Dordogne

On trouve tout, ou presque, au Point public du canton de Belvès

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Au cœur du Périgord noir, le Point public de Belvès est le fruit d'un travail partenarial de proximité porté par le CIAS de ce canton rural. Depuis sa création, ce point multiservice offre à sa population l’accès à une palette de plus en plus variée d’informations et de dispositifs utiles à tous les moments de la vie.

A l’origine de la création en 1996 de ce guichet unique, il y a eu la volonté du CIAS du canton de Belvès (Dordogne, 14 communes, 4.170 habitants) d’aider les personnes âgées dans leurs démarches administratives. Puis au fil du temps, le Point public a souhaité s’ouvrir à l'insertion sociale et professionnelle, et répondre aux besoins d'une population active. Pour cela, il a passé des conventions et obtenus des labels, élargissant son champ d’intervention: logement, famille, jeunesse, prêt de mobylette, accompagnement scolaire, ou encore la santé.

Une responsable de l’animation et des partenariats

En 2012, il reste un service du CIAS, qui a embauché en 2000 un agent d'accueil, devenue depuis responsable. Le rôle de cette dernière : assurer l'animation du Point public, rencontrer les usagers, mettre en place des ateliers, détecter les besoins émergents et entretenir le lien avec les différents partenaires. Le financement du Point public repose aujourd’hui sur les communes du canton et une participation du FSE (fonds social européen).

Convention, labels et relais : pour un accueil qualifié de proximité

Le Point public a progressivement passé des conventions avec des partenaires forts divers : Pôle emploi, la MSA, l'hôpital de Belvès, etc. Grâce à quoi, il est devenu un relais sur le canton pour nombre d’organismes : CAF, CPAM, Greta, Pôle emploi, maison de l’emploi. Un accord avec les chambres consulaire fait du Point public de Belvès le premier contact vis-à-vis des habitants pour l'aide à la création d'entreprise ou répondre aux questions des employeurs, collecter des offres d’emploi afin de les proposer aux demandeurs d’emploi qui se présentent au Point public. Parallèlement, il a obtenu différents labels - Point info jeunesse, Point info famille (depuis 2005), Point relais Maison de l'emploi (depuis 2007). "L’intérêt de ces conventions et labels n’est pas toujours ni seulement de nature financière, remarque Nathalie Husson, la responsable du Point public. Ces labels n'apportent pas systématiquement de fonds. Le fait d'être Relais services publics conventionné par l'État apporte certes une subvention d’Etat, mais uniquement les 3 premières années. Quant aux relais Caf et CPAM, ils ne se bornent pas à... une borne, mais aussi à de solides formations chaque année. L’intérêt de ces partenariats est qu’ils qualifient notre accueil, souligne-t-elle. Chaque administration fait ce qu'elle peut sur notre territoire, et nous nous efforçons d’aller plus loin en accueillant tout le monde, et en fédérant". C’est ainsi que Pôle emploi délocalise des mesures d'accompagnement à l'emploi (par le biais de sous-traitants, tandis que le Point public de Belvès, en tant que Relais +, fait le lien pour suivre les demandeurs d’emploi en parallèle), ce qui permet de rendre accessibles des formations et un accompagnement individuel sur place à ceux qui en ont besoin et qui auraient dû se déplacer sur Sarlat, voire Bergerac ou Périgueux. Soit à respectivement 30 km, 50 km ou 64 km de là. Ce qui suppose d’en avoir les moyens.

60 % de visites pour des questions liées à l'emploi

Les locaux ne sont pas très grands, mais l'occupation de l'espace est optimisée ! La responsable du Point public et sa collègue, secrétaire, reçoivent en matinée tout le monde, quel que soit le jour et la demande. Les après-midi sont - en théorie - réservées aux rendez-vous, ateliers et permanences, et le lundi après-midi, au travail administratif. D'année en année, le Point public voit sa fréquentation augmenter, jusqu’à atteindre plus de 3.000 visites par an. Avec des demandes qui concernent en priorité l'emploi (60%), avant la vie quotidienne (40%). Le Point public a obtenu d'être prescripteur du garage social (de l'association Afaq 24 à Périgueux) pour la réparation ou le prêt de mobylette. "Ce sont des outils puissants pour aider des gens à trouver un emploi et cela se mesure au nombre de placements que nous avons réussi à accompagner : 94 en 2011, pour des CDD, des contrats aidés ou des CDI", souligne la responsable.

Un point fédérateur avec des interlocuteurs référencés

Grâce à ce réseau bâti contact après contact, le Point public de Belvès dispose d'un carnet d'adresses bien fourni ; ce qui lui permet d'avoir des interlocuteurs directs pour démêler des questions ou de savoir vers qui orienter les personnes. "Lorsqu’une personne vient me voir car elle a un indu de la CAF et ne sait comment s'y prendre, je passe un coup de fil et on essaye de tout éclaircir", cite la responsable. D'autres demandes peuvent nécessiter plus de temps, comme les dossiers d'allocation logement ou l'aide à la rédaction de lettres de motivation. 

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

CIAS du canton de Belvès

Place de la Liberté
24170 Belvès
05 53 31 44 81
05 53 31 44 86
Nombre d'habitants : 4170
Nombre de communes : 14
Nom de la commune la plus peuplée : Belvés (1500 hab.)

Sylvie Merlhiot

présidente du CIAS

Nathalie Husson

responsable du Point public
pointpublic-belves@wanadoo.fr
Haut de page