Deux-Sèvres

Une épicerie sociale en pays mellois

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Sur le territoire du pays mellois dans les Deux-Sèvres, une association a mis en place un réseau d'épiceries sociales qui, sur prescription de travailleurs sociaux, donne accès à l'achat de nourriture à bas prix. Cette association propose également un accompagnement à travers des ateliers socio-éducatifs.

Dans le pays mellois (84 communes et 42.000 habitants), l'association Le Relais, créée en 2001, a mis en place un réseau d'épiceries sociales qui permet l'achat de produits, fournis principalement par la Banque alimentaire, vendus à 10% de leur valeur. "Le pays est un territoire très rural. De nombreuses personnes sont socialement fragiles, avec comme handicap, l'éloignement, lourd de conséquences en termes d'isolement, raconte Claudette Grelier, présidente de l'association, maire de Sompt, vice-présidente de la communauté de communes du canton de Melle et élue chargée des services au syndicat mixte du pays mellois. Pour mettre en place ce réseau d'épiceries sociales, une réflexion a été menée pendant trois ans entre les élus, les assistantes sociales, les services sociaux, le conseil général et des bénévoles bénéficiaires des aides alimentaires existantes. Ces derniers ont beaucoup apporté pour que le projet aboutisse. Ils ont apporté leur vécu, témoigné de leurs difficultés à faire la démarche de demande d'aide auprès des services sociaux et de leur mal-être à se sentir assistés (à cause du don systématique sans possibilité de choix de denrées...). C'est pourquoi nous leur demandons une participation financière pour l'achat des produits car cela leur permet de garder un statut de consommateur et leur dignité. Notre volonté était en outre de proposer un accompagnement dans une démarche de réinsertion. Ces personnes sont partie prenante de l'association et notamment dans le conseil d'administration dans le collège des bénévoles/usagers. Les autres collèges réunissent les élus et les structures partenaires (conseil général, Etat, MSA, CAF, CPAM...)."

922 personnes sont venues à l'épicerie sociale en 2006

Une conseillère en économie sociale et familiale a été embauchée pour animer l'association dont l'activité a démarré en 2002 dans un local de 200 m2 loué à un propriétaire privé, à Melle. Il est utilisé pour stocker et distribuer la nourriture et organiser les divers ateliers proposés aux bénéficiaires. Par ailleurs, un point de distribution a été créé dans chaque chef-lieu de canton du pays mellois, ouvert une demi-journée tous les quinze jours. "362 familles, soit 922 personnes, ont utilisé les services de l'épicerie sociale en 2006, raconte Aurélie Dupuis, animatrice de l'association. La fréquentation augmente d'année en année. Les familles y ont accès sur prescription des travailleurs sociaux. La distribution des produits est fonction de la composition de la famille. Le point de vente central se présente comme un mini-magasin. Nous faisons en sorte que l'accueil y soit le plus agréable possible, autour d'un café, dans le respect de la personne et dans des conditions favorables au dialogue. Mais notre vocation première n'est pas la distribution, qui reste une manière d'amener les gens vers des activités pour favoriser leur (ré)insertion sociale et de leur proposer un accompagnement." En effet, les "prescripteurs" conduisent une évaluation sociale des personnes. En échange de l'accès à l'épicerie sociale, celle-ci doit s'inscrire dans un projet d'insertion individualisé. L'association propose des animations socio-éducatives liées au quotidien : ateliers cuisine, informatique, budget, santé/hygiène, bricolage, réunions d'information à la demande, visites culturelles, de la radio locale par exemple. "Nous menons un important travail de communication pour présenter ces animations. Les premiers pas pour venir s'inscrire à un atelier, dans un groupe, sont assez difficiles. Mais en 2006, 146 personnes y ont participé. Les animations ne sont pas réservées aux bénéficiaires de l'épicerie sociale car nous voulons éviter une ghettoïsation du lieu et, au contraire, ouvrir un maximum sur l'extérieur. Concernant la typologie du public utilisateur des services de l'épicerie sociale, 37% des familles perçoivent le RMI ; viennent également de plus en plus de jeunes, des parents et des salariés qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts. En termes de perspectives, l'association souhaiterait poursuivre ses actions sur l'hygiène, ainsi que son programme de formation des bénévoles (qui sont pour une grande partie bénéficiaires). Elle envisage aussi de monter un projet autour de l'aide individuelle à la gestion du budget des personnes en difficultés financières du pays mellois."

Une action uniformisée sur le territoire

Le fonctionnement de l'épicerie sociale est financé pour moitié par les communautés de communes du pays (à hauteur de 40.000 euros), par l'Etat, le conseil général des Deux-Sèvres et par les revenus de la vente des produits fournis. Les investissements (chambre froide, remorque isotherme...) ont été financés dans le cadre d'un contrat de territoire du pays avec le conseil régional, avec des financements européens (Leader +). Plusieurs fondations ont aussi été sollicitées (Caisse d'épargne, Macif, Camif...) pour l'achat du camion.
"Notre objectif était d'uniformiser une action sur tout le territoire, commente Claudette Grelier. La difficulté pour la mise en place du réseau d'épicerie sociale était de deux ordres. Il fallait convaincre certains élus qu'il y avait, en effet, sur le territoire, des personnes à aider, et qu'un dispositif tel que l'épicerie sociale était nécessaire pour les sortir de leur isolement. Il fallait par ailleurs montrer que l'on pouvait travailler autrement avec les personnes en difficulté qu'avec une approche uniquement caritative."

 

Maryline Trassard, pour les sites Mairie-conseils et Localtis 

Contact(s)

Association Le Relais, épicerie sociale du pays mellois

Le Relais - Chemin de la Reine
79500 Melle
05 49 27 66 81 ou 06 77 70 97 69
epiceriesocialedupaysmellois@wanadoo.fr

Aurélie Dupuis

animatrice

Claudette Grelier

Présidente, maire de Sompt, vice-présidente de la communauté de communes du canton de Melle et élue chargée des services au syndicat mixte du pays mellois

Revitaliser les centres villes et centres bourgs

Un dispositif unique pour accompagner les villes moyennes dans leur programme de revitalisation des centres villes, depuis le conseil en amont jusqu'au suivi de projet.

Haut de page