Une petite commune de Bourgogne fait son festival de cinéma et essaime (58)

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Nièvre

Comment attirer un public de 3.000 spectateurs et réunir une vingtaine de réalisateurs de cinéma dans un village d’une centaine d’habitants, au sein d’un territoire rural ? C’est l’histoire des  "Conviviales", festival d’art et de cinéma, consacré au monde rural et dont la douzième édition en 2012 a été encore un succès. Avec à la clé, une véritable animation autour du cinéma, qui essaime toute l’année et alentour.

Depuis douze ans, Nannay (125 habitants) rassemble environ 3.000 spectateurs durant une dizaine de jours en août, pour une dizaine de séances de cinéma en pleine nature et dans sa salle de projection (63 places)… Toute l’année, une trentaine d’habitants bénévoles réunis au sein de l’association "Ni vu, ni connu" s’affairent pour organiser cet événement. Les Conviviales au fil du temps se "propagent", notamment sur le territoire de la communauté de communes du pays Charitois (14 communes, 10.700 habitants) à laquelle Nannay est rattachée.

Au départ, un ciné-club de lycéens

L’aventure commence dans les années 60, lorsque des lycéens originaires de Nannay, mordus de cinéma, réalisent leur rêve en tendant un drap blanc sur le mur d’une ancienne salle de classe. "Quand j’étais lycéen, se souvient Bernard Seutin conseiller municipal de Nannay et président de l’association "Ni vu, ni connu", la première salle de cinéma se trouvait à La Charité-sur-Loire, à 16 kilomètres." La bande de lycéens aidés de professeurs, montent un ciné-club avec un projecteur 16 mm prêté par la Fédération des œuvres laïques. 160 spectateurs assistent à la première séance soutenue par le maire du village. Quarante ans plus tard, le succès perdure et l’offre s’est élargie : le ciné-club de Nannay est complété par une séance hebdomadaire dans le cadre du Circuit itinérant financé par le conseil général de l’Yonne, le conseil régional de Bourgogne et les communes adhérentes à ce service (à raison d’une contribution de 0,65 euro par an et par habitant).

Lancement du festival, et reconnaissance progressive de divers partenaires

A l’occasion du passage à l’an 2000, cette passion cinématographique des habitants de Nannay va aller encore plus loin. L’idée est de lancer un projet culturel associant une résidence pour artiste et la création d’un festival cinématographique consacré… à la ruralité, et intitulé "les Conviviales". "Nous voulions démontrer que, même dans une petite commune, il est possible de monter des opérations culturelles à haute rentabilité… culturelle, artistique et humaine, résume le président. Nous avons décidé d’inviter en résidence des réalisateurs pendant la semaine du festival, mais aussi un artiste qui, en écho aux films projetés, produit une œuvre." Le choix est de projeter des films peu connus, méconnus, pas connus. D’où le nom de l’association qui gère le festival : "Ni vu ni connu". Dès 2001, le conseil général a apporté sa contribution à l’événement qui, à l’époque et malgré peu de moyens, réunissait déjà un millier de spectateurs. Depuis, adossé au Centre d’art contemporain de Pougues-les-Eaux, le festival s’est développé avec le concours de la Drac, du conseil régional. La commune a engagé des travaux dans la salle de cinéma et la salle des fêtes, puis aménagé une structure couverte de 160 places, et va franchir le cap de l’ère du numérique. La communauté de communes du Pays Charitois apporte son concours au festival, qui aujourd’hui a dépassé le périmètre de Nannay : des projections sur écrans géants sont organisés à la demande des communes voisines dans le cadre des Conviviales, mais aussi du Circuit itinérant.

Dynamique autour du cinéma et animations sur le territoire

Le festival a fait germer des envies, et la volonté d’aller plus loin en faisant participer les habitants de Nannay et des environs à un projet de film avec la complicité d’un réalisateur. Concrètement, depuis 2003, un groupe d’habitants, après avoir choisi ensemble un thème, écrivent un scénario et des dialogues, confectionnent costumes et décors pour jouer un film amateur, toujours pilotés par un réalisateur. Le film est diffusé à la fin du festival les Conviviales. En parallèle, un concours de scénario (court métrage ou documentaire), doté de 5.000 euros, a été lancé il y a trois ans à destination des professionnels.
"Pour engager un tel événement, il faut être porté par une très forte motivation, conclut l’élu. Les financeurs sont très sensibles à ce type de projet quand il est sous-tendu par une volonté inébranlable. Bref, il faut y croire !"

Michel Léon,Titres & chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net
et www.localtis.info

Festival dynamique … au budget modeste
Le festival "Les Conviviales" fonctionne avec un budget modeste, qui était de 50.000 euros en 2012. Ce montant couvre les frais de fonctionnement liés à la résidence d’artiste, les déplacements des réalisateurs, la location de matériel de projection, les droits de diffusion, le Prix du scénario, les animations et un salarié intermittent du spectacle embauché par l’association à tiers temps. Il faut y ajouter les frais généraux de ce type d’événement : communication, assurance, etc. Le conseil général de la Nièvre et le conseil régional Bourgogne apportent 10.000 euros chacun au budget, complété par la Drac, la communauté de communes et quelques partenaires. La séance est maintenue depuis… au tarif de 3,5 euros.

Commune de Nannay

Nombre d'habitants :

120
1, place de la Mairie - Le Bourg
58350 Nannay
mairie.nannay@wanadoo.fr

Daniel Seutin

Maire

Bernard Seutin

Conseiller municipal et président de l'association "Ni vu, ni connu"
Haut de page