Localtis

Energie solaire photovoltaïque : le gouvernement lance de nouvelles périodes d'appel d'offres

Publié le
par
Anne Lenormand / Localtis
dans

Energie

France

La ministre de la Transition écologique a annoncé ce 30 août le lancement de nouvelles périodes d’appel d’offres pour développer 2 GW d’énergie solaire photovoltaïque. Selon le projet de programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) publié début 2019, la capacité de production d’énergie solaire photovoltaïque devrait être multipliée par 4 à 5 en moins de 10 ans.

Alors que le gouvernement affiche de fortes ambitions en matière d'énergie solaire – le  projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie publié début 2019 prévoit de porter la capacité de production d’énergie solaire photovoltaïque de 9,1 GW actuellement à 35,6 à 44,5 GW en 2028, soit une multiplication par 4 à 5 en moins de 10 ans -, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé ce 30 août le lancement de nouvelles périodes d’appel d’offres pour développer 2 GW d’énergie solaire photovoltaïque.
Deux nouvelles périodes vont être ouvertes pour les projets photovoltaïques au sol, l'une en janvier 2020 pour une puissance de 850 MW et une seconde en juin 2020 pour 1 GW tandis qu'une nouvelle période d’appel d’offres pour les projets de solaire photovoltaïque sur bâtiment aura lieu en février 2020 pour 300 MW, après une période déjà prévue de 300 MW en octobre 2019. Les cahiers des charges seront publiés prochainement sur le site de la Commission de régulation de l’énergie, a précisé le ministère.

Centrales solaires au sol : 107 projets retenus début août

Début août, Elisabeth Borne a aussi annoncé les 107 projets lauréats désignés dans le cadre de la sixième période d'un appel d'offres sur le développement de centrales solaires au sol qui avait été lancé en 2016. D'un volume total de 858 MWc, les projets lauréats, installés au sol et sur des ombrières de parking, sont répartis sur l’ensemble du territoire. 44% d'entre eux sont même situés en dehors des quatre régions du sud de la France. Parmi les critères de sélection mis en place par le ministère, des bonus ont été octroyés en cas d’installation sur des terrains dégradés (par exemple une friche industrielle, une ancienne carrière, ou un ancien aérodrome). Une première installation bénéficie également du déplafonnement de la puissance au-delà de 30 MW rendu possible sur ces terrains dégradés, a indiqué le ministère.
Ces projets lauréats disposeront d’un prix garanti de l’électricité de 64 euros/MWh en moyenne. Pour les installations de plus de 5 MWc, le prix moyen atteint 59,5 euros/MWh. Parmi les lauréats, 58% des projets se sont engagés à impliquer des citoyens et des collectivités en recourant à l’investissement ou au financement participatif. Ces projets verront leur prime majorée.

Haut de page