La baie des Anges s'est refait une beauté

Publié le
dans

Environnement

Energie

Alpes-Maritimes

La requalification du bord de mer à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), engagée depuis 1995, est sur le point de s’achever. La circulation automobile est apaisée, les piétons et les cyclistes ont retrouvé droit de cité. Il était temps !

Interviewé en novembre 2003, Louis Nègre, maire de Cagnes-sur-Mer (45.000 habitants), déclarait : "Il m’a fallu près de deux mandats, trois enquêtes publiques, d’innombrables consultations, avant de pouvoir donner le premier coup de pioche pour une réalisation qui ne sera peut-être pas achevée avant le prochain mandat. Plus de dix ans donc entre son engagement et sa livraison. C’est très long et épuisant." La réalisation dont parle le maire est d’importance : il s’agit du réaménagement du bord de mer, défiguré par une 2 x 3 voies autoroutières. Un vaste chantier de 30 millions d’euros.
La requalification du bord de mer a consisté à ramener la route départementale sur 2x2 voies, à créer une piste cyclable bidirectionnelle de 3m de large et des trottoirs de 8m. Ces travaux ont été accompagnés par une reprise des réseaux souterrains et par la plantation d’un millier d’arbres. En concertation avec les restaurateurs qui travaillent en bord de mer, un soin particulier a été apporté aux aménagements, qu’il s’agisse du mobilier urbain ou des terrasses pour lesquelles une charte d’esthétique a été élaborée.

Le premier kilomètre de promenade plébiscité par la population et… par les automobilistes

La première tranche des travaux - la promenade de l’hippodrome - s’est achevée en 2005 et a valu à la ville de se voir décerner, par la Ligue urbaine et rurale, le prix des entrées de ville. Louis Nègre voyait ses efforts récompensés. Le premier kilomètre de promenade fut plébiscité par la population qui retrouvait l’accès à la mer et… par les automobilistes. André Rosso, adjoint au maire en charge des travaux et du domaine public, s’en explique : "Réduire l’emprise de la voirie en limitant la circulation à 50 km/h nous a permis de fluidifier la circulation. Nous avons toujours 50.000 véhicules/jour, et ça circule parfaitement ! Une circulation apaisée réduit les risques d’accidents, diminue le bruit pour les riverains et permet de lutter efficacement contre les émissions de gaz à effet de serre." En outre, ceci a permis une redistribution de l’espace public avec prise en compte des piétons et vélos. Après ce premier succès, les travaux se sont poursuivis, jusqu’en 2007, le long du Cros-de-Cagnes. Pour pousser plus loin, et atteindre Saint-Laurent-du-Var, il faut attendre que soient arrêtés le tracé du futur tramway ainsi que les études sur le projet de port conformément aux possibilités offertes dans la DTA.

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

Mairie de Cagnes sur Mer

Place de l'Hôtel de Ville
06800 CAGNES SUR MER

André Rosso

Adjoint au maire en charge de la voirie et du domaine public
Haut de page