Une résidence pour les travailleurs saisonniers du Briançonnais

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Hautes-Alpes

Pénurie de logements pour les travailleurs saisonniers... La communauté de communes du Briançonnais (Hautes-Alpes) achète et rénove une ancienne résidence hôtelière. Les travailleurs saisonniers ou leurs employeurs peuvent désormais réserver l'un des trente-quatre appartements à loyer modéré pour une durée d'un mois ou plus.

Depuis plusieurs années, la communauté de communes du Briançonnais (CCB, douze communes, 19.800 habitants) est confrontée au manque de logements pour l'accueil des saisonniers. Plus de 2.000 personnes viennent travailler en été et autant en hiver pour soutenir l'activité touristique dotée de 76.336 lits. En 2008, cet afflux a engendré 374 demandes de logements, pour seulement 86 offres. Les résidences de saisonniers existantes étant saturées, de nombreux salariés ne répondaient pas aux offres d'emploi proposées et les employeurs embauchaient un personnel souvent moins qualifié, disposant d'une solution d'hébergement. La communauté de communes a donc décidé de créer une nouvelle résidence entièrement destinée aux saisonniers. "Nous avons racheté une ancienne résidence hôtelière, dont la construction avait été abandonnée, il y a plus de dix ans, par des promoteurs en faillite, que nous avons entièrement réhabilitée", explique Xavier Cret, vice-président. Montant de l'acquisition : 850.000 euros. Coût des travaux de transformation et d'aménagement : 1,14 million d'euros. Le coût total de l'opération représente 1,99 million d'euros, financés à 80% par la CCB qui a souscrit 1,4 million d'emprunt, le reste étant autofinancé. Les 20% restants ont été subventionnés par la région Paca (16%) et le conseil général des Hautes-Alpes (4%).

Eviter les périodes d'innoccupation

L'immeuble s'est transformé en une résidence de 957 m2 composée de trente-quatre appartements de standing, dont dix pour des couples et deux aménagés pour les personnes à mobilité réduite, soit quarante-quatre places au total. Parmi eux, dix-sept studios de 25 m2 loués 350 euros, sept studios de 30 m2 loués 380 euros, neuf T1 de 30-35 m2 loués 430 euros et enfin un T2 de 43 m2 loué 500 euros. Ces appartements sont gérés par un organisme privé indépendant. Les saisons hiver (décembre à avril) et d'été (juin à août) sont réservées aux saisonniers. Le reste de l'année, l'organisme peut louer à des étudiants, stagiaires ou encore intérimaires pour optimiser le taux de remplissage. "La gestion va être un peu plus difficile pour cette résidence, parce que les employeurs peuvent réserver des appartements. Nous allons donc devoir jongler entre les réservations pour éviter les périodes d'inoccupation. D'habitude, les résidences classiques sont remplies en moyenne à 92% sur l'année. Pour cette résidence, cela devrait être un peu plus faible, même si notre objectif est bien d'arriver à l'équilibre très rapidement", estime Jean-Jacques Cheynet, directeur général de l'organisme de gestion.
Le principe de cette résidence est effectivement différent des locations saisonnières habituelles. Les employeurs peuvent réserver un ou plusieurs logements pour un mois, une saison ou plusieurs années. Ils paient pour cela des frais indexés sur leur réservation. Les autres logements sont réservés aux saisonniers qui ont un contrat de travail. Et la priorité est donnée à ceux qui ne connaissent pas la région pour faciliter leur intégration. Les baux d'une durée d'un mois seront renouvelés de façon tacite.

Pour ne plus voir les saisonniers dormir dans des camions...

Les frais de fonctionnement de la résidence seront assurés par les loyers et les frais de réservation des employeurs. Pour un taux de remplissage de 75%, la CCB touchera 94.000 euros par an et pour un taux de remplissage de 90%, 117.000 euros par an. Le montant des charges annuelles est estimé lui à 76.000 euros, auquel il faut ajouter le remboursement du crédit. Les premières années, le déficit devrait être d'environ 30.000 euros par an pour la CCB. "Il est illusoire d'envisager une rentabilité pour ce dispositif, car les taux d'occupation ne seront pas optimaux et les loyers sont particulièrement bas par rapport aux loyers pratiqués dans le privé. Il s'agit en quelque sorte d'une mesure sociale. Cela évite de voir des saisonniers dormir dans des camions ou des logements indécents et mal chauffés, notamment en hiver", souligne Xavier Cret. Les saisonniers auront connaissance de cette offre auprès de la maison des saisonniers installée à Briançon, structure qui les aide à s'organiser et à trouver un logement. Cette offre nouvelle ne permettra pas de répondre à toutes les demandes, mais marque un progrès pour l'activité saisonnière de la CCB. Au moment de l'inauguration de la résidence le 3 avril 2009, l'organisme gestionnaire était déjà en contact avec deux entreprises employant des saisonniers pour des réservations de studios. 

Aude Rambaud / PCA pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes du Briançonnais

Nombre d'habitants :

21000

Nombre de communes :

13
"Les Cordeliers"- 1 rue Aspirant Jan
05105 Briançon Cedex
accueil@ccbrianconnais.fr

Xavier Cret

Vice président
Haut de page