Un cabinet de téléconsultation, en attendant un médecin, dans une commune alsacienne (68)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Haut-Rhin

Située au cœur d’un bassin de vie de 3.000 habitants, la commune d’Oberbruck, faute de trouver un remplaçant pour son médecin, a ouvert un cabinet de téléconsultation à l’automne 2016. Une expérimentation qu'elle mène en étroite collaboration avec une association locale de soins et la société qui a fourni le matériel.

Au pied du ballon d’Alsace et commune du parc naturel régional des ballons des Vosges, Oberbruck, avec ses 446 habitants, est au cœur d'un bassin de vie de 3.000 habitants. "Il était essentiel pour l’ensemble de ce territoire de trouver une solution, alors que le médecin de la commune était parti à la retraite depuis 2013", explique le maire, Jacques Behra.

Initiatives pour attirer un médecin

Les recherches menées pour trouver un nouveau médecin ont été jusqu'à présent vaines, malgré le soutien d'une association locale spécialisée, l'association de soins et d'aides de Mulhouse et environs (Asame).
"Nous avons restauré un local privé pour le transformer en cabinet médical sur nos fonds propres, à hauteur de 45.000 euros, poursuit le maire. Contre un loyer modique de 270 euros par mois, nous étions prêts à le mettre à disposition du futur médecin ou de l’association Asame qui salarie des médecins durant deux ans, mais cela n'a pas été suffisant. Nous n'avons à ce jour pas eu de candidature. C'est donc l'Asame qui a proposé une solution provisoire."

Solution d’attente proposée par l’association Asame

L'idée de mettre en place une téléconsultation est née de la rencontre entre le président de l'Asame et un chirurgien à la retraite. Ce dernier est cogérant d'une société qui participe à des expérimentations pour le maintien à domicile par l'innovation. Dans le cadre d’un appel à projets lancé par la fondation Wallach de Mulhouse, l’Asame disposait ainsi de matériel médical et a mis à la disposition d’Oberbruck un chariot de téléconsultation gratuitement, en contrepartie d'une occupation gracieuse du cabinet.
Ce chariot est équipé de différents matériels de communication - écran, caméra, micro - , et de diagnostic - stéthoscope, échographe, dermatoscope (peau), otoscope (oreille), ophtalmoscope (yeux).

Ouvert du lundi au vendredi grâce aux personnels de l’Asame

Ce sont les personnels de l’Asame - infirmiers et médecins salariés - qui pilotent de bout en bout la téléconsultation menée depuis le local qui avait été aménagé par la commune. Durant les permanences, ouvertes dans un premier temps une heure et demie par jour, quatre jours de la semaine, une infirmière salariée par l'Asame accueille les patients, puis se connecte en mode vidéo avec l’un des cinq médecins de cette association assurant l’astreinte de garde dans un cabinet de Mulhouse ou de ses environs.
Via l’écran, le médecin peut engager la consultation à distance, selon un mode qui s’apparente à ce qui se passe habituellement dans un cabinet classique : après un premier échange avec le patient, l'examen physique est réalisé avec l'aide de l'infirmière, grâce aux différents appareils qui transmettent en direct au médecin les relevés ainsi que les graphiques mesurés par l’infirmier.

Présence rassurante de l'infirmière

Médecins et infirmière ont été formés par la société privée à l'utilisation du chariot. "L'image est excellente, et l'infirmière est là pour rassurer et faire le lien avec le médecin, et si nécessaire réaliser des relevés complémentaires à la demande de ce dernier. Le patient en vient à oublier que celui-ci n'est pas dans la pièce", explique le cogérant de la société privée. Comme pour une consultation classique, le médecin peut poser un diagnostic ou, si besoin, préparer une note pour envoyer le patient chez un spécialiste.
En fin de consultation, le médecin transmet l’ordonnance, qui est imprimée sur place. Le tarif pratiqué est celui des consultations habituelles, remboursées dans les mêmes conditions (voir en fin d’article).

Des plages horaires plus larges pour les consultations

Depuis l'ouverture du cabinet début septembre 2016, la clientèle est venue progressivement. "Sans médecin depuis trois ans, les habitants avaient pris leurs habitudes ailleurs, quitte à parcourir six à dix kilomètres, observe le maire. Pour ceux qui ont fait appel à la téléconsultation, nous avons des échos plutôt positifs sur ce nouveau service. Reste juste à convaincre les personnes plus âgées, réticentes face au matériel, malgré la présence de l'infirmière", poursuit l'édile.
L’extension horaire des permanences devrait faciliter le recours à ce service. Depuis novembre 2016, la plage horaire des permanences est passée de 1 heure et demie à 4 heures par jour, et la société privée a mobilisé une dizaine de médecins libéraux, qui proposent des plages de disponibilité dédiées à cette nouvelle forme de consultation.

"La recherche d'un médecin se poursuit néanmoins, cela reste notre objectif premier", insiste le maire. De son côté, le co-gérant de la société se dit prêt à laisser le chariot aussi longtemps qu'il le faudra.

Tarification particulière des actes de téléconsultation
Depuis la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) et de l'article 36 pour 2014, une tarification particulière des actes de téléconsultation peut être appliquée (28 euros) dans des cas particuliers, et dans le cadre d'une vaste expérimentation menée dans ce domaine sur neuf régions dont l'Alsace. Ce point est actuellement en discussion avec l'Agence régionale de la santé. Pour l'instant, à Oberbruck l'acte est facturé 23 euros.

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Commune de Oberbruck

Nombre d'habitants :

446
10, place de la Mairie
68290 Oberbruck
mairie.oberbruck@tv-com.net

Jacques Behra

Maire
Haut de page