149 bornes électriques et 32 véhicules en autopartage sur Ardennes Métropole (08)

En 2018, la communauté d’agglomération Ardenne Métropole a déployé 149 bornes de recharge électrique qui maillent son territoire. Début 2020, ce sont 32 voitures électriques en autopartage qui fonctionnent sur 19 communes. Avec 17.000 heures de location la première année, la collectivité démontre que la mobilité électrique a également sa place en milieu rural. 

La communauté d'Ardenne Métropole se compose de 58 communes, dont deux grandes villes, Charleville-Mézières (50.000 habitants.) et Sedan (15.000 habitants), distantes de 22 km. Au-delà des liaisons de bus entre les deux villes, le réseau de transports en commun ne peut desservir finement ce large territoire et la voiture individuelle y est donc très ancrée. D’où la volonté d’Ardenne Métropole d’encourager le véhicule électrique. Pour le vice-président en charge des mobilités, Jérémy Dupuy, "l'autopartage est une mission de service public de la mobilité́. Il permet de faire évoluer les usages des habitants, en les encourageant par exemple à renoncer à posséder deux voitures par famille". En 2018, la collectivité a déployé un réseau de 149 bornes de recharge électrique, dont 32 sont dédiées à l’emplacement d’un véhicule en libre-service. 

Utilisation confirmée en zone rurale

32 véhicules électriques - des petites citadines - sont ainsi implantés sur 19 communes du territoire ardennais, dont 10 à Charleville, 5 à Sedan, et 17 dans les communes rurales. Ils sont proposés à la location pour de courts trajets au sein de la communauté d’agglomération, avec un système en boucle, c’est-à-dire un retour à la borne de départ. L'usager s'inscrit et réserve un véhicule depuis la borne ou la plateforme internet du service d’autopartage. Un code envoyé par SMS lui donne accès à la voiture. Au total, d'octobre 2018 à septembre 2019, l’autopartage a représenté 17.000 heures de location, 600 usagers inscrits et un volume moyen d’environ 1.500 heures. Chaque voiture compte entre 10 à 15 usagers par mois pour une location moyenne de 4h. Le service apporte une réponse aux problématiques de déplacements en zone rurale, avec plus de 70% des locations. À Sedan (16,3%) et à Charleville-Mézières (13,3 %), le recours à l’autopartage est moindre. Cependant, les deux villes jouent le jeu en rendant le stationnement gratuit aux voitures en autopartage.

À la recherche d'un équilibre financier

L’investissement pour le réseau de recharge des 149 bornes s’élève à 1,5 million € HT cofinancé par des subventions, dont l'Ademe (49%) et le fonds de soutien à l’investissement local (30%). Quant à l’achat des 32 véhicules en autopartage, il est de 400.000 €, dont une subvention de 30  du fonds de soutien à l’investissement local. Côté fonctionnement de l’autopartage - comprenant la gestion, l'entretien, la maintenance de la flotte, l'assurance, la supervision des 32 bornes, assurés par l’opérateur, il s’élève à 20.000 €/mois. Les tarifs de location, attractifs, s’échelonnent de 6€ la première heure à 1€/h au-delà (voir encadré ci-dessous). "Pour le moment, l'équilibre financier de l’autopartage n'est pas atteint, témoigne l'élu. Cela nécessite davantage d'utilisation du service, donc plus de véhicules en autopartage. Une centaine de véhicules permettrait un équilibre financier tenable."

Intensifier l’usage du réseau de bornes de recharge

Au-delà des 32 véhicules en autopartage, l’objectif à terme pour Ardennes Métropole est d’intensifier l’usage de l’ensemble de son réseau de bornes électriques. "L’enjeu est d’inciter entreprises et particuliers à troquer leurs moyens de déplacement carbonés pour des véhicules ou vélos à assistance électrique, souligne l’élu. La collectivité elle-même s'est dotée de 27 véhicules légers électriques, soit 10 % de son parc auto. À terme, les communes, les entreprises et la collectivité elle-même pourraient proposer leurs véhicules électriques en autopartage pour renforcer le maillage territorial."

Tarifs

De 6€ la première heure à 1€/h.
Un pack découverte de 10h est également proposé au tarif de 40 €. Les usagers réguliers doivent souscrire un abonnement entre 2 à 10 €/mois.

Haut de page