Un plan national de revitalisation des centres-villes

En redynamisant les centres des villes moyennes, le Programme Action Cœur de Ville répond à deux exigences : améliorer les conditions de vie des 20 millions d’habitants qui y résident et conforter ces centres urbains dans leur rôle moteur pour le développement des territoires. 

Une nécessité de réinvestir les centres-villes

Entre communes rurales et métropoles, les villes moyennes jouent un rôle structurant essentiel dans les territoires. Certaines d’entre elles présentent des signes de fragilités : déprise démographique, logements dégradés, commerces vacants... 55 % des villes moyennes ont un taux de vacance commerciale supérieure à 10 %. En 15 ans, ce taux a augmenté de plus de 4 % en moyenne. 

En parallèle, la qualité de vie et l’environnement qu’elles offrent à l’heure du réchauffement climatique créent pour ces territoires un regain d’attractivité.  

 

Une volonté politique de renouveau des villes moyennes 

Lors de la première Conférence nationale des territoires en juillet 2017, le Président de la République avait exprimé la nécessité de lancer un programme de grande ampleur pour le développement des villes moyennes. Le Programme Action Cœur de Ville a été annoncé par le Premier ministre en décembre 2017. Sous la houlette du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, il a effectivement été lancé en avril 2018 après sélection des villes éligibles.  

 

Encourager l’innovation et le développement durable

Le Programme Action Cœur de Ville vise à accompagner les villes moyennes afin qu’elles se projettent comme les territoires de demain. En plus de rénover l’habitat, favoriser le retour des commerces et services, améliorer l’accessibilité et la mobilité ou encore valoriser les espaces urbains, le programme s’attache aussi à favoriser l’innovation et les démarches smart city (villes intelligentes). Il s’agit de permettre à ces territoires d’inventer des solutions adaptées sur des sujets comme la mobilité, la logistique urbaine, la consommation d’énergie, la gestion des déchets, la biodiversité, etc.