Six mois pour mettre en place une complémentaire santé municipale (63)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Puy-de-Dôme

A Romagnat, commune de la ceinture de Clermont-Ferrand, le projet de complémentaire santé communale était inscrit dans le programme de campagne de l’équipe municipale élue en mars 2014. Il a été lancé dès juillet et depuis le janvier 2015, "La Romagnatoise" bénéficie à 6% des foyers de la commune.

A l’origine de cette initiative, un constat partagé par l’équipe municipale : dans cette commune de 8.000 habitants, de plus en plus de personnes renoncent à certains soins médicaux, soit parce qu’elles n’ont pas de couverture complémentaire santé, soit parce qu’elles ont une complémentaire incomplète ne prenant en charge que les frais d’hospitalisation comme c’est souvent le cas pour des personnes âgées.
L’adjointe aux affaires sociales, Marie-Jeanne Gilbert, est particulièrement sensible à ces questions : "Nous avons voulu concrétiser très rapidement notre idée, en proposant que la mairie négocie un contrat d'assurance collective de prévoyance santé à adhésion facultative pour les habitants et les personnes travaillant sur la commune, explique-t-elle. Ce projet vise particulièrement les ménages dont les revenus sont justes au-dessus des niveaux requis pour accéder à la CMU ou à une aide à l'acquisition d'une complémentaire santé."

Enquête via le bulletin municipal et commission de groupement d'achats solidaires

Un questionnaire très simple, publié dans le bulletin municipal de juin-juillet 2014, a permis d’évaluer très rapidement l’écho rencontré par ce projet : 10% des 3.200 foyers de la commune ont manifesté leur intérêt.
En juillet, une commission extramunicipale "groupement d'achats solidaires" a été constituée pour élaborer le cahier des charges : elle comprenait 4 élus du conseil municipal (dont un élu du groupe d'opposition), 2 membres du conseil d'administration du CCAS, le responsable du service social et 4 personnalités qualifiées parmi les habitants et acteurs de la santé de la commune. Ces derniers ont été repérés et sollicités directement par l’adjointe aux affaires sociales et le responsable du CCAS.

Trois mutuelles de santé ont répondu à l’appel à candidatures. Deux offres comprenaient une prestation et un montant de cotisation unique ; la troisième présentait trois niveaux de prestations et une cotisation en fonction de l’âge et du niveau de prestations. "La commission a statué en faveur de l’offre la plus complexe, qui satisfaisait le mieux toutes les parties, explique l’adjointe. En effet, un tarif unique n’est pas avantageux pour les assurés avant 40 ans et risquait de mal couvrir dans la durée les besoins de la population la plus âgée."

Permanences à la mairie pendant deux mois et recours à des bénévoles

À l’automne, la campagne d’adhésion a été ouverte par voie d’affichage public et communication dans le bulletin municipal. La presse locale s’est aussi fait l’écho du projet. Des permanences ont été organisées trois fois par semaine à la mairie du 1er octobre jusqu’à mi-décembre 2014.
Ces permanences ont été assurées par l'adjointe aux affaires sociales, une personne du CCAS et un conseiller détaché par la mutuelle.
"Nous avons eu deux mois d’activité intense, se souvient l’élue. Ce qui a pris le plus de temps était la relation avec les habitants intéressés. Nous faisions le point sur leur situation en comparant la nouvelle offre avec les prestations offertes par leur mutuelle et en les informant sur l’accès aux droits à la santé (couverture maladie universelle, aide à la complémentaire santé par les CPAM). Cela a suscité un dialogue social et nous a donné un autre regard sur la population." Pour soulager le personnel du CCAS, très sollicité au téléphone durant cette période, des bénévoles formés aux assurances ont aussi participé aux permanences.

Une majorité des personnes âgées, des pistes de développement

Les adhérents sont majoritairement des personnes entre 60 et 70 ans, certaines ayant encore des enfants à charge. La plupart disposaient déjà d’une mutuelle, mais plus onéreuse. Au final, le nombre d’adhérents est sensiblement identique au nombre de déclarations d’intérêt, mais les fichiers ne se recoupent pas exactement.
"Des personnes s’étaient déclarées intéressées et sans mutuelle mais n’ont pas donné suite. Elles seront recontactées par le CCAS. Les personnes les plus démunies n’ont parfois pas l’énergie ou les capacités de mener des démarches."

Sophie Daguin, L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.
 

Contact(s)

Commune de Romagnat

Château de Bezance
63540 Romagnat
Nombre d'habitants : 8000

Marie-Jeanne Gilbert

Adjointe aux affaires sociales

Yannick Reynard

Responsable du service social
Yannick.reynard@ville-romagnat.fr
Haut de page