilisation d’une VMC améliorent le confort thermique, tout en limitant les consommations d’énergie. 

Le confort thermique est meilleur lorsque l'amplitude des températures est faible. Pour lisser au mieux les températures, il faut mettre en place une régulation efficace. En été, des protections solaires couplées à une forte inertie thermique évitent les surchauffes. De plus un taux d’humidité situé entre 40% et 60% permet un bon confort thermique.
 

A la recherche d'exemple concrets de réalisations?

Voir la liste d'expériences

Confort de l’air 

Le confort est un équilibre entre l’Homme et l’ambiance. L’humidité a un impact sur la sensation de confort d’un individu dans un bâtiment. Ainsi, un individu peut ressent de l’inconfort lorsque l’humidité relative est inférieure à 30% ou supérieur à 70%. 
L’air intérieur accumule souvent plus de pollution que l’air extérieur : accumulation de poussières, émanations liées à aux activités … Pour garder une ambiance intérieure saine, l’air doit donc être renouvelé. C’est pourquoi il est primordial que le bâtiment dispose d’une bonne ventilation pour conserver un air intérieur de qualité. 
 

Assistance à maitrise d’usage (AMU)  

L’Assistance à Maîtrise d’Usage propose un nouvel équilibre dans les parties prenantes des projets liés au bâti et à la ville. Celle de l’intégration des habitants, experts de leur propre quotidien et de leurs attentes et qui sont avant tout les utilisateurs finaux des projets de construction. Cette médiation sociale et technique innovante prend en compte les enjeux du changement dans le contexte de l’usage de bâtiments performants ; la performance énergétique alliée au bien-être.
L’AMU se traduit par la mise en place des dynamiques collectives et participatives : co-construction de guide de l’habitant, inauguration festive, animation de groupes de travail sur l’usage ; mise en place concertée d’indicateurs de suivi, challenge collectif sur l’énergie, visite technique du bâtiment, etc.
 

Haut de page