Haut Doubs : Res'ado tisse des liens pour sortir les jeunes de leurs souffrances psychiques (25)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Doubs

Grâce au contrat local de santé construit entre deux pays, une communauté de communes et l'agence régionale de santé, un réseau de professionnels développe une offre de soins psychiques en direction des adolescents et jeunes adultes, au plus près de ceux qui vivent en zones rurales et de montagne. Avec Res’ado Haut Doubs, pas de réponse toute faite, le principe est de s’adapter aux contextes locaux.

Le contrat local de santé (CLS) du Haut Doubs signé en 2011 avec l'agence régionale de santé couvre un large territoire puisqu’il est signé par le Pays du Haut Doubs, le Pays Horloger, et la communauté des communes du Plateau de Nozeroy, soit au total 104.311 habitants sur 185 communes. L’une des priorités de ce CLS est de mieux mailler le territoire du Haut Doubs pour développer une prise en charge précoce des jeunes en souffrance sur les zones rurales et excentrées.

"Quand il n’existait aucune permanence, nous recevions chaque semaine 6 à 7 ados dans des situations d’urgence dramatiques : crise de violence, suicide, alcoolisation",explique le médecin psychiatre du centre de guidance juvéno-infantile (CGI) de Pontarlier, Anne Duquet. Depuis, un réseau de professionnels, intitulé Res’ado Haut Doubs, a commencé à faire ses preuves avec la mise en place de permanences, mais uniquement sur les deux communes de Pontarlier et de Moreau (voir encadré).
"Il fallait combler un vide sur l’ensemble de ce territoire rural et de montagne, où l’insuffisance de consultations psychologiques était alarmant", explique le médecin du centre de guidance juvéno-infantile.

Lors de la signature du CLS, le développement de Res'ado devient une priorité

Dans les secteurs repérés comme "zones blanches" par l'agence régionale de santé, il s’agit d’ouvrir des permanences hebdomadaires de consultations psychologiques pour adolescents et d’y tisser des liens avec les partenaires locaux (voir encadré). La mise en route a été plus longue que prévu : le temps de débloquer les budgets, de sensibiliser les communes et de trouver auprès d'elles des locaux. Les permanences de Res’ado Haut Doubs ont ouvert en 2013. Avec des modes opératoires différents selon les secteurs.

A Mouthe, la permanence laisse place à un travail de concertation avec le collège

Sur le secteur de Mouthe, le bilan de la permanence Res’ado est jugé décevant au bout d’un an de fonctionnement. Plusieurs raisons expliquent le faible nombre de consultations, dont l'installation récente de trois psychologues libéraux, un autre effet positif du CLS. La responsable du centre de guidance juvéno-infantile s'est rapprochée du principal du collège. Ensemble, ils décident d'organiser des "temps mensuels de concertation" pour se pencher sur la situation d'élèves qui ont été repérés en souffrance : y participent la pédopsychiatre, la psychologue de la permanence hebdomadaire de Mouthe, le conseiller principal d'éducation, l'infirmière et le médecin scolaires.
Les résultats sont probants : entre février et mai 2014, ce groupe pluridisciplinaire suit 10 jeunes en situation difficile. Depuis septembre 2014, ces temps de concertation sont formalisés et considérés comme l’un des outils de Rés’ado Haut Doubs.

Ailleurs la permanence comble un vide avec les consultations de proximité

Sur le canton de Maîche, une autre zone blanche, plus habitée (près de 12.000 habitants sur 27 communes), la demande est très forte : jusqu’alors, plus d’une douzaine d’adolescents effectuaient de longs déplacements, sur des routes parfois enneigées, pour se rendre à des consultations, et en 2013, le suicide de deux jeunes avait secoué le canton. La permanence Res’ado Haut Doubs est accueillie dans les locaux de la nouvelle maison de santé et, dès son installation, a tout de suite été sollicitée par les médecins et infirmières scolaires, médecins traitants, centres médicosociaux.
Dans le secteur de Levier, la permanence a également rencontré son public immédiatement : 16 jeunes sont suivis en un an, et 118 consultations assurées au total. La bonne localisation du local est l’un des facteurs du succès, estime notre interlocutrice. Situé au centre du village, il est proche des établissements scolaires et accessible dans les créneaux de temps scolaires.

"Nos territoires ont besoin de structures dédiées pour entendre cette souffrance"

Les résultats de Res'ado Haut Doubs sont probants et sa consolidation sera l'un des piliers du prochain contrat local de santé en cours de renouvellement. Globalement, la demande de suivi ne cesse de croître, que ce soit à Pontarlier et Morteau dans les centres de guidance infantile, ou bien dans les antennes créées sur les trois autres cantons.

Maire de Morteau et présidente du Pays Horloger signataire du CLS, Annie Genevard voudrait actualiser une enquête menée sur sa commune : 10% des adolescents y exprimaient un mal-être. "En zone rurale, les professionnelles du CGI voient des situations qu'elles ne voyaient plus en ville. Cela nous conforte sur la nécessité d'étendre Res'ado. Nos territoires ont besoin de structures dédiées pour entendre cette souffrance. A défaut de ne pas les entendre, ces souffrances s'aggravent."

C'est ce qui a conduit l’élue à compléter l'offre d'actions de prévention en direction des jeunes sur sa ville en mettant en place un contrat local de prévention de la délinquance.

Du centre de guidance infantile (CGI) à Res’ado, en lien avec les professionnels du territoire
Le CGI est un service de consultations externes du centre hospitalier de Novillars, proposant des consultants dans les communes de Pontarlier et Morteau. Avec Res’ado, l’idée est de mettre à disposition le temps d’une psychologue dans plusieurs des communes du territoire pour y recevoir des adolescents et s’appuyer sur un réseau de professionnels œuvrant sur ces secteurs. Cela afin de proposer un suivi adapté selon les cas : coordination avec les médecins traitants, reprise clinique par le pédopsychiatre si nécessaire, rapprochement avec les infirmiers et médecins scolaires des collèges et lycées, avec les centres de formation d’apprentissage et les maisons familiales rurales.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Commune de Morteau

BP 53095
25503 Morteau Cedex

Annie Genevard

Maire

Centre de guidance infantile de Pontarlier

71, rue de Besançon
25300 Pontarlier
cgi.pontarlier@ch-novillars.fr

Anne Duquet

Pédopsychiatre
Haut de page