Yonne

Sens expérimente avec SOS Médecins le suivi médical des personnes âgées (89)

Santé, médico-social, vieillissement

Social

À Sens, trouver un médecin généraliste est difficile et le vieillissement de la population accentue les difficultés. Tout en développant des démarches pour attirer de nouveaux médecins, la municipalité a passé un accord avec SOS Médecins pour un dispositif transitoire permettant d’assurer la continuité des soins des personnes âgées.

La ville de Sens (25.000 habitants) est située au nord de l'Yonne, à moins d'une heure de train de Paris. Peuplée à 20% de plus de 60 ans, elle devrait accueillir, à l'horizon 2020, 1.000 nouveaux habitants de plus de 85 ans, des retraités qui se rapprochent des services. En 2013, l'analyse des besoins sociaux de la ville mettait en évidence un isolement des personnes âgées, avec seulement 1,9 aidant par personne (famille, amis…) contre 4 au niveau national. La densité des professionnels de santé est très faible, avec près d’un assuré sénonais sur cinq qui serait sans médecin traitant selon l'Assurance-maladie. Ce qui pose des difficultés aiguës pour l’accès aux soins des personnes âgées et la coordination de leur prise en charge - par exemple pour l’hospitalisation à domicile.
Après deux ans de réflexion, les élus décident de tester un dispositif : avec l’accord de l’ARS (agence régionale de sante), la municipalité a noué en décembre 2015 un partenariat, prévu pour une durée d’un an, avec l’association SOS Médecins Sens et le CCAS.

Répondre à une situation d’urgence pour les personnes âgées repérées par le CCAS

Depuis janvier 2016, grâce à ce protocole, le centre communal d'action sociale (CCAS) peut orienter les personnes âgées de plus de 60 ans atteintes de maladie chronique, sans médecin traitant et en difficulté de mobilité, vers SOS Médecins Sens pour une prise en charge médicale garantissant la continuité des soins.
Pour bénéficier de ce service, les personnes de plus de 60 ans sont repérées par le CCAS en fonction de leur profil, ou adressées à ce dernier par des partenaires qui repèrent les besoins médicaux et sociaux. Le CCAS envoie les coordonnées de la personne âgée à SOS Médecins qui vérifie à l'aide du serveur de la Sécurité sociale si elle est suivie ou non par un médecin traitant.
En janvier et février, une vingtaine de patients âgés avaient déjà expérimenté ce dispositif, et en avril 35 patients au total sont suivis dans ce cadre.

SOS Médecins assure le suivi comme un médecin traitant

"Ce partenariat est une réponse concrète à une situation d'urgence sanitaire, explique la député-maire de Sens, Marie-Louise Fort. Il offre une continuité des soins aux personnes âgées dépendantes, pour un coût nul pour la collectivité et un coût équivalent pour la Sécurité sociale, puisque la consultation est tarifée comme une consultation à domicile ordinaire."
Les cinq médecins du service programment les visites de suivi à domicile sur trois mois. Ils font un examen clinique et renouvellent les traitements chroniques. "Le bénéfice au niveau social est considérable, observe le directeur du CCAS. La prise en charge en amont prévient l’aggravation de problèmes de santé, repère les besoins médicaux et sociaux et évite le recours aux services d'urgence."

Expérimentation dérogatoire et transitoire

Cette expérimentation dérogatoire au système du médecin traitant a été portée par la députée-maire de Sens auprès de la ministre de la Santé et doit durer une année. "Ce dispositif est destiné à assurer la continuité des soins et le retour des personnes, souvent très âgées (plus de 85 ans) et isolées, dans le circuit de la santé, le temps de retrouver un équilibre de la démographie médicale. La ville espère attirer de nouveaux généralistes grâce à d’autres mesures (voir en fin d’article). Notre objectif est bien de réorienter rapidement les patients vers la médecine de ville pour tendre vers un taux résiduel de personnes suivies par SOS Médecins", affirme le directeur du CCAS.

Un premier bilan sera réalisé en juin 2016 par l'ARS Bourgogne, le conseil départemental de l'Yonne, l'hôpital, l'Ordre des médecins, en partenariat avec le CCAS et SOS Médecins.

Pour attirer de nouveaux médecins : prime d’installation conventionnée et aide au regroupement
La ville de Sens propose une prime d'installation de 15.000 euros pour tout nouveau médecin qui s’engage durant trois ans à prendre en charge un certain nombre de patients orientés par le CCAS et sans médecin traitant ainsi que la gestion de situations complexes nécessitant un avis médical. Le praticien s'engage également à accompagner le CCAS dans ses actions de prévention. Par ailleurs, la ville facilite le regroupement de professionnels de santé dans un même bâtiment : permis de construire, mise à disposition de terrain en zone franche avec des exonérations fiscales pendant 5 ans, etc.
En outre, par son caractère volontariste et original, l’initiative menée par la ville avec SOS Médecins a sans doute contribué à attirer l’attention de praticiens. Pour preuve, deux nouveaux médecins ont décidé prochainement de s'installer à Sens !

Delphine Lethu, l’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Commune de Sens

1 Place Etienne Dolet
89100 Sens
03 86 65 80 40
Nombre d'habitants : 25000

Marie-Louise Fort

Député-maire de Sens, présidente du CCAS
secretariatdumaire@mairie-sens.fr

Yves Colin

Directeur du CCAS
ccasdesens@mairie-sens.fr
Haut de page